Roadtrip au Danemark 2: Roskilde

En route pour la seconde étape de mon périple danois. Ça prend du temps, mais distiller les récits durant plusieurs mois fait durer le plaisir. Et pour garder les détails frais en mémoire, j’ai écrit manuellement dans un carnet de voyage à mon retour. Ecrire à la main est vraiment quelque chose que j’apprécie et dans mon joli carnet, j’ai également collé des morceaux de plans, des tickets et des cartes de restaurants. Cela fait de beaux souvenirs. Bref, nous nous étions quittés à Odense. La seconde étape du voyage était Roskilde qui se situe sur une autre île. Nous avons quitté la Fionie pour l’île de Seeland et traversé notre premier vrai grand pont, appelé liaison du Grand Belt et long de 18 kilomètres. Ai-je besoin de mentionner que c’était assez flippant impressionnant ?

P1060368

Nous faisons étape pour deux nuits au BB Roskilde où nous sommes accueillis par notre hôte Robert. Le studio est conforme aux photos sur booking. Elle est située sous leur maison et dispose d’une petite terrasse arborée. Ambiance « hyggelig » à souhait. Salon, coussins, lits moelleux. Déco cosy et de bon goût, chaleureuse sans être chargée. Je me couche et poursuis la lecture de « Désaxé » de Lars Kepler, un polar nordique dont je parlais ici et qui permet de rester d’humeur nordique (et inquiétante).

Nous avons choisi Roskilde comme étape pour plusieurs raison : sa proximité avec Copenhague (pour l’étape suivante), sa cathédrale classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, son fjord et son musée des bateaux vikings.

Nous avons énormément marché durant notre journée de visite. Le temps est radieux. Nous descendons au fjord via un parc et de tranquilles quartiers. Ensuite, nous le longeons jusqu’au centre ville. Nous empruntons un sentier qui passe à l’arrière de jardins donnant sur la mer et je fantasme sur la vue que j’aurais d’une de ces demeures. Certaines disposent même de mini vérandas au fond du jardin et je m’imagine tellement y lire et siroter mon thé emmitouflée dans des plaids réconfortants en automne et au printemps lorsqu’il fait trop frais pour profiter de la terrasse. Quel rêve !

IMG_3011

Nous visitons le Musée des bateaux vikings. Comme à Odense, il faut prévoir un petit budget, mais la muséographie est très belle et le ticket nous donne droit à plusieurs visites guidées. On peut aisément y passer une demi-journée et les amateurs d’archéologie s’y retrouveront. Pour ma part, lire les panneaux m’a suffi à l’intérieur du musée et j’ai décroché de la visite guidée, mais j’ai beaucoup aimé celle proposée en extérieur. Là bas, un charmant guide spécialisé en archéologie expérimentale -ils s’attèlent à construire des bateaux en utilisant les techniques de l’époque- nous explique la démarche avec passion.

P1060447

Direction ensuite la fameuse cathédrale et ça monte, ça monte. Je ne la trouve pas magnifique de l’extérieur, mais l’intérieur regorge de merveilles à découvrir. C’est ici que reposent la majorité des monarques danois et le tombeau de l’actuelle reine est déjà prêt à l’accueillir, dissimulé jusqu’à son décès aux yeux du public par une installation assez improbable. A noter également une chaire impressionnante, un balcon royal aux motifs finement ciselés et l’horloge qui représente la scène de St Georges terrassant le dragon et qui s’anime toutes les heures, le dragon succombant dans un étrange cri/grincement. A l’étage, détail typiquement danois, les différentes étapes de construction-restructuration-agrandissement de la cathédrale à travers des siècles sont représentées sur des maquettes en légo réalisées par un passionné. Amusant.

P1060427

L’après-midi touche à sa fin et nous constatons qu’en ce dimanche la ville est déserte. Ironiquement, l’endroit le plus insolite que nous visitons sera le cimetière, premier d’une longue série. Je reviendrai sur ce point, les cimetières scandinaves sont tellement plus « vivants » que ceux de chez nous !

Nous redescendons vers le fjord et visitions un quartier de petites maisons typiques avant de rejoindre notre airbnb au prix d’une longue marche et d’une montée éprouvante. Comme nous avons fait le tour de ce que nous voulions voir, nous décidons de consacrer la journée du lendemain  à la visite du château d’Helsingør, au prix d’un léger détour  avant de rejoindre Copenhague dans la soirée. Suite au prochain épisode.

