Retour au cinéma: « Drunk », « Adieu les cons », « Promising Young Woman »

Hello,

Cela fait plusieurs semaines que je déserte cet endroit et je me suis dit que pour me remotiver, il serait bon que je modifie mes habitudes. Ainsi dans mes bilans ou mes récits, je m’impose trop souvent d’être exhaustive et cela entraine chez moi de la procrastination. J’ai donc décidé de me lancer dans quelque chose de plus instinctif, plus « à l’envie » et davantage affranchi d’obligations de régularité ou de cohérence.

Ainsi j’avais envie de parler et de garder une trace des trois films que j’ai vus au cinéma depuis la réouverture (et même avant dans le cadre de « Still Standing for Culture ») et qui m’ont beaucoup plu. Ils sont toujours à l’affiche donc cet article ne sera peut-être pas vain si vous tombez dessus et cherchez l’inspiration.

Je suis allée voir « Adieu les cons » d’Albert Dupontel, avec lui-même et Virginie Efira. Honte à moi, je n’avais jamais vu Virginie Efira au cinéma et force est de constater que je souscris à tout le bien qu’on dit d’elle. Elle est absolument adorable et bouleversante dans ce rôle de mère condamnée qui cherche à retrouver l’enfant qu’on lui a enlevé à la naissance. Mais attention, Adieu les cons est avant tout une comédie, une comédie douce et irrévérencieuse. Il y a de l’élégance dans ce film et un petit côté Amélie Poulain. Poétique, même si plus grave. Des personnages secondaires fantasques et pleins de bons sentiments, un suspense tout de même et des gags. Un très beau film.

Adieu les cons de Albert Dupontel : Un Grand soir un peu trop tiède |  LeMagduCine

Dans un autre genre, mais toujours avec une héroïne féminine, je suis allée voir « Promising Young Woman » avec Carey Mulligan. Emerald Fennell, qui a réalisé et scénarisé cet ovni revanchard militant féministe et rose bonbon (oui, tout cela dans le même film) a raflé l’Oscar du Meilleur Scénario et c’est amplement mérité. Au passage on signalera que c’est son premier long métrage. On suit ici Cassie, une jeune femme qui, chaque weekend, sort en boite et feint d’être ivre jusqu’à ce qu’un homme finisse inmanquablement par la ramener et tenter d’avoir un rapport sexuel avec elle. La bande annonce décoiffe et capte l’attention. Les « bons samaritains » sont eux aussi un peu décoiffés lorsqu’ils s’aperçoivent qu’elle n’est pas du tout ivre, ils sont même complètement flippés et c’est absolument jouissif de la voir leur donner une bonne leçon (en tant que femme, car il faut le dire dans ce film les hommes prennent cher). Il est bien sûr ici question de vengeance et je vous laisse en découvrir tous les chapitres. Car si les motivations de Cassie sont rapidement devinées et exposées, la forme que prend cette quête de justice est absolument surprenante et cocasse. On est également surpris par le romantisme limite mielleux présent dans les intrigues parallèles (le film est très dense), mais à la fin, on en revient à l’adn annoncé au début. Mention spéciale à la bande originale à base de girls bands remixés et planants et de tubes des années 80. A voir absolument pour une piqûre de rappel plus que jamais utile de ce que sont le viol et le consentement.

Le parti pris militant de « Promising Young Woman »
Cassie le jour…
5 raisons de voir Promising Young Woman
Cassie la nuit

Enfin, c’est le premier film que j’ai vu lorsque je suis retournée au cinéma et cela fait déjà 3 mois, je voulais parler de « DRUNK » qui est et je pense va rester pour moi le film de l’année, mais aussi sans doute un de mes films préférés (en tout cas l’un des meilleurs, parce que bon, il ne détrônera peut-être pas l’histoire sans fin mais ils ne jouent pas dans la même catégorie disons). Je ne suis pas la seule à être de cet avis puisque ce film de Thomas Vinterberg a été multiprimé. Le pitch tient en peu de choses : 4 amis quadras/quinquas en manque de sens/piment/reconnaissance dans leur vie décident de tester une prétendue théorie qui énonce que nous serions nés avec un déficit d’alcool dans le sang équivalent à 0.5mg/litre. Ce qui suppose que pour être épanouis, nous devrions toujours être légèrement ivres. Original, mais au-delà de l’idée, ce quatuor d’acteurs (dont le fantastique Mads Mikkelsen) et leur réalisateur nous offrent un film élégant, sensible, bouleversant, drôle, triste et inoubliable sur l’amitié, la dépression, la place de l’homme dans sa famille, au travail, dans la société. Un film qui nous montre les hommes comme on les voit rarement : dans l’introspection, partageant leurs sentiments. Ivres certes mais pas vulgaires ou en train de tromper leur femme. En questionnement… C’est absolument épatant. Il est à noter que ce film n’est ni une apologie ni une condamnation de l’alcool, même si on en parlera inévitablement à la sortie et si je trouve qu’il serait bon que ce film soit montré massivement à un public jeune et accompagné. A chacun de se faire sa propre idée. Ici, comme parfois dans la vie, l’alcool et ensuite la gueule de bois sont avant tout des moyens d’aller au cœur de l’intimité des personnages et de leur essence et le pari est absolument réussi. A voir ABSOLUMENT. Oui en majuscule cette fois ci.

DRUNK - Café des images
Drunk : critique saoulographique

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Et vous, avez-vous vu de nouveaux films ? En avez-vous à conseiller ? Ma liste est longue, je lorgne sur pas mal d’affiches …  « Blackbird », « Falling », « Nomadland », « the Mauritanian »… je croule sous les bons films à voir… Sans parler des livres…

Bilan d’avril: Sapiens, The dig et le retour d’Emily St John Mandel

Hello,

Ce mois d’avril a été le plus frais depuis 35 ans et on l’a bien senti passer. Comme la vie sociale n’est pas encore vraiment déconfinée (on peut se voir dehors mais il a fait froid), ça a laissé le temps à la lecture et au visionnage. Alors quel est le bilan de ce mois ?

Ce mois ci j’ai terminé une série netflix et j’ai regardé un film et un documentaire.

J’ai regardé la série mexicaine « qui a tué Sara ? » dont je dirais que le principal mérite est de m’avoir fait pratiquer la compréhension à l’audition de l’espagnol. J’adore le cinéma espagnol et argentin, mais niveau séries je suis souvent déçu. Je trouve souvent cela « too much ». Tout va trop vite, trop fort, c’est sulfureux, c’est mafieux, la richesse est démesurée, la violence aussi. Je me suis même lassée sur certains aspects de « la casa de papel » même si il y a un plaisir intellectuel dans cette dernière et que l’iconographie fait mouche. Ici, comme dans « la disparition de Soledad » l’intrigue fonctionne (une deuxième saison risque de suivre vu la fin de celle-ci), les méchants sont détestables, il y a l’un ou l’autre personnage un peu plus dense, mais je nourris également une antipathie certaine pour la victime. Cette Sara a un vilain air de peste il faut bien le dire. Bref, à quand de nouvelles séries anglaises ou une production hispanophone à la hauteur de son cinéma.

Je suis arrivée, je ne sais absolument plus comment, sur le documentaire « Evelyn » d’Orlandon Von Einsiedel. Evelyn était le jeune frère d’Orlando et il s’est suicidé il y a une dizaine d’années. Face au deuil impossible de sa famille, Orlando documente un trail qu’il réalise avec son frère et sa sœur sur les traces du disparu. J’ai tellement été touchée par cette œuvre à la fois personnelle et universelle que j’ai décidé d’en rédiger une chronique que je publierai à part. J’ai d’ailleurs décidé de sortir mes coups de cœur des bilans pour leur donner davantage de visibilité.

