Films, séries, livres: mes favoris de 2020

Après une année de bilans mensuels et faisant suite à des articles du même genre ici et , voici ce que j’ai préféré en 2020 et que je vous conseille chaudement si vous êtes en panne d’inspiration.

Au niveau cinéma tout d’abord, j’ai aimé, dans le désordre :

  • Le saisissant, violent et musical Whiplash de Damien Chazelle qui met en scène la confrontation entre un jeune prodige de la batterie et son professeur aux méthodes peu orthodoxes
  • Le mélancolique Suite Française avec Michelle Williams et Matthias Schoenaerts en amants impossibles durant la seconde guerre mondiale. Un très joli film basé sur une histoire vraie
  • J’ai adoré Réparer les vivants , cette ode à la vie et ce plaidoyer bouleversant pour le don d’organes, tiré d’un roman de Maylis de Kerangal. A voit absolument !
  • Armando Iannucci  m’a conquise mettant en scène un David Copperfield au casting casting sans discrimination raciale. Une fable joyeuse, fantasque, colorée et des acteurs qui se délectent visiblement d’être là et donnent le meilleur d’eux-mêmes.
  • Enfin, dans un autre registre, je ne peux pas ne pas mentionner l’un des films de l’année : le polonais Corpus Christi et son jeune acteur Bartosz Bielenia qui crève l’écran en délinquant cherchant la rédemption dans la religion, au propre comme au figuré.

Au niveau des séries, il y en a aussi pour tous les goûts :

  • Virgin River , pour ceux et j’imagine surtout celles qui savent apprécier un peu d’eau de rose et que le décor des Rocheuses ne gâche en rien. Une série doudou parfaite pour l’hiver.
  • J’ai terminé The Good Place , ce bonbon aussi philosophique que déjanté, aussi hilarant qu’émouvant. Tout ce qu’on aime. Vous l’aurez deviné, en cuisine j’aime aussi le sucré salé 😊
  • Pour les amateurs de drame en costume, d’épopée et encore une fois de romance, on ne présente plus Outlander même si les première et troisième saisons restent mes préférées et que rien ne me consolera de Poldark, la meilleure série !
  • Pour parfaire votre culture historique et approcher une période qu’on nous enseigne peu, je vous conseille Rebellion/Resistance qui parle donc de rébellion, de résistance et surtout da lutte fratricide des Irlandais pour leur indépendance.
  • Il faut bien une série policière dans ce top éclectique, la voici, elle est scandinave (tiens donc) et c’est Bron/The Bridge (aussi ici et ) qui a occupé une bonne partie de mes soirées d’été. A voir non seulement pour les scénari de qualité mais aussi pour la prestation de Sofia Helin qui campe sans faute et durant 4 saisons l’inspectrice Saga Noren, atteinte d’un trouble du spectre autistique (bien que cela ne soit jamais clairement mentionné). Une prouesse !
  • Pour continuer dans la noirceur, j’ai adoré la saison 2 de L’aliéniste , meilleure selon moi que la première (et qui peut être vue indépendamment). Une plongée dans le New York de la fin du 19°, peuplée de personnages inquiétants et mentalement dérangés, traqués par un trio de choc interprété par Dakota Fanning, Luke Evans et Daniel Brühl, tous trois impeccables.
  • Dois-je vraiment mentionner que j’ai beaucoup aimé Le jeu de la Dame ? J’imagine que vous ne m’avez pas attendue pour en entendre parler et, sans doute, le regarder. Cette mini-série est je pense devenue la plus regardée de l’histoire de netflix et ce, en seulement quelques semaines. Les amateurs d’échec remercient les producteurs.
  • En novembre et décembre, j’ai découvert The Crown (et ici aussi), une série manifestement créée pour les gens comme moi et qui m’a plongée dans un état quasi extatique du début à la fin. Je la recommande aux connaisseurs de la famille royale mais aussi et tout autant à ceux qui s’en fichent et aux anti royalistes. C’est avant tout une histoire de famille et de devoir absolument fascinante et divinement bien jouée.
  • Enfin, j’ai déjà crié mon amour pour Home for Christmas dans mon billet de décembre et cette série norvégienne romantique et moderne mérite largement sa présence dans mon top. Que vais-je devenir en décembre 2021 puisque je pense que l’intrigue est bouclée ???