IMG_3012

 

 

Carte postale de Bruges

Matin d’hiver – le train vers la mer – la bruine dans le ciel flamand – les pavés luisants – effluves de chocolat dans les narines – poésie nordique – encore la bruine – marcher, flâner, se laisser aller au hasard des ruelles qui voient défiler le monde – la magie des illuminations sur le Markt – Beffroi des libertés –  les bateaux chargés de touristes bravant l’humidité, leur voyage de l’année – marcher encore marcher – souper et dormir sur un bateau – la chambre blanc or bois, cocon sur les flots – souvenirs de sorties scolaires – parures rubis et or sur les façades – les cygnes qui règnent sur le Minnewater – jardins secrets – le béguinage apaisant – encore des lumières – se réveiller sur le canal – parenthèse atypique – battre le pavé – se réchauffer avec un doux breuvage lacté – se retourner et encore s’émerveiller – souvenirs et chaud au cœur – reprendre la direction de la gare – voyager avec des yeux d’enfant…

IMG_3479IMG_3523IMG_3496

Adresses pour une escapade brugeoise de qualité :

  • le Boat hotel de barge : un hôtel sur une ancienne barge à 5 min à pieds de la gare, 5 min du Minnewater et 15 min du Beffroi, c’est charmant, le personnel est absolument adorable et parle français. La literie est très bonne et le petit déjeuner est compris. Je vous conseille également leur restaurant. Un sans faute pour ma part.
  • L’espresso bar I love Coffee : à 200 mètres du Markt, une chouette adresse, déco industrielle lounge, un vertigineux choix de latte aromatisés, mais aussi des thés et des limonades maison. Un vrai coffee bar davantage fréquenté par les habitués que par les touristes, ce qui est malheureusement difficile à trouver dans l’hyper centre.
  • Olleke : attention les geeks craquage en vue, petite boutique (mais en ligne je vois qu’on peut commander) pour les fans de Harry Potter principalement, mais aussi du Seigneur des anneaux, les Animaux Fantastiques, Star Wars et Stanger Things. Produits dérivés, papeterie, figurines pop… J’ai craqué sur un pins du vif d’or et je suis une Potterhead comblée.
  • La féérie de Noël dans ce magasin, filiale d’un producteur allemand de décorations de Noël. Je pense que je n’en ai jamais vu de plus beau : décorations, calendriers de l’avent, horloges, maisons de poupées, etc… Le tout apparemment fait main, en bois, en verre et en métal. Les prix sont un peu élevés forcément, mais rien que pour le plaisir des yeux ça vaut le détour et pour (vous) faire un cadeau qui ne soit pas « made in china », la bonne adresse.
  • Une adresse que je n’ai pas testée, mais dont j’ai admiré plusieurs fois le lustre magistral, les ouvriers au travail et les délices exposés, Le Merveilleux qui, comme son nom l’indique propose cette pâtisserie à base de meringue dans des variations que je n’aurais pu imaginer. Pour ma prochaine visite sans doute, cela faisait rêver en tout cas…

Roadtrip au Danemark 1: Odense

Il y a maintenant plus de deux mois que je suis revenue du Danemark. Je suis partie avec mon amie S. pour un roadtrip là-bas. Je rêvais de retourner en Scandinavie depuis ma visite de Stockholm et de son archipel qui remonte déjà à l’été 2017.Tout vient à point à qui sait attendre et je n’ai pas été déçue.

Dans cet article, je vous parlais de l’émotion si particulière et de ce sentiment d’appartenance que je ressentais lorsque je voyageais dans le Sud et particulièrement en Espagne ou en Italie. J’adore également le Nord, pour de toutes autres raisons…la sérénité qui s’en dégage, une impression de ralenti, les intérieurs douillets, le blond polaire des enfants, le bois naturel et la chaume… Il y a bien aussi une émotion du nord qui s’empare de moi presque dès que je franchis la frontière qui me sépare des Pays-Bas et qui va crescendo à mesure que j’approche de la mer Baltique.

Notre voyage a compté plusieurs étapes et nous avons logé en 4 endroits différents. Je pense que cela ne tiendra pas en un seul article, mais sans doute en 3 ou 4.