Enfin, sur netflix à nouveau, j’ai visionné « The Dig » un film anglais au casting impeccable (Ralph Fiennes, Carey Mulligan, Johnny Flynn et Lily James pour ne citer qu’eux) qui narre l’histoire vraie (mais romancée) d’une femme férue d’archéologie qui fait appel aux services d’un autodidacte pour explorer des tumulus (tumuli ?) sur sa propriété. Le tout durant la seconde guerre mondiale. Tout y est : le jeu d’acteur, la reconstitution d’époque, la romance, la campagne anglaise, la quête envers les éléments (la météo, les accidents de chantier) et les opportunistes (les pontes des grands musées qui veulent raffler la mise et reléguer au second plan l’homme modeste et cultivé qui les a devancés. A regarder absolument, même si vous n’y connaissez rien en archéologie ou si cela ne vous intéresse pas. On en ressort tout ému.

Historical drama 'The Dig' uncovers fascinating true story | Lifestyle |  oleantimesherald.com
Ralph Fiennes et Carey Mulligan
The Dig: How accurate is The Dig on Netflix on the Sutton Hoo treasure find  | Films | Entertainment | Express.co.uk
Johnny Flynn et Lily James

Plus atypique, j’ai écouté une conférence gratuite d’Aurélie Valognes sur son processus de création littéraire. Je n’ai lu aucun de ses romans et je ne sais pas si j’aimerais, mais je trouve toujours cela inspirant d’écouter les artistes parler de leur travail et de comment cela se passe en coulisses. Et il faut bien le dire, l’histoire d’Aurélie Valognes fait un peu rêver.

Je n’ai toujours pas terminé la brique « Sapiens » de Yuval Noah Harari, mais j’ai emprunté à la bibliothèque sa version BD. Je ne crois pas qu’elle couvre tout l’ouvrage de référence mais c’est un sacré morceau. Je ne suis pas du tout une fan de BD à la base, mais je dois dire que lire Liv Strömquist m’a encouragée et que je m’aperçois que cela fonctionne super bien pour vulgariser. C’est digeste et truffé d’humour. Les auteurs arrivent à en faire un périple puisque le tout est raconté du point de vue de Harari qui raconte l’histoire à sa nièce. Une réussite, j’attends la suite (mais j’ignore si elle est prévue).

Sapiens tome 1 - BDfugue.com

Pour terminer, j’ai lu deux romans. Le premier, « Le cœur cousu de Carole Martinez, a été un coup de cœur pour l’amie qui me l’a prêté. Pas pour moi. Je dois reconnaitre l’incroyable imagination de l’auteur qui nous emmène en fait dans un conte lui-même fait de sous contes qui racontent l’histoire des femmes d’une même famille dans une époque indéterminée (le début du 20° siècle ?) et qu’on situe en Andalousie et en Afrique du nord. J’ai peiné à être touchée par ces personnages achétypaux et presque surnaturels. La prose très chargée et très poétique pour un roman ne m’a pas non plus transportée. Je l’ai trouvée belle mais je suis restée en dehors. A chacun de se faire une idée.

J’ai également lu, « Dernière nuit à Montréal » d’Emily St John Mandel. J’avais adoré « Station Eleven » de cette même autrice. Ce roman est un roman noir, un autre genre donc. Je l’ai aimé sans l’adorer.

Dernière nuit à Montréal de Emily St John Mandel - Poche - Livre - Decitre

On y retrouve le thème de la quête et de l’errance. Tout y est très lent et si cela rend l’atmosphère des rues glacées de Montréal très dense et vivante, tout en contraste avec le courant d’air qu’est Lilia, cette jeune femme après laquelle court le narrateur sans jamais parvenir à la saisir. En parallèle, on suit l’histoire de Lilia, petite fille enlevée par son père à l’âge de 7 ans et en cavale depuis. Pourquoi l’a-t-il enlevée ? Cet évènement résonne comme une onde se choc et ne laissera pas indemnes ceux qui s’y trouvent mêlés. Un bon suspense teinté de spleen. A ne pas lire si vous êtes déprimés par contre.

Voilà, c’est tout pour ce mois ci, mais hier je suis retournée au cinéma, dans le cadre de Still Standing for Culture (et c’était calme, distancié et masqué) et j’ai hâte de vous parler du chef d’oeuvre que je suis allée voir, « Drunk » de Thomas Vinterberg.

Bilan culturel de mars: Ian Mc Ewan et Liv Strömquist fidèles au rendez-vous

Voici le compte rendu du mois de mars, placé sous le signe du crime et de l’amour ce qui est bien normal car j’imagine que ce sont deux des thèmes qui inspirent le plus les auteurs et producteurs de littérature et d’audiovisuel.

Ce mois-ci j’ai regardé trois séries qui parlent de meurtres. Le thème est commun, mais elles sont néanmoins très différentes :

  • « Carmel » est une mini-série de true crime qui revient sur le mystérieux meurtre de Maria Marta Garcia Belsunce, une femme assez fortunée retrouvée morte dans la salle de bain de sa maison au sein d’un Coutry Club (une sorte de quartier fermé et sécurisé où vivent les riches) en Argentine. Intéressant pour les amateurs de true crime puisqu’on y retrouve les témoignages de la famille, des suspects et même du Procureur.
  • « Les carnets de Max Liebermann » une série européenne qui se déroule dans le Vienne du début du XX°siècle et suit le duo improbable formé par un inspecteur de police bourru et endeuillé et un jeune médecin juif qui s’intéresse à l’esprit et aux théories d’un homme dont on parle beaucoup à l’époque, alias Sigmund Freud. J’ai aimé l’esthétique de cette série et la trajectoire des protagonistes. La première saison ne comportait que 3 épisodes, j’attends donc de voir si nous aurons une suite.
  • « How to get away with Murder?“. Archi connue celle-ci et pourtant j’ai eu du mal à « entrer dedans ». J’avais un a priori puisque je déteste Grey’s anatomy et que je n’ai pas aimé Bridgerton, elles aussi produites par Shonda Rhimes qui est est aux commandes de Murder. Cependant une fois passés les premiers épisodes et l’antipathie que m’inspire le personnage principal, j’ai été happée par une mécanique infernale et très bien huilée. Le scénario est dingue, les personnages sont dingues. Tout est too much mais il faut bien dire que c’est addictif et j’ai avalé les trois premières saisons (sur 6). Vivement la suite, même si c’est du grand n’importe quoi et qu’aucune personne réelle ne serait incapable d’encaisser un dixième de ce que les personnages vivent.

J’ai lu un nouveau roman graphique de Liv Strömquist « les sentiments du Prince Charles ». C’est le troisième roman graphique de cette autrice que je lis après « l’origine du monde » (qui traitait de la représentation du sexe féminin au cours de l’histoire et de nos jours) et « la rose la plus rouge s’épanouit » (au sujet de la difficulté de s’engager dans une relation amoureuse). Je conseille vraiment ces romans graphiques qui aident à comprendre le rapport entre les sexes au travers d’exemples de personnages historiques et/ou célèbres et en vulgarisant avec humour (bien que les propos ne soient pas toujours franchement feel good) des théories sociologiques et psychologiques. Dans cet opus, comme le titre l’indique, il est question de l’expression des sentiments et de comment un sexe a été amené à se dévouer à un autre au fil du temps.

JOUR 37 - Les sentiments du Prince Charles, Liv Strömquist // Chronique de  Claire Porcher — Lectures de Femmes

Enfin, j’ai lu « opération Sweet Tooth » de Ian Mc Ewan. Là aussi il s’agit d’une troisième lecture du même auteur (après « l’intérêt de l’enfant » et « une machine comme moi ») et je dois dire que c’est ma préférée. On y suit Serena, une jeune étudiante puis diplômée de mathématiques de Cambridge. Serena est passionnée de littérature et se voit recrutée par le MI6 et chargée d’approcher un jeune auteur dont la plume intéresse l’organisation sous un faux prétexte (lui octroyer une bourse). Petit souci, elle en tombe amoureuse… J’ai adoré ce livre qui mêle suspense, histoire d’amour, roman d’apprentissage le tout dans une ambiance délicieusement british et rétro comme je les aime. Les romans de Ian Mc Ewan sont tous bien différents mais ont en commun de placer systématiquement les personnages face à des dilemmes moraux passionnants. La lecture de ses romans m’ont donné envie de consacrer un article plus détaillé à Ian Mc Ewan et peut-être à d’autres auteurs.