Enfin nous arrivons à la littérature. En 2020, j’ai aimé :

  • Middle England d’un de mes auteurs favoris, Jonathan Coe, qui n’a pas son pareil pour créer des personnages attachants et so british et nous plonger au cœur de moments politiques décisifs, ici le pré Brexit.
  • Toutes les histoires d’amour du monde où Baptiste Beaulieu nous emmène sur les traces des amours de ses aïeux en temps de guerre, tout en délicatesse.
  • Mon coup de cœur de l’année va au sublime roman d’Amin Maalouf Les désorientés . J’ai été séduite, emportée et bouleversée tant par le fond que par la forme.
  • J’ai découvert et beaucoup aimé aussi deux bandes dessinées de l’auteure suédoise féministe Liv Stromquist , L’origine du Monde qui traite de la représentation du sexe féminin et La rose la plus rouge s’épanouit qui aborde le thème de l’engagement amoureux.
  • J’ai plongé dans l’univers fantasque et meurtri de Pierre Lemaître et son Au revoir là haut, qui m’en a appris sur la triste condition des poilus démobilisés.
  • Enfin, je me suis laissée peu à peu surprendre, après des débuts laborieux, par Les oreilles de Buster de Maria Ernestam où il est question de maternité toxique et d’une dame qui dort avec des oreilles de chien (des vraies) sous son oreiller.

Pour terminer, je retiens également des visites. Il y en a eu peu puisque pour moi le tourisme s’est arrêté en mars. C’est peut-être pour cela que je m’en souviens mieux. Il s’agit de ma visite du Speelklok Museum à Utrecht et de l’expo Monet :The immersive Experience à Bruxelles. Deux moments qui me rappellent combien les lieux de culture me manquent.

Mes souhaits pour 2021

Après la liste des choses que j’ai accomplies en 2020, j’ai pris le temps de coucher sur papier une série de vœux ou d’intentions pour 2021. Je n’aime pas les résolutions, je trouve même cela stupide de penser qu’une fois pas an on est capable de tout changer. Surtout quand ce moment est le cœur de l’hiver, c’est-à-dire par la période la plus réjouissante pour se mettre au jogging ou arrêter de fumer je suppose. Par contre, je suis sensible aux rituels et j’aime en septembre et décembre faire le point, voir ce que je garde, ce que j’ai terminé, ce que j’aimerais amorcer (l’an dernier, j’avais réalisé un vision board). Et sortir du tout ou rien draconien.

En 2021, je voudrais continuer à progresser dans mon apprentissage simultané de la guitare folk et du solfège. Ce cours hebdomadaire est un phare dans mes semaines boulot/maison, all work and no play… Comme je suis débutante, il est assez gratifiant de voir qu’en travaillant les progrès sont substantiels puisque la marge de manœuvre est importante. J’ai bien fait d’enfin me décider.

Je voudrais également progresser dans mon apprentissage de l’espagnol. En réalité, j’ai écumé presque tous les cours de l’application Babbel, mais sans possibilité de pratiquer la langue, je perds. Je suis donc en train de refaire toutes les leçons de conjugaison. Mon abonnement est valable jusque fin février. Ensuite, j’aimerais m’inscrire à des tables de conversation et j’ai déjà pris des contacts pour après ce semi confinement dans lequel nous sommes plongés depuis maintenant deux mois et demi. Je pense faire de même pour l’italien. Je n’ai pas de problèmes de grammaire en italien, mais je voudrais enrichir mon vocabulaire.

Dans le même ordre d’idée et là ce n’est ni une résolution, ni une intention, ni un objectif, mais un vrai vœux : je voudrais aller en Italie. Nous rêvons tous d’escapades (et certains ne s’en privent pas, ce que je déplore au vu de l’évidence que cela participe à propager le virus), mais l’Italie me manque vraiment. J’y ai vécu, puis je n’y suis pas allée pendant plusieurs années et enfin, j’y suis retournée en 2019 pour un voyage qui m’a profondément reconnectée à moi-même et à mon amour de cette terre.