Travel to Denmark - Episode 74 - Amateur Traveler Travel ...

C’est par Odense, capitale de la Fionie, que nous commençons, à l’issue d’une longue route qui nous aura permis d’apprécier un pays paralysé par les travaux, j’ai nommé l’Allemagne. Lorsque nous arrivons, au Danhostel d’Odense, réservé sur booking, l’heure du souper est déjà dépassée et nous trouvons simplement une enveloppe à mon nom scotchée au volet baissé de la réception. Cette enveloppe contient la clé d’un dortoir de 9 privatisé pour nous. L’atmosphère est étrange, il fait déjà noir et après un paquet de miracolis rapidement cuisiné dans la cuisine collective, nous nous retirons dans notre dortoir. Il y a plusieurs Danhostels au Danemark et deux à Odense. Nous avons dormi dans celui qui est hors du centre ville, situé dans un grand bâtiment en U avec des colombages et donnant sur une grande cour pavée. Nous avons également vu celui, beaucoup plus moderne, de Roskilde, au bord du Fjord. Le nôtre était correct, mais une fois payé le supplément pour les draps, ça ne nous est pas revenu moins cher que le reste. Je n’ai plus les prix exacts en tête, mais en s’y prenant 4-5 mois à l’avance sur booking, nous avons trouvé des logements à prix corrects (pour l’Europe du nord et des chambres privatives, il va sans dire que c’est plus cher qu’un dortoir au Pérou), je pense qu’on en a eu pour 40€ par personne et par nuit en moyenne. Par contre, je confirme, la vie est chère au Danemark, TOUT est cher…

P1060340

Le lendemain, nous voilà parties à l’assaut des rues d’Odense qui est, comme l’Allemagne, en travaux ! Mais de gros travaux… Odense est la ville natale du héros national Hans Christian Andersen. Et même si la ville lui rend déjà plus qu’hommage, les autorités ont décidé de construire un énorme parc qui s’annonce féérique en plein centre ville : chemins, espaces verts et lieux de détente inspirés par la vie et l’œuvre de H.C.A. au programme. Cela s’annonce délicieux, mais pour l’instant c’est à l’état de cratère et nous a occasionné bien des détours. Néanmoins, nous avons apprécié cette petite ville de charme et avons visité l’ensemble des musées dédiés à l’auteur. Avec un pass qui coûte environ 25€ on se lance sur ses traces et on peut visiter son musée, sa maison natale, la maison de son enfance, ainsi qu’un musée plus général sur l’histoire de la Fionie. Les maisons modestes et colorées du quartier où il est né sont toujours là et on a le sentiment de se promener dans une carte postale, tout est si petit, si calme, si doux… Nous en apprenons également un peu plus sur l’histoire de la ville et découvrons quelques endroits de charme et insolites :

  • la hutte des elfes qui fait partie du complexe muséal et ou enfants et adultes (nous ne nous sommes pas privées) peuvent se déguiser et déambuler dans ce qui ressemble à une tanière d’elfes avec arbres creux reconstitués, coins lecture, lits, ménagerie, tout pour se réinventer une vie de contes de fées et perdre toute notion du temps
  • les jardins communautaires, organisés comme de véritables campings, où les citadins et les amoureux de jardinage peuvent s’offrir un lopin de terre à fleurir ou cultiver. J’ai été séduite à cette idée et j’ai complètement craqué à la vue de leurs abris de jardin qui ressemblent davantage à des tiny houses.
  • Le parc derrière la cathédrale, sa roseraie et ses statues
  • L’horloge animée par des créatures fantastiques qui carillonne toutes les heures et offre un spectacle de quelques minutes sur la petite place qui fait face au musée Andersen.

IMG_2953IMG_2954IMG_2952

Cette première journée m’a charmée et le destin d’Andersen m’a touchée. Je me dis que je lirais bien ses contes en rentrant, c’est jusqu’à maintenant resté un vœux pieux. Je garde un souvenir de mon regard hébété face aux boites aux lettres des immeubles aux multiples étiquettes ornées de noms exotiques. Les rues larges, la place de choix réservée aux cyclistes, le silence, les gens ne crient pas ici, les petits personnages en papier plié qu’Andersen offrait aux enfants de ses amis, je me réjouis déjà d’être au lendemain et d’aller voir la mer.

Quelques adresses :