Opération Sweet Tooth - Du monde entier - GALLIMARD - Site Gallimard

Et vous, ce mois de mars ?

Bilan culturel de janvier: documentaires et coup de coeur littéraire

Quoi de neuf en ce mois de janvier ? Balades sous la pluie, séries sous la couette, télétravail et patience, je pense que nous en sommes tous là.

J’ai passé moins de temps devant les écrans en ce mois de janvier, après un mois de décembre assez scandaleux. J’ai fait d’autres choses à la place, mais ça j’en parlerai un autre jour. Néanmoins, en janvier, j’ai regardé :

  • Un documentaire sur le Prince Philipp (le Duc d’Edimbourg) et un autre sur Elizabeth 2. Après ça et The Crown, je deviens assez incollable.
  • Un documentaire sur Selma Lagerlöf. Pour ceux qui ne la connaissent pas, il s’agit de l’auteure suédoise des aventures de Nils Holgersson (mon enfance a été bercée par les dessins animés tirés de son œuvre. Qui les a vus ?). Je savais qu’elle avait été la première femme à recevoir le Prix Nobel de littérature, mais j’ignorais à quel point elle était pionnière et en avance sur son temps. Elle a fait carrière en dépit de l’avis de son père, ne s’est jamais mariée, est devenue riche et a fréquenté plusieurs femmes. Une femme remarquable.
  • Bien sûr, comme on a commémoré les 74 ans de David Bowie et les 5 ans de sa disparition, j’ai pu regarder un documentaire sur lui aussi, réalisé à l’occasion de ses 50 ans.
  • J’ai regardé un classique qui trainait dans un coin de ma liste mentale des films à voir : La vie est belle de Frank Capra. Pas celui de Benigni donc, mais un film de 1946 avec James Stewart, souvent diffusé aux alentours de Noël. Un film dur et aussi extrêmement émouvant. Je n’avais jamais été autant émue par un film datant de cette époque, le noir et blanc, les intrigues m’empêchant sans doute de me connecter vraiment aux personnages. Ici on passe du désespoir à la magie avec une ode à la solidarité. Je comprends que cela soit devenu un classique de Noël. Dans la foulée, j’ai regardé un documentaire sur Frank Capra arrivé avec ses parents aux états unis quand il était petit et qui a adopté sa nouvelle patrie encore davantage que l’inverse. Je n’ai vu que ce film, mais il parait que sa carrière a été bercée par le rêve américain, lui-même l’ayant vécu. Pas totalement un mythe donc.
La Vie est belle (It's a wonderful Life) de Frank Capra - 1946 - Shangols
  • Comme 68 millions de foyers, j’ai regardé la première série des Chroniques des Bridgerton. Et…comment vous dire ? Il faut arrêter de citer Jane Austen et Donwton Abbey comme références, car cette série n’en a ni l’esprit, ni le scénario, ni la classe ni même le respect de l’histoire. J’aurais dû me méfier, c’est produit par la même société que Grey’s Anatomy et je déteste cette série. L’époque n’est qu’un prétexte à d’interminables regards langoureux et dialogues sur le mariage le mariage le mariage. On a flanqué un ou deux personnages un peu féministes sur le côté, mais c’est désespérément creux. L’amatrice de Period Drama que je suis n’approuve pas du tout, mais manifestement beaucoup y ont trouvé leur compte.
  • J’ai regardé la saison 7 de mon bien aimé Morse toujours aussi torturé. Seulement trois épisodes pour cette septième saison. L’une de mes préférées je pense avec son intrigue au long cours, des passages à Venise et plus d’airs d’Opera que jamais.
Endeavour' Recap: Season 7 Episode 1 | WTTW Chicago
Shaun Evans en smoking, yes please 🙂

Au rayon littérature, j’ai lu deux livres. J’ai adoré le premier Elegie pour un Américain de Siri Hustvedt (la femme de Paul Auster). Il coche beaucoup de cases sur la liste des choses qui me plaisent :

  • Une histoire d’immigration
  • Un personnage principal qui est psychiatre et toute une réflexion sur le métier et la question de la santé mentale du thérapeute
  • Un style irréprochable
  • Un secret de famille
  • New York
  • Des personnages denses qui se dévoilent peu à peu dans toute leur humaine complexité.

J’ai adoré et j’ai saoulé mes collègues avec ce livre pendant une bonne semaine. Je ne l’ai jamais dit, mais pour ceux qui l’auraient deviné, je travaille dans le champ de la santé mentale, c’est pourquoi je suis particulièrement sensible à certains points. Siri Hustvedt est elle-même thérapeute, mais le livre est accessible. Ce n’est pas le livre d’une psy, mais celui d’une écrivaine de grand talent qui sait utiliser ses connaissances de la psyché humaine.

Il était difficile pour Antonin Varenne et sa Toile du Monde de passer ensuite. J’ai trouvé ce court roman assez insipide. J’avais été attirée par le contexte  et l’époque (l’exposition universelle de Paris en 1900), mais je n’ai pas véritablement accroché. L’exposition n’est qu’un cadre, on n’y apprend pas grand-chose (oui je sais c’est un roman mais je m’attendais à une effervescence particulière) et je n’ai pas aimé le personnage principal…Bref.

Et sinon, dans mes oreilles ce mois-ci, il y a eu beaucoup de choses, mais j’ai apprécié écouter Harry Styles, Taylor Swift, Lana del Rey et Sir Paul Mc Cartney. Je ne mentionne même plus David…

Harry Styles flamboyant sur la couv' de Vogue shootée par Tyler Mitchell
26 ans et il a tout compris

Je suis assez contente de ce bilan, car même si j’ai perdu du temps devant Bridgerton, j’ai aussi regardé des émissions intéressantes. Et j’ai gardé du temps pour d’autres activités, intellectuelles ou non.

Et vous, comment avez-vous débuté cette année ? Les confinements vous ont-ils également amené à changer vos habitudes et/où à céder à l’appel du canapé ?

Bilan culturel de décembre

Nous voici donc en 2021 pour le dernier bilan de 2020.

En décembre, j’ai regardé deux films. Sans grande concentration, j’ai regardé le classique  West Side Story. J’aime bien les vieux films et les comédies musicales et je me demande ce que Spielberg va en faire puisqu’on nous en annonce une nouvelle version cette année. Du même Spielberg, j’ai regardé avec curiosité Ready Player One. Ce film a reçu de bonnes critiques et suit les péripétie futuristes de joueurs immergés dans un jeu video qui supplante peu à peu la vraie vie. Je m’attendais à quelque chose de plus violent, style Black Mirror, mais cela reste assez grand public. Ce n’est pas mon style de film mais je le regardais pas curiosité, étant interpellée par l’impact du gaming sur la vie de certains ados et jeunes (et moins jeunes) adultes. Je dirais que c’était instructif et au niveau des effets et de la réalisation, c’est assez irréprochable évidemment.