Pour changer de registre, cette année, j’aimerais mettre mes craintes de côté et, sinon acheter une maison, du moins en visiter. Je me sens à l’étroit dans mon appartement et surtout je souffre de ne voir que briques et asphalte par mes fenêtres, même si j’ai la chance de vivre dans un très joli centre-ville. Beaucoup de questions : revendre ? où aller ? sur quoi transiger et sur quoi non ? combien puis je me permettre de dépenser ? Bref…je pense que visiter permettra d’enclencher le processus et que j’aurai moins peur le jour où j’aurai un coup de cœur. Dans le même ordre d’idée, je souhaite progresser vers l’élimination du superflu de mon appartement. Au-delà de l’aspect anticonsumériste de mes efforts, ils découlent également du stress vécu lors du déménagement précédent (alors que je n’ai pas tant que ça pour être honnête, mais je déteste gérer le matériel, je m’en sors beaucoup mieux avec les humains) et de l’envie de me sentir libre de bouger.

Je souhaite également conserver une routine sportive. Durant le premier confinement, j’étais vraiment bien. Cet hiver c’est plus dur. Je n’ai jamais arrêté de faire du sport, mais je n’en n’ai pas toujours fait plusieurs fois pas semaine ni en planifiant des entrainements cohérents et complets et j’aimerais reprendre. Cela me fera un bien fou je le sais. J’ai d’ailleurs réservé en ligne un créneau pour tester une nouvelle piscine. Et, objectif de l’an dernier déjà, j’aimerais refaire de l’escalade. Je n’ai eu qu’une fois l’occasion d’aller faire du bloc cette année et je n’ai pas vu le temps passer. Par contre, j’ai fait connaissance avec les courbatures aux avant bras.

Et enfin, éternel objectif, sans cesse remis sur le métier, j’aimerais continuer à écrire. Ecrire sur ce blog, écrire pour aller mieux car j’ai découvert que durant les « bas », cela fait vraiment partie des outils qu’il faut que j’exploite et enfin, pratiquer l’écriture littéraire maintenant que j’ai diminué mon temps de travail et investi dans un ordinateur flambant neuf. Si je suis ultra motivée, j’ai même dans un coin de ma tête l’idée d’utiliser un max les investissements de cette année (appareil photo et ordinateur) afin de réaliser de courtes vidéos.

Au rayon du moins, j’espère troquer une partie des sodas (mon péché mignon) pour de l’eau et les heures passée devant netflix pour regarder des longs métrages et lire des essais notamment. J’ai déjà diminué et je m’aperçois que je me sens beaucoup plus satisfaite lorsque je consacre davantage de temps à la lecture ou la guitare et je souhaite continuer sur cette voie.

Un beau programme donc. Et encore, je me suis restreinte. Si je m’écoutais, je mettrais au programme de m’acharner à nouveau sur le néérlandais, faire de la danse (il me faudrait encore choisir entre contemporain, danses de salon ou claquettes…j’ai hésité 15 ans entre piano et guitare, ça peut me mener loin), faire du woofing (ça je le garde en tête), une série déraisonnable de voyages, courir 15 km sans peine (je plafonne depuis un moment niveau jogging) , me lever plus tôt le weekend, suivre des moocs…bref, j’ai un appétit d’expériences et une curiosité intellectuelle débordantes, mais je sens que je dois me freiner car je suis alors sujette à la procrastination et j’arrive à un âge (oh my god) où j’ai besoin d’accomplir vraiment les choses et de rêvasser moins. Sur cette un peu trop sérieuse, je clôture cette liste de désirs.

Et vous, avez-vous des rituels de fin/début d’année ? Vous sentez vous enthousiastes en ce début d’année ?

Une photo du Pacific Crest Trail….un vrai rêve…juste parce que j’avais envie (je ne connais pas la dame)

Bilan culturel de décembre

Nous voici donc en 2021 pour le dernier bilan de 2020.

En décembre, j’ai regardé deux films. Sans grande concentration, j’ai regardé le classique  West Side Story. J’aime bien les vieux films et les comédies musicales et je me demande ce que Spielberg va en faire puisqu’on nous en annonce une nouvelle version cette année. Du même Spielberg, j’ai regardé avec curiosité Ready Player One. Ce film a reçu de bonnes critiques et suit les péripétie futuristes de joueurs immergés dans un jeu video qui supplante peu à peu la vraie vie. Je m’attendais à quelque chose de plus violent, style Black Mirror, mais cela reste assez grand public. Ce n’est pas mon style de film mais je le regardais pas curiosité, étant interpellée par l’impact du gaming sur la vie de certains ados et jeunes (et moins jeunes) adultes. Je dirais que c’était instructif et au niveau des effets et de la réalisation, c’est assez irréprochable évidemment.

