100!

Bonjour à tous,

Ceci est le centième article que je publie sur mon blog et l’occasion pour moi de faire un peu le bilan. J’ai créé mon blog le 10 décembre 2016 et j’ai publié mon cinquantième article le 23/03/19. Il m’a donc fallu deux ans et plus de 4 mois pour écrire mes 50 premiers articles et « seulement » un an et un peu plus d’un mois pour écrire les 50 suivants.

Comme lors de mon article pour les 50, voici quelques chiffres et repères que j’ai relevés :

Pour la suite, je me vois bien continuer sur ma lancée. Je façonne peu à peu ce blog à mon image. Il est aussi mon partenaire de réflexion, mes annales, l’endroit où je peux aller rechercher mes souvenirs, une sélection de mes meilleurs moments, un espace où je prends le temps de me recentrer régulièrement sur ce qui m’est essentiel et que je ne dois pas perdre de vue.

J’aimerais publier davantage de contenu créatif, simplement pour le plaisir de jouer avec la langue, de me vider l’esprit. J’envisage aussi des articles best of, pour me replonger dans ma bibliothèque, ma cinémathèque. Je remarque que ces articles, en plus d’être amusants à écrire sont souvent appréciés.

Enfin, le lâcher prise est pour moi un ouvrage sans cesse à remettre sur le métier, donc je vais poursuivre et me laisser porter par l’inspiration du moment.

Si vous avez lu ceci jusqu’au bout et qu’il vous arrive de passer sur mon blog et de vous y attarder, je vous en remercie. Cela me fait toujours plaisir de voir que des personnes sont passées sur mon blog, reviennent, s’abonnent et « likent » mes articles. Merci aussi à ceux et celles qui me laissent un commentaire à l’occasion. Cela m’intéresse toujours de pouvoir échanger, de savoir comment vous avez atterri sur mon blog, quels articles vous ont plus. Venez-vous ici pour les bilans culturels, pour les articles sur l’écologie, simplement par curiosité ?

N’hésitez pas à me faire un retour…

Je vous reviens bientôt avec de nouveaux articles…

Constance

Christian Schloe - Set Your Heart Free
Illustration de Christian Schloe, j’adore cet artiste…

 

Les beaux mots (1)

J’inaugure ici une nouvelles rubrique sur mon blog, une rubrique où garder une trace et partager les phrases qui me touchent par leur beauté ou leur vérité, au hasard de mes lectures. Les mots qui m’émeuvent, ceux pourquoi je lis, ceux qui me bousculent, ceux que j’aimerais pouvoir écrire…

Je vous retranscris ici quelques bribes de « Retour à Montechiarro » de Vincent Engel, dont j’avais parlé ici et qui me restera je le sais longtemps en mémoire…

Narrant un enterrement : « Sur le parvis, une fine pluie d’automne s’épuisait comme un chagrin lâché trop tôt. »

« S’il avait aimé Agnese comme un homme aime une femme, s’il avait été plus jeune, peut-être aurait-il fait ce choix-là, ou bien l’aurait-il emmenée loin d’ici avec lui. Mais les enfers collent à la semelle des émigrés, et son père était mort parce que son cœur était rivé à une porte de pierre, à une vision de l’homme qu’il n’avait pu défendre qu’à mots murmurés ou tracés dans le secret de carnets intimes. Agnese le traitait de suicidaire, et c’était sans doute vrai ; il se suicidait parce qu’il n’avait ni la force ni l’envie de vivre autrement, de changer d’être, de partir guerroyer à Troie quand l’ennemi menaçait Ithaque. La mort choisie devient parfois l’unique moyen de rester fidèle à un projet de vie, même s’il met un terme à cette même vie – celle-ci du moins se prolonge dans l’echo du dernier cri de liberté, dans les ondes du coup que l’on porte, en son âme et conscience, à son corps désormais d’aucune utilité. »

« Il y a beaucoup d’abbayes en Belgique et en France, et certaines sont plus belles que celles-ci ; mais aucune n’accède à la grâce que ce pays concède aux masures les plus humbles, les plus délabrées. Monte Oliveto ! Lorsque je l’ai aperçue sur cet éperon sec, briques rouges sur roche sombre, j’en ai eu le souffle coupé. La Toscane, Agnese ! Quelle féminité faite de blessures, de douceur cerclée d’épreuves… Durant des siècles, les hommes y ont bâti des citadelles, des forteresses, s’y sont livré des guerres sans merci ; depuis plus longtemps encore, des paysans en ont fait le jardin le plus splendide, d’une simplicité telle qu’on la croirait naturelle. La guerre y a perdu la bataille ; tout ici n’est plus que paix… »

Je n’ai rien à ajouter…les mots ont-ils également un pouvoir sur vous ?

The Everygirl's 2018 #bucketlist #theeverygirl