J’ai regardé trois séries durant ce mois de décembre. L’une « Sur la piste de l’éventreur du Yorkshire » pour satisfaire mon étrange penchant pour les émissions de true crime et mon attrait pour l’Angleterre (bon un peu moins le Yorkshire dans les années 70 du coup). Ensuite, j’ai continué à « dévorer » The Crown et j’ai adoré. Je ne sais pas comment vendre cette série, tout semble avoir été dit et écrit. Bien sûr je comprends que la famille royale s’en offusque et il faut garder à l’esprit qu’on ne saura jamais exactement ce qu’il se passe dans l’intimité d’une relation. Contrairement à ce que j’ai lu au sujet de la représentation manichéenne de la relation Charles-Diana, j’ai pu éprouver de l’empathie pour les deux. Bien sûr Diana ne pouvait qu’être broyée par « The Firm » comme les anglais appellent leur monarchie, mais Charles, jeune homme brimé, en manque d’affection, aux désirs et amours systématiquement contrariés, m’a également touchée. La série est construite de telle façon que l’on peut souvent comprendre malgré tout des comportements évidemment répréhensibles, voire odieux. Enfin, comme annoncé dans un précédent article, Home for Christmas m’a accompagnée durant les jours de Noël. J’ai trouvé cette deuxième saison à la hauteur de la première, pas niaise tout en étant magique (ahhhh la Norvège), romantique tout en ayant une vision réaliste du couple et surtout célébrant l’amitié, la solidarité, l’ouverture d’esprit et l’indépendance. Pour moi, c’est une grande réussite. Et je trouve que la série a fait le tour. J’ai du mal à l’admettre car j’aimerais qu’elle continue toujours, mais le risque est là ne n’avoir plus rien à raconter, en tout cas en ce qui concerne la protagoniste. Mais bon, si une saison 3 arrive, je serai dans les starting blocks.

Au rayon littérature enfin, j’ai lu Vu de l’extérieur, un court roman de Katherine Pancol. J’ai du mal à dire si j’ai aimé. La protagoniste m’a agacée tout au long de ma lecture. Un peu moins à la fin. Il faut cependant reconnaitre une peinture assez juste d’une personne ayant de gros troubles d’attachement  et victime d’abus qui se révèlent lorsqu’elle fonde une famille. J’ai également lu Le cercle des derniers libraires de Sylvie Baron. Une lecture doudou de fin d’année par excellence. Sylvie Baron, que je ne connaissais pas est qualifiée d’auteure de « romans policiers du terroir », et c’est exactement ce qu’est ce roman en plus d’être un manifeste militant pour la profession de libraire. Amateurs de livres et de mystère, ceci est pour vous. La surprise du mois est venue d’un livre prêté par une amie : Les oreilles de Buster de la suédoise Maria Ernestam. J’ai eu du mal à entrer dans ce livre et encore une fois à avoir de l’empathie pour la protagoniste, mais au fil de la lecture, j’ai vraiment été happée et je peux dire que j’ai beaucoup aimé ce livre. Il traite à nouveau ici de la pyschologie féminine, celle d’Eva, une dame qui approche de la soixantaine et qui, au travers d’un journal, se livre sur sa relation douloureuse avec sa mère (qu’elle annonce dès le début du roman, avoir tuée, mais on n’apprend pourquoi et comment que bien plus tard) et les conséquences de ce désamour sur sa vie. C’est très fin et c’est aussi un page turner. Les chapitres alternent entre le quotidien d’Eva et les révélations faites à son journal, les pièces du puzzle s’assemblent c’est assez addictif. Je recommande cette auteure, en tout cas ce livre. Il vaut la peine qu’on y consacre un peu d’effort au début.

Voici pour décembre donc. A suivre, mon top de cette année 2020. J’en profite pour vous souhaiter de belles découvertes en cette année. N’hésitez pas à donner votre avis et partager vos coups de cœur.

Les oreilles de Buster – Maria Ernestam – BiblioBlog

La liste des choses accomplies – 2020

Qui dit fin d’année dit rétrospective. C’est l’occasion pour moi de feuilleter mon agenda et de faire la liste des évènements petits et grands qui ont émaillé l’année écoulée, de découvrir si j’ai atteint des objectifs (fixés à l’avance ou non) et de me surprendre car la liste est toujours plus longue que ce que j’aurais imaginé. Cette année, je ne pouvais pas plus que quiconque imaginer la tournure qu’elle allait prendre. Ainsi j’ai essayé de faire des renoncements l’occasion de changer mes habitudes (en prenant le temps de faire du tourisme dans mon propre pays), du temps dégagé une opportunité pour m’accorder des plaisirs simples, de l’observation de la nature un émerveillement nouveau et de chaque rencontre un vrai moment de connexion… Voici donc la liste des choses accomplies en 2020 (j’en avais rédigé deux en 2018, ici et ). Elle est bien entendu non exhaustive. En 2020, j’ai :

  • Lu 23 livres (5 de plus que l’an dernier)
  • Vu 27 séries (deux de moins que l’an dernier)
  • Regardé 14 films, dont 4 au cinéma. Douze de moins que l’an dernier, mais cela s’explique en partie par le fait que je préfère voir les films au cinéma et que nous avons été empêchés d’y aller la majeure partie de l’année. Chez moi, je me tourne plus facilement vers les séries.
  • Publié 44 articles (un de plus que l’an dernier)
  • Suivi une formation pour devenir directrice de mon service
  • Donné deux jours de formation à des confrères et consoeurs
  • Vu 3 pièces de théâtre seulement
  • Participé à trois anniversaires en une journée, le 8 février, life before covid où quand c’était la foire aux bulles (les belges comprendront)
  • Changé mes châssis et repeint mon salon (avec de l’aide)
  • Visité Utrecht et Amsterdam le temps d’un weekend (life before covid again)
Speelklok Museum Utrecht
  • Participé à deux colloques, l’un en présentiel, l’autre sur zoom
  • Fêté l’anniversaire de ma filleule sur zoom, beaucoup d’autres ont suivi, dont le mien
  • Accueilli ma filleule et sa sœur pour une nuit chez moi. Câliné copieusement ces enfants dès que possible
  • Beaucoup couru et marché durant le confinement
  • Continué après mais à un rythme plus modéré, malgré la fermeture des salles de sport
Merci Sissy Mua et ses lives gratuits
  • Arpenté le bocage du Pays de Herve avec une amie et collègue en refaisant le monde à de multiples reprises
  • Cousu…deux projets entamés mais pas encore terminés, j’ai encore besoin d’aide 😊
  • Fêté la fête des mères à l’extérieur autour d’un brunch tea late
  • Entamé les répétitions pour mon prochain spectacle, avec de vieux amis et un nouveau partenaire
  • Répété dans un verger en ville aux alentours du solstice d’été
  • Visité les jardins d’Annevoie
  • Visité le château et le parc d’Hélécine avec deux amies et vu un paon en pleine parade
  • Eté à Butgenbach et Robertville avec mon amie de toujours, nagé en eau libre et bravé ma peur de l’invisible aquatique
  • Enlacé et caressé des arbres, cela fait tellement de bien de sentir leur force et leur douceur
Merci à la photographe…
  • Colorié et envoyé des cartes à mes amis que je ne pouvais voir
  • Eté faire une séance d’escalade au bloc (c’est-à-dire sans être assuré et à maximum 4m de hauteur)
  • Bénéficié de cours de chant pour ma future pièce de théâtre, galéré et découvert un peu plus ma voix pour finalement m’amuser
  • Passé l’été en Belgique comme vous l’aurez compris…fait quelques incursions aux Pays Bas, mais je suis frontalière…
  • Commencé à apprendre la guitare et le solfège…un mélange de souffrance et de plaisir qui nécessite clémence, persévérance et humilité
  • Profité du soutien et de l’amour de mes exceptionnels amis et collègues
  • Expérimenté un soin énergétique, laissé tomber un peu mon esprit cartésien et ça a fait du bien
  • Enormément écouté David Bowie, sans qui 2020 aurait été insupportable
  • Découvert en moi une force insoupçonnée, celle de me débrouiller seule et de faire taire mes peurs (dans une certaine mesure) alors que j’ai trop eu tendance à me considérer comme fragile. Fluctuat nec mergitur comme dirait l’autre.
  • Pleuré quelques fois à chaudes larmes comme cette fois où, seule dans un coin hyper calme, je me suis fait morigéner par la police car j’avais traversé à 5m d’un passage piéton. Autant de peur que d’incompréhension…
  • Acheté enfin un nouvel appareil photo et capturé la lumière et les souvenirs dès que je le pouvais
Juillet
Bruxelles ma belle
  • Essayé d’apprendre le néérlandais à nouveau durant le premier confinement…je crois que je resterai éternellement bloquée au même niveau, que je qualifierais de « survie et politesse » 😊
  • Avancé en Espagnol, langue où mes progrès sont plus visibles et plus pérennes aussi
  • Essayé de sauver un hérisson et rencontré une dame extraordinaire qui les recueille et les soigne. Le genre de rencontre qui met du baume au cœur lorsque la misanthropie nous guette
  • Participé à un atelier d’écriture
  • Confectionné mes propres bougies à la cire d’abeille et de soja
  • Cuisiné…les gratins surtout
  • Transitionné vers une alimentation en grande majorité bio et en circuit court. Merci les petits producteurs
  • Fait du troc de vêtements
  • Décidé de passer à 4/5 temps en 2021, pour que cette liste l’an prochain soit vraiment incroyable
  • Fait contre mauvaise fortune bon cœur tant que je le pouvais