J’ai regardé trois séries durant ce mois de décembre. L’une « Sur la piste de l’éventreur du Yorkshire » pour satisfaire mon étrange penchant pour les émissions de true crime et mon attrait pour l’Angleterre (bon un peu moins le Yorkshire dans les années 70 du coup). Ensuite, j’ai continué à « dévorer » The Crown et j’ai adoré. Je ne sais pas comment vendre cette série, tout semble avoir été dit et écrit. Bien sûr je comprends que la famille royale s’en offusque et il faut garder à l’esprit qu’on ne saura jamais exactement ce qu’il se passe dans l’intimité d’une relation. Contrairement à ce que j’ai lu au sujet de la représentation manichéenne de la relation Charles-Diana, j’ai pu éprouver de l’empathie pour les deux. Bien sûr Diana ne pouvait qu’être broyée par « The Firm » comme les anglais appellent leur monarchie, mais Charles, jeune homme brimé, en manque d’affection, aux désirs et amours systématiquement contrariés, m’a également touchée. La série est construite de telle façon que l’on peut souvent comprendre malgré tout des comportements évidemment répréhensibles, voire odieux. Enfin, comme annoncé dans un précédent article, Home for Christmas m’a accompagnée durant les jours de Noël. J’ai trouvé cette deuxième saison à la hauteur de la première, pas niaise tout en étant magique (ahhhh la Norvège), romantique tout en ayant une vision réaliste du couple et surtout célébrant l’amitié, la solidarité, l’ouverture d’esprit et l’indépendance. Pour moi, c’est une grande réussite. Et je trouve que la série a fait le tour. J’ai du mal à l’admettre car j’aimerais qu’elle continue toujours, mais le risque est là ne n’avoir plus rien à raconter, en tout cas en ce qui concerne la protagoniste. Mais bon, si une saison 3 arrive, je serai dans les starting blocks.

Au rayon littérature enfin, j’ai lu Vu de l’extérieur, un court roman de Katherine Pancol. J’ai du mal à dire si j’ai aimé. La protagoniste m’a agacée tout au long de ma lecture. Un peu moins à la fin. Il faut cependant reconnaitre une peinture assez juste d’une personne ayant de gros troubles d’attachement  et victime d’abus qui se révèlent lorsqu’elle fonde une famille. J’ai également lu Le cercle des derniers libraires de Sylvie Baron. Une lecture doudou de fin d’année par excellence. Sylvie Baron, que je ne connaissais pas est qualifiée d’auteure de « romans policiers du terroir », et c’est exactement ce qu’est ce roman en plus d’être un manifeste militant pour la profession de libraire. Amateurs de livres et de mystère, ceci est pour vous. La surprise du mois est venue d’un livre prêté par une amie : Les oreilles de Buster de la suédoise Maria Ernestam. J’ai eu du mal à entrer dans ce livre et encore une fois à avoir de l’empathie pour la protagoniste, mais au fil de la lecture, j’ai vraiment été happée et je peux dire que j’ai beaucoup aimé ce livre. Il traite à nouveau ici de la pyschologie féminine, celle d’Eva, une dame qui approche de la soixantaine et qui, au travers d’un journal, se livre sur sa relation douloureuse avec sa mère (qu’elle annonce dès le début du roman, avoir tuée, mais on n’apprend pourquoi et comment que bien plus tard) et les conséquences de ce désamour sur sa vie. C’est très fin et c’est aussi un page turner. Les chapitres alternent entre le quotidien d’Eva et les révélations faites à son journal, les pièces du puzzle s’assemblent c’est assez addictif. Je recommande cette auteure, en tout cas ce livre. Il vaut la peine qu’on y consacre un peu d’effort au début.

Voici pour décembre donc. A suivre, mon top de cette année 2020. J’en profite pour vous souhaiter de belles découvertes en cette année. N’hésitez pas à donner votre avis et partager vos coups de cœur.

Les oreilles de Buster – Maria Ernestam – BiblioBlog