Bilan de février: coups de coeur et déceptions, beaux mots inclus

Bonjour à tou-te-s,

28 jours mais tout de même un bilan conséquent en février. J’ai regardé un film, lu deux livres (dont un abandonné en cours de route cependant) et regardé 4 séries (en réalité des mini séries). Commençons d’ailleurs par ces dernières.

J’ai dévoré « Preuves d’Innocence » sur netflix qui documente le travail de l’Innocence Project aux USA. Si vous ne connaissez pas l’Innocence Project, il s’agit d’associations d’avocats bénévoles qui répondent à des demandes de condamnés (souvent à mort) qui clament leur innocence. Les failles du système judiciaire américain sont vertigineuses. J’ai adoré cette mini série documentaire. Notamment les extraits où des experts expliquaient comment fonctionne la mémoire des témoins et des victimes et à quel point un témoignage visuel doit être considéré avec la plus grande des précautions et non comme une preuve. Ensuite, j’ai regardé une nouvelle série noire venue du nord que j’ai également beaucoup aimée. Il s’agit des « meurtres de Valhalla », très efficaces. J’espère en voir une deuxième saison car j’ai aimé l’effeuillage psychologique progressif des deux enquêteurs et je voudrais les revoir à l’œuvre et en savoir plus sur ce qu’ils deviennent. J’ai été fidèle à « Grantchester » une de mes séries britanniques fétiches. Ceci dit, le personnage principal a changé puisque James Norton a quitté la série. On voit qu’ils ont essayé de donner un enjeu au nouveau pasteur mais c’est un peu fabriqué. Difficile de rivaliser avec les amours contrariées et le tempérament impétueux de Sydney Chambers. Enfin, j’ai regardé la série dont on parle beaucoup « Mon amie Adèle ». Je l’ai beaucoup aimée au départ, surtout les personnages de Louise, David et Rob (j’ai compris plus tard pourquoi je n’aimais pas Adèle). L’intrigue et le triangle amoureux tiennent en haleine et la fin est absolument renversante (c’est le cas de le dire). Cependant, je n’ai pas aimé l’intervention du surnaturel de plus en plus à la grosse louche. A la fin je me sentais comme à la fin de « Gone Girl » (le film le plus malaisant du monde on est bien d’accord) et cette histoire surnaturelle m’a un peu dégoûtée. Au final, je regrette un peu les 6 heures accordées à cette série.

Le film que j’ai regardé me laisse encore le sourire aux lèvres. Il s’agit de « Boyhood » de Richard Linklater, un film tourné en 12 ans et sorti en 2004. C’est une pépite unique en son genre, très émouvant puisque les acteurs se sont retrouvés régulièrement durant 12 ans et qu’on voit les jeunes acteurs devenir adultes. Patricia Arquette en mère courage à la vie sentimentale foireuse et Ethan Hawke en doux rêveur un peu inconsistant sont parfaits pour camper ce couple de parents divorcés. Ellar Coltrane et Lorelei Linklater sont attachants comme tout, frère et sœur soudés malgré les épreuves. Robert Linklater pose un regard empreint de bienveillance sur ces personnages qui savent nous toucher malgré la simplicité de l’histoire ou peut être justement grâce à cette simplicité et cette humanité. Cela me donne envie de revoir la trilogie des « before » avec Ethan Hawke et Julie Delpy. On y retrouve dans Boyhood cette connexion immédiate avec des personnages qui ouvrent grand leur cœur et n’ont pas peur de parler de leurs sentiments.

Boyhood
Il était si petit ❤
Before sunrise…magique…

Au rayon lecture, j’ai lu « Une machine comme moi » d’Ian Mc Ewan, l’un des auteurs britanniques contemporains les plus talentueux (deux de ses livres au moins ont été adaptés au cinéma « l’intérêt de l’enfant » et « sur la plage de chesil). Je viens de terminer un troisième livre de lui et même s’ils sont tous différents (pas la même époque, pas le même profil de personnages, le même milieu, etc), ils ont pour thème récurrent le questionnement éthique, les dilemmes, les accords passés avec notre conscience, etc… Les personnages ont une vie intérieure mouvementée. Il s’agit ici de l’histoire d’un homme qui adopte/achète un robot humanoïde, réaliste à s’y méprendre. Mais voulons nous que les machines restent des machines ou qu’elles soient comme nous ? Et comment les traitons nous quand elles échouent à nous satisfaire. Je ne saurais résumer cet ouvrage mais je le conseille vivement. C’est prenant, ce n’est pas de la science-fiction mais plutôt une sorte de dystopie et truffé d’originalités et de questionnements intéressants. Ian Mc Ewan mériterait sans doute que j’écrive un article complet sur son œuvre. J’en aurais bien envie mais il me faudrait du temps.

Enfin, le livre que je n’ai pas terminé est le classique de Jack Kerouac « Sur la route ». C’était déjà sa dernière chance et sans doute la dernière (puisque a la moitié j’ai abandonné et lu les dernières pages, chose que je ne fais jaaaaaaamais). Je n’ai pas connu avec lui l’épiphanie vécue avec « l’écume des jours » et « Rebecca » (délaissés puis retrouvés et aimés avec passion. Alors l’écriture est magnifique à certains moments, lyrique même et j’ai ressenti toutes sortes d’émotions vertigineuses vécues par le narrateur, mais….au bout d’un temps c’est tout le temps la même chose. Il croise machin et va avec lui à tel endroit où il retrouve avec une bande qu’il avait fréquenté sur la cote ouest, il repart en stop avec deux autres, galère, écoute les histoires de ses compagnons de route, et ainsi de suite. Une masse de personnages parmi laquelle je me perdais et une évolution que je ne sentais pas venir. Je me suis lassée de ce flux continu et de cette emphase quasi perpétuelle. A la fin je trouvais que rien de ressortait plus. Je comprends stylistiquement pourquoi c’est une référence et également que cela reflète sans doute une époque, un paradis perdu, la jeunesse…bref…au bout d’un temps j’ai trouvé ça…chiant. J’aurais tant voulu l’aimer pourtant. Et vous l’avez-vous lu ? Avec vous déjà détesté à la première lecture et aimé à la seconde ? Avez-vous déjà eu ce sentiment étrange qu’un livre était pour vous et finalement non ?

Quand même bien écrit j’avoue 🙂
Bon voilà, tout est dit…

N’hésitez pas à me laisser votre avis. Et rendez-vous en mars.