Des choses plus modestes que les voyages et les sorties, mais qui m’ont obligée à passer scrupuleusement l’année à la loupe et à souligner même les plus petites choses comme ces bougies sur lesquelles je procrastinais depuis l’hiver dernier. Néanmoins, je pense que j’ai tendance à me disperser. J’ai acheté de quoi broder et j’ai dû me freiner pour ne pas acheter de quoi tricoter. Au final je risque de ne pas en faire grand-chose, mais tant de choses m’attirent. Pour 2021, je voudrais néanmoins tenter de moins me disperser pour davantage faire avancer des projets qui me tiennent à cœur. Car souvent, je remarque que je me laisse distraire et emporter par l’envie du moment au détriment de certains projets, consciemment ou non. Procrastination ? Peur de l’échec ? Difficulté à renoncer à la profusion dont nous abreuve le monde ? Sans doute un peu de tout…

Et vous qu’avez-vous fait de sympa que vous n’auriez pas fait sans la crise ? Que voulez-vous poursuivre ? A quoi dédiez-vous ou voudriez-vous dédier plus de temps ? Dans de prochains articles, je compte partager mes vœux pour 2021 ainsi que mes tops séries/films/littérature…

Bilan culturel de novembre

Novembre déjà… A dater de ce mois, j’ai décidé d’alléger mes bilans. Je me dis qu’ils sont parfois trop long et que j’y mets beaucoup d’infos, comme des résumés, qui sont disponibles à un click. Je vais donc me concentrer davantage sur mes coups de cœur et les choses plus insolites que je découvrirais.

Au rayon des séries, je ne vais par exemple pas disserter sur l’excellent Jeu de la Dame (the Queen’s Gambit), qui est désormais la mini série la plus regardée de netflix. Je ne suis pas originale, j’ai beaucoup aimé. Moi aussi avant de dormir, j’essaie de visualiser le manche de ma guitare comme Beth le fait avec son échiquier dans l’espoir de devenir une virtuose. La drogue et l’alcool en moins 🙂

J’ai aussi commencé The Crown, je ne sais pas pourquoi j’ai attendu si longtemps. J’arrive déjà à la fin de la saison 3 et, sans surprise, j’adore. Les acteurs sont stupéfiants. La troisième saison est déstabilisante puisque les acteurs changent tous puisque chaque saison narre une dizaine d’années de règne. Ils ne ressemblent pas tous à leurs prédécesseurs, mais l’accent, le phrasé et la gestuelle sont tellement travaillés à l’extrême que cela ne m’a pas dérangée. J’adore en apprendre davantage sur la grande Histoire et, au-delà du fait que c’est bien évidemment romancé, les personnages sont fascinants. Cette schizophrénies entre la femme et la reine. Les personnalités étouffées par le devoir. Les dilemmes et la solitude. The Crown est avant tout un portrait de famille passionnant. Mention spéciale pour moi aux épisodes qui parlent des amours contrariées de la Princesse Margaret et de l’enfance du duc d’Edimbourg et du Prince Charles, mes préférés jusqu’ici.

Helena Bonham Carter jouera la Princesse Margaret dans la saison 3 de The  Crown | Premiere.fr
Helena Bonham Carter et Vanessa Kirby, deux sublimes princesses Margaret

Complètement absorbée par ces deux séries, il me semble que je n’ai vu qu’un seul film The Bookshop. Il n’est pas du tout feel good comme on pourrait s’y attendre. J’ai aimé (Angleterre + librairie : combo sûr), sans être bouleversée.

Suite à ma lecture des Désorientés d’Amin Maalouf, un des coups de cœur de cette année dont j’ai parlé ici, j’ai regardé deux documentaires proposés par Arte sur l’histoire compliquée du Liban et de la région alentours. Cela m’a bizarrement donné envie d’y aller, je me suis sentie extrêmement touchée par ces destins brisés, ce pays de lumière sans cesse ravagé, ces personnes poussées à l’exil.

Au niveau littéraire, j’ai lu Journal d’un Vampire en pyjama de Mathias Malzieu (le chanteur du groupe Dyonisos par ailleurs pour les connaisseurs). Il s’agit du journal de bord de son hospitalisation alors qu’on lui détecte une grave maladie auto immune et qu’il frôle la mort. Ca se lit vite, c’est poétique et plein de douceur, bien qu’un peu « niais » pour moi par moments.

J’ai également dévoré le 4° volume de la série Chronique des Clifton, Juste retour des choses de Jeffrey Archer. C’est une lecture facile et agréable, mais on n’est pas sur du Jonathan Coe.

J’ai lu deux bandes dessinées de la talentueuse Liv Strömquist « L’origine du monde » et « la rose la plus rouge s’épanouit » ». Il s’agit de vulgarisation comico tragique féministe je dirais. En tout cas, l’auteure est étiquetée féministe. Je n’y ai pas vu de militantisme, mais effectivement, le premier traite de la représentation et des violences faites au sexe féminin (l’organe) et le second s’interroge sur pourquoi les gens ne savent plus tomber amoureux et se laisser aller à vivre intensément leurs sentiments. Cela m’a fait sourire et m’a aussi rendue triste, mais j’y reviendrai. Quoi qu’il en soit, je vous recommande chaudement les ouvrages de Liv Strömquist. Pour ma part, je compte bien lire « les sentiments du prince Charles ».

La Rose la plus rouge s'épanouit, de Liv Strömquist : décortiquer l'amour  dans ses moindres détails - Missives

Enfin, j’ai lu le superbe roman de Pierre Lemaître « au revoir là haut ». Je ne sais s’il est besoin de le présenter. On m’a prêté ce livre, dont j’avais entendu parler (aussi parce qu’Albert Dupontel en a tiré un film) mais vers lequel je ne serais sans doute pas allée de moi-même. Je me suis complètement laissée emporter par l’épopée de ces deux anciens poilus au sortir de la Grande Guerre, où l’un a perdu la moitié de son visage en sauvant la vie de l’autre. Encore une fois, sont réunis ici des ingrédients qui font souvent que j’aime un roman : l’histoire (ici on j’en ai appris pas mal sur le sort des démobilisés de l’après guerre, souvent laissés pour compte alors que seuls les morts étaient élevés au rang de héros), des personnages très touchants et un brin fantasques qui donnent un côté malgré tout « léger » à l’histoire. J’ai commencé à regarder le film de suite après, mais je n’ai pas accroché et je ne l’ai pas encore terminé. Le roman est, je pense, amené à devenir un classique du genre.

Je dois encore mentionner dans ce bilan une dernière chose. Ce n’est ni un film, ni une série, ni un roman, mais un « programme ». Ce n’est pas une application à proprement parler mais cela se passe sur internet. Il s’agit de « Mémorable », une initiative du journal Le Monde qui permet, selon leurs termes, de « cultiver votre mémoire de façon ludique et personnalisée et d’approfondir vos connaissances ». Là aussi j’en reparlerai surement car je suis conquise avec mes cinq leçons par semaine et je me suis abonnée pour 6 mois. Toutes les infos ici, où vous pourrez également tester gratuitement le programme durant une semaine.

