« Le bruit du dégel » de John Burnside

« N’importe qui aurait pu s’aventurer jusque-là, jusqu’à une maison qui ne figure même pas sur le plan et, dans ce cas, je me demande combien de temps la personne en question aurait mis à se rendre compte, d’une façon ou d’une autre, que l’histoire n’est pas le summum de ce qui compte en l’occurrence. Que ce n’est pas un récit unique, ni même multiple, qui fait la réalité. Que ce qui compte c’est l’étoffe du temps et du lieu, tous les évènements survenus un jour menant tous autant qu’ils sont à une rencontre qui ne dut rien au hasard, la chaleur du matin, les chants d’oiseaux et une conversation entre deux femmes qui avaient besoin, chacune à sa manière, de dire tout haut les histoires qu’elles conservaient in petto depuis bien longtemps – des histoires ordinaires, certes, d’amour perdu et de chagrin, et par-dessus tout de choses ni dites ni faites, mais des histoires qui ne font pas moins partie de l’étoffe pour autant. »