Voilà, un bilan plus littéraire cette fois-ci. J’ai eu du mal à me résoudre à reconfiner cette fois-ci et je dois dire que dans les moments difficiles de ma vie, la lecture m’apporte toujours un grand réconfort. Comme je le dis souvent, lorsqu’on est en compagnie de bons auteurs et personnages, on n’est jamais seul ni mal accompagné. J’espère que vous aussi vous parvenez à illuminer les obscures soirées de ce début d’hiver avec de belles découvertes.

Bilan culturel de septembre/octobre

Eh bien et bien, que de retard accumulé depuis la rentrée. Je me suis aussi aperçue que mes bilans me prenaient beaucoup de temps car je livre souvent un synopsis. Or si une œuvre intéresse le lecteur, il peut en retrouver la trame en un clic. Pour ce bilan qui couvre deux mois, j’ai donc décidé d’alléger l’écriture et la lecture en partageant avant tout mes impressions. Pour que cela reste un plaisir aussi d’y revenir…

En ces mois de septembre/octobre, j’ai lu 3 livres si je ne me trompe pas. Deux d’entre eux étaient cependant de véritables pavés :

  • « Les absentes » du Belge Vincent Engel. J’attendais beaucoup de ce roman tant j’avais aimé « Retour à Montechiarro », lu il y a deux ans. D’autant que la trame nous donne des nouvelles des personnages aimés puisqu’il s’agit à nouveau d’une saga qui nous fait traverser les époques et qu’on y retrouve la Toscane, Venise, mais aussi Bruxelles. J’ai cependant été un peu déçue. Tout d’abord, deux des trois personnages principaux (chaque partie conte l’histoire d’un homme, lié directement ou indirectement aux deux autres et également liés à « retour à Montechiarro ») me sont apparus peu sympathiques. J’ai par contre aimé découvrir Domenico Della Rocca plus en profondeur. Ensuite, le style m’est apparu un peu lourd. Vincent Engel écrit ses romans à la façon de classiques du XIX°. Et si c’est finement ciselé, à renfort de beaux mots (j’avoue j’en ai appris, j’en ai aussi laissé passer, flemme de prendre le dico) et de longues phrases, au final, ça me fatiguait un peu. Impression qu’il en faisait trop. Ceci dit, c’est un tour de force de maintenir cette qualité durant 600 pages, peu de contemporains en sont sans doute capables.
  • « Les désorientés » d’Amin Maalouf. Attention ici, coup de cœur majeur. Et comme souvent, il m’est difficile de mettre des mots sur ce que j’aime le plus. J’ai commandé ce livre connaissant Amin Maalouf de réputation et me promettant depuis longtemps de lire « les identités meurtrières ». Je me suis décidée pour ce roman à la lecture d’un article concernant les explosions récentes à Beyrouth qui le recommandait pour comprendre ce que vivait et avait vécu le peuple libanais. J’ai donc adoré lire ce roman et suivre son protagoniste, Adam, double de l’auteur, qui revient au pays après plus de vingt ans d’exil en France, pour assister aux funérailles d’un ami avec qui il était brouillé. Ce roman, en plus d’aborder les conflits identitaires et l’histoire du pays, est très poétique. La langue est belle et c’est important pour moi. C’est un roman qui touche à l’essentiel, qui parle d’amour, d’amitié, de compromis, de souvenirs… Les personnages sont beaux et complexes et certaines réflexions sur le couple et sur la lecture m’ont bouleversée. Je l’ai tant aimé que j’envie ceux qui ne l’ont pas encore lu. Je me suis moi-même empressée de le prêter à un ami en le sommant de le lire.
Les Désorientés, Amin Maalouf | Livre de Poche
  • « L’ombre du vent » de Carlos Ruiz Zafón. Ce best seller espagnol me fait de l’œil depuis des années et pourtant je n’étais pas sûre que ce serait mon style. J’ai un peu la même histoire avec ce livre qu’avec « Duma Key » de Stephen King. Je voulais arriver au bout, les débuts ont été un peu difficiles, mais je ne suis pas déçue de m’être accrochée car mon intérêt a été crescendo. C’est un roman d’atmosphère, une atmosphère post franquiste et inquiétante, presque gothique. Il y a beaucoup de personnages intrigants et il faut renoncer un bon moment à comprendre où l’auteur veut nous emmener. A la Barcelone lumineuse qu’on connait, l’auteur oppose une Barcelone hivernale, brumeuse, qui recèle des secrets teintés de violence. A lire pour les amateurs de ce genre d’atmosphère et d’aventure.  Je ne sais pas encore si je vais me laisser tenter par les suites. Avez-vous lu ce roman et d’autres de Zafón ?

Au niveau cinéma, j’ai vu 4 longs métrages, deux à la télévision et deux au cinéma. Commençons par ces derniers :

  • « David Copperfield » de Armando Ianucci. J’ai adoré cette adaptation du classique de Charles Dickens. Classique que je n’ai pas lu, mais que j’ai désormais envie de lire. L’histoire est riche en rebondissements et en personnages farfelus et le casting est impressionnant. Dev Patel est parfaitement charmant en David Copperfield et je décerne une mention spéciale à Hugh Laurie en parfait doux dingue. Le pari inédit (en tout cas je n’avais jamais vu cela) de distribuer les acteurs sans tenir compte de leur origine ethnique est absolument réussi, à tel point que je me demande pourquoi personne ne l’avait jamais fait avant. J’ai été surprise au début, mais le code passe très bien. Les costumes et la photographie sont magnifiques, c’est à la fois léger, drôle, grave et émouvant… Certaines histoires résisteront toujours au passage du temps et rien ne vaut un bon classique de temps en temps. Je recommande chaudement le visionnage de ce film qui m’a dépaysée et enchantée deux heures durant et encore bien après.
The Personal History of David Copperfield - Wikipedia
  • Dans un tout autre style « Corpus Christi » de Jan Komasa, un véritable coup de poing venu tout droit de Pologne. Alors cela peut être rédhibitoire pour certains, mais je vous assure que ce film vaut la peine. Il est extrêmement fort. C’est l’histoire de Daniel, un jeune délinquant qui sort d’incarcération. Il rêve de devenir prêtre, mais sait que cela ne sera jamais possible puisqu’il a un casier. Cependant, lorsque, en route pour la menuiserie où il doit entamer sa réinsertion, il a l’opportunité de se faire passer pour un prêtre et de prendre la tête d’une paroisse reculée, il n’hésite pas longtemps. Commence alors un chemin inattendu de rédemption pour le jeune homme ainsi que pour les gens de la paroisse, récemment marquée par un accident tragique. J’ai adoré ce film, absolument sublimé par la prestation de son jeune acteur Bartosz Bielenia, magnétique aux grands yeux clairs. Ce film pose beaucoup de questions et on en ressort un peu sécoué néanmoins : a-t-on vraiment droit à une deuxième chance ? comment accorder et obtenir le pardon ? peut-on vraiment changer ? La foi (en Dieu ou en quelque chose de plus grand que soi, comme une mission) peut-elle sauver les hommes ? A voir ! PS : nullement besoin d’être croyant pour apprécier je précise.
Le film de la semaine] Corpus Christi, un vertigineux drame social - Cinéma  - FocusVif
  • J’ai re re re re revu le dernier « Harry Potter » et cela méritait d’être mentionné, car c’est toujours aussi bien.
  • J’ai vu « Normandie nue » de Philippe le Guay, avec François Cluzet. C’est une comédie dramatique française qui voit un maire et agriculteur normand essayer de convaincre ses ouailles d’accepter la proposition d’un célèbre photographe américain de les photographier tout/tous nus sur un champ du village. Le maire (Cluzet) y voit là une opportunité de donner une visibilité au monde agricole en souffrance. J’ai bien aimé ce film, mais je l’ai trouvé un peu gentil. Je m’attendais à quelque chose de plus politique, mais finalement cela dérive plutôt sur une chronique de la vie rurale avec de multiples intrigues secondaires : jalousies, amour, reproches, etc… J’ai donc été un peu déçue. Ceci dit l’angle d’approche est original et on passe un bon moment, surtout si on est fan de Cluzet.

Au rayon séries, j’en compte également quatre à mon actif :

  • « Wallander », une série policière suédoise (mais tournée en anglais) qui met en scène un jeune inspecteur Wallander. L’inspecteur Wallander, protagoniste des romans de Henning Mankell, a déjà fait l’objet d’une série où il était interprété par Kenneth Branagh. Ici, la série est pas mal et l’acteur est charmant, mais je ne vois pas en quoi elle est un prequel puisque l’action se déroule clairement de nos jours. Un bon polar cependant.
  • “The end of the f**king world” saison 2. J’avais adoré la saison 1 de ce road trip avec deux adolescents écorchés et qui avaient sacrément du mal à gérer et/ou ressentir leurs émotions. Cette seconde salve est moins réussie je dirais, mais ceci dit, il est presqu’impossible de retrouver la candeur de la première saison et c’est ce qui faisait son charme. Alyssa et James sont de nouveau très attendrissants. Cette saison met davantage en avant les difficultés d’Alyssa et introduit un nouveau personnage, Bonnie, elle aussi blessée et en quête de revanche. Je conseille à tout le monde de regarder cette série très intelligente, attendrissante et finement écrite, loin des clichés habituels sur l’adolescence et les émois amoureux.
  • « Le dernier mot », une autre série netflix, allemande cette fois. J’ai été séduite par le pitch qui met en scène une femme de 50 ans qui, pour faire face à la mort de son mari, décide de devenir auteur et oratrice professionnels d’éloges funèbres. Cette série qui aborde bien entendu le thème du deuil et assez loufoque et il ne faut pas avoir peur des pétages de plombs et de certaines situations grotesques. A d’autres moments, elle est très originale, les personnages sont bien construits (même si certains sont très énervants) et on s’y surprend à philosopher et à vivre de vrais moments de poésie. Elle a le mérite de nous rappeler que le deuil n’est pas un processus linéaire avec un début et une fin et qu’il est important de faire de notre vie une fête dès qu’on le peut (bon ici vu le contexte actuel, il faut se montrer créatifs, mais c’est bon à rappeler). Un ovni à découvrir, c’est vite regardé puisque je pense qu’il s’agit de 8 épisodes d’une demi-heure.
  • « L’aliéniste » saison 2. Une fois n’est pas coutume, voici une série dont je préfère la deuxième saison à la première. Si vous n’avez pas vu cette série, sachez nous emmène sur dans les pas d’un pionnier de la psychiatrie (Daniel Brühl, impeccable comme toujours), d’une enquêtrice féministe (Dakota Fanning, là où on ne l’attendait pas) et d’un journaliste (Luke Evans) dans le New York de 1890. J’avais trouvé la première saison vraiment glauque, elle nous emmenait dans les milieux de la prostitution enfantine. Cette deuxième saison, qui fait la part belle au personnage de Sara Howard et aux  femmes en général, est toujours très sombre et violente, mais je ne sais pas, j’ai trouvé cela moins glauque. Il y est pourtant cette fois question d’avortements clandestins, d’une clinique inquiétante et de vol (et meurtre) de bébés. Ames sensibles et/où allergiques aux sujets tabous, s’abstenir. De mon côté, j’ai adoré. Cette série nous plonge dans une atmosphère et une esthétique drôlement de saison et tient véritablement en haleine.
The Alienist' Season 2 Review: 'Angel of Darkness' Is Another Dud |  IndieWire

Voilà, c’est tout pour ce bilan de début d’automne. Et vous avez-vous vu/lu de belles choses ? Qu’aimez-vous regarder en cette saison ? Moi j’adore accorder certaines lectures et séries avec la saison, je recherche donc paradoxalement des ambiances cosy à la Gilmore Girls (j’attends pour cela la saison 2 de Virgin River) ou anxiogènes et sombres (et là, je vais bientôt me tourner vers « Rebecca »).

Bilan culturel d’août

Voici le temps venu d’aller prier pour mon salut  de dresser la liste de mes consommations littéraires et cathodiques du mois d’août.

Ce faisant, je m’aperçois qu’elle n’est pas très longue, preuve que j’ai été raisonnable au niveau des écrans, mais aussi que certaines productions exigent du temps.

C’est ainsi  que, à moins d’un oubli (fort possible), je n’ai terminé aucun livre en août, alors que j’ai été en vacances. Je suis actuellement plongée dans la lecture d’un pavé de Vincent Engel « Les absentes », qui vient compléter la lecture de « Retour à Montechiarro » qui m’avait enchantée il y a un an et demi de cela. Mais j’en reparlerai lors du bilan de septembre puisqu’il me reste 150 pages à lire.

Au niveau des séries, j’en ai terminé deux. J’ai tout d’abord achevé de visionner les 4 saisons de « Bron » ou « The Bridge », série policière dano-suédoise dont je parlais déjà le mois dernier. J’ai adoré les deux dernières saisons. L’atypique Saga Bauer change de partenaire et, même si j’aimais bien le précédent, j’ai craqué pour le nouveau duo. Ils se révèlent mutuellement des choses sur eux-mêmes et on apprend à mieux comprendre l’énigmatique Saga. Les intrigues sont toujours aussi complexes et il faut s’accrocher mais ça vaut le coup.

Saga Norén and Henrik Sabroe in the third season of The ...

J’ai aussi regardé les trois épisodes de la saison 1 (j’ignore si une suite est prévue, j’aimerais que oui) de « Van Der Valk ». La production est anglaise mais les enquêtes se déroulent à Amsterdam, ce qui m’a réjouie. On y côtoie les mondes de l’art, de la mode et des cafés typiques. En plus Van Der Valk, dépourvu d’humour mais très charismatique, vit sur un bateau. Une belle mention pour cette série d’enquêtes.

Enfin, grand bonheur pour moi, je suis retournée au cinéma. Cela m’avait énormément manqué. Je sais que tout peut désormais venir à nous, mais je reste attachée à l’expérience des salles obscures et du très grand écran. C’est tellement différent. Je suis allée voir deux films en ce mois d’août.

Tout d’abord « La odisea de los giles » (« les loosers héroïques), présenté comme le successeur de « Relatos Salvajes » (« les nouveaux sauvages ») qui est le film le plus drôle du monde. Non sérieusement, bon ça se discute peut-être, mais il doit absolument figurer dans le top 5. J’ai tellement ri devant Relatos Salvajes qu’à ce niveau, j’ai été un peu déçue. Cette comédie sociale argentine est loin d’être aussi drôle, mais il y a néanmoins de très bons moments et on se prend au jeu. Je vous laisse aller checker le pitch et vous invite à découvrir le cinéma argentin.

Ensuite, dans un tout autre style, je suis allée voir « Vivarium », une production irlando-dano-belge si je ne m’abuse. Avec Jesse Eisenberg et Imogen Poots (inconnue pour moi mais dont je salue la prestation). Ce film est…comment dire, malaisant. Il faut en être conscient et je déconseille d’aller le voir si on est déjà en crise existentielle. C’est cependant un objet cinématographique réussi, autant du point de vue du jeu qu’au niveau esthétique (ambiance surréaliste à la Magritte). Je vous copiecolle le résumé de wikipedia : « À la recherche de leur première maison, Gemma et Tom effectuent une visite en compagnie d’un mystérieux agent immobilier, Martin. Par la suite, le jeune couple se retrouve piégé dans un lotissement de maisons identiques appelé « Vauvert » (« Yonder » —Là-bas en anglais—). Malgré leurs efforts pour s’en échapper, ils vont devoir rester dans la maison, élever un enfant qui n’est pas le leur et faire face à un destin qui leur échappe complètement et totalement imposé par une force mystérieuse. »

'Vivarium' Review | Hollywood Reporter

On peut classer ce film dans la science fiction, entre dystopie et horreur. Il ne se passe pas grand-chose, mais l’angoisse est là, planante et on assiste aussi impuissant que les protagonistes à une fin qui ne peut être de bon augure. J’ai bien aimé ce film, qui m’a intriguée, mais je l’ai trouvé un peu longuet. On en ressort avec l’envie de prendre une bonne bouffée d’air frais (pas pratique avec le masque) et un regard nouveau sur le ciel et les nuages (ceux qui ont vu comprendront). Cependant, je n’ai pas compris qu’on en parle comme d’une critique de la société de consommation, je n’y ai vu aucune référence personnellement, si ce n’est que le jeune couple souhaite acheter une maison. A part cela, ils ne sont pas du tout des caricatures de consommateurs du peu que l’on voit d’eux avant que cela dérape. Gemma est une institutrice et Tom est élagueur/jardinier. Ils semblent plutôt baba cools justement et il est étonnant de les voir suivre l’agent immobilier. Moi j’ai plutôt ressenti un appel à sortir de nos cadres de référence et à apprécier à nouveau les petits plaisirs de la vie, à jouir de la mixité et de la différence. Quelqu’un d’entre vous a-t-il vu ce film ? Cela m’intéresserait de connaitre votre avis.

Voilà, c’est déjà fini pour ce mois-ci. Et dans deux jours je reprends déjà le boulot. C’est moi ou la crise sanitaire bouleverse complètement nos repères temporels ?

Bonne reprise à vous si vous devez aussi rentrer à l’école ou au boulot.

Bilan culturel de juin

Hello,

Juin a rimé avec beau temps. Juin a rimé avec la possibilité d’entamer la préparation d’un spectacle en voyant les gens en vrai. Bonheur. Juin a rimé avec des escapades. Juin a rimé avec la reprise d’une prudente vie sociale. Juin a relégué netflix à une place acceptable dans ma vie. Voici donc le bilan le plus maigre de 2020 !

En ce mois de juin, j’ai regardé la troisième saison de Marcella. J’avais déjà vu les deux premières et même si j’étais déjà mitigée à l’époque quant à cette flic traumatisée, colérique et égoïste, j’étais scotchée par les intrigues et par la performance d’Anna Friel (non sans rappeler Claire Danes dans Homeland, pour le côté folie). Pour cette troisième saison, Marcella (qui ne tourne toujours pas très rond) a quitté Londres et bosse comme agent infiltré dans une famille de la mafia Irlandaise. Je n’ai pas accroché, je ne parviens pas à avoir de l’empathie avec le personnage. Cette saison est probablement la dernière et pour moi en tout cas c’en est assez.

J’ai découvert Community, une série décrite comme culte et décalée, terminée depuis un petit temps déjà. J’avais envie de la tester car elle a débarqué sur netflix il y a peu et Gillian Jacobs (vue et approuvée dans « Love ») est au casting. Cette série est assez indescriptible et n’est pas destinée à tout le monde. On rit ou on ne comprend rien/déteste. Moi, j’adore. Voici ce qu’en dit wikipedia, pour vous faire une idée… « Community met en scène un groupe d’étudiants d’un community college, établissement d’enseignement supérieur américain souvent considéré comme inférieur à l’université et qui accueille pour cette raison de nombreux élèves en difficulté ainsi que des adultes souhaitant reprendre leurs études. (…)La série repose en partie sur de très nombreuses références plus ou moins appuyées (et souvent parodiques) à des films, des séries, des genres cinématographiques et la culture contemporaine en général, utilisant souvent le métahumour (de l’humour à propos de l’humour) ainsi que des procédés de narration non-linéaires (épisode en huis clos, parodie de Law and Order, parties de paintball : parodie de « Paintball » le film, épisode en 8-bits, histoires alternatives du dé, épisode en pâte à modeler animée, etc.) et abattant parfois le quatrième mur. » Tout un programme…

Myers-Briggs® Personality Types Of Community Characters

J’ai enfin regardé la première saison de la série « Bron » ou « The Bridge » qui met en scène un duo d’enquêteurs dano-suédois. Le sympathique et extraverti Martin collabore avec Saga Noren, atteinte d’autisme Asperger ( bien que cela ne soit toujours pas nommé au point où j’en suis, fin de la deuxième saison) pour résoudre une série de crimes concernant leurs deux pays, de part et d’autre du pont de l’Oresund (avez-vous suivi les articles concernant mon voyage au Danemark). Il faut être concentré car le scénario est bien ficelé mais extrêmement touffu et je regarde en suédois (ou en danois à certains moments, je ne sais pas, bien malin qui fera la différence). Le personnage de Saga ne ressemble à aucun autre et Sofia Helin a vu, à juste titre, sa performance saluée par la critique. Je poursuis mon visionnage et cela me donne envie de retourner en Scandinavie.

BRON || BROEN

J’ai tout de même pris le temps de lire deux romans également. J’ai poursuivi ma relation avec Jonathan Coe en lisant « Numéro 11 » qui se déroule dans l’angleterre contemporaine, héritière de celle de son chef d’œuvre « Testament à l’Anglaise ». Ce roman est construit d’une façon originale, mais difficile à décrire en peu de mots. Disons que ce sont des nouvelles reliées entre elles par deux amies, le chiffre 11 et les descendants des Winshaw. Je l’ai apprécié sans l’adorer, il m’a surtout donné envie de relire le fameux Testament à l’Anglaise. Voici la quatrième de couverture. « Le numéro 11 renvoie, bien entendu, au domicile du ministre de l’Économie britannique. Enfin, c’est aussi celui du bus où vient se réchauffer une chanteuse oubliée, en ces temps de crise. Mais peut-être s’agit-il de l’adresse de cette maison où deux gamines découvrent un étrange cadavre. À moins qu’il ne désigne la table où, lors d’un dîner de gala, un détective va démasquer un tueur d’humoristes. Ou encore le nombre d’étages souterrains qu’une richissime famille londonienne veut ajouter à sa demeure pour de mystérieuses raisons… Dans ce nouveau roman – son onzième –, Jonathan Coe entrelace cinq récits délirants, où se croisent les destins de deux femmes, Rachel et Alison, des années 1990 à aujourd’hui, dans une Angleterre désormais gouvernée par les descendants des héros malveillants de Testament à l’anglaise, les Winshaw. Une satire mordante et virtuose. »

J’ai également lu « Anatomie d’un scandale » de Sarah Vaughan. J’avais découvert cette autrice avec « la ferme du bout du monde » à l’été 2018. Ce roman est bien différent. Il y est question de deux femmes, une procureure et l’épouse du premier Ministre du Royame-Uni. La première doit faire condamner l’époux de la seconde. Sans trop en dévoiler, je dirais que Sarah Vaughan signe ici un roman engagé et interpellant sur la question du viol, du consentement (la fameuse zone grise, même si elle n’est pas mentionnée telle quelle) et de la reconstruction. Je l’ai trouvé extrêmement pertinent et d’actualité. Les personnages féminins sont construits en profondeur et on s’y attache. Le personnage du Premier Ministre est également très intelligemment édifié, tout en ambigüités. Je recommande chaudement cette lecture.

Voilà, c’est tout pour ce mois de juin. Point encore de cinéma, pas d’expositions non plus… J’espère que vous profitez également sagement des retrouvailles avec vos proches. N’oubliez pas de rester prudent…les chiffres sont à nouveau en augmentation et même si j’ai aimé le confinement, je redoute d’être à nouveau séparée de certaines personnes…

A bientôt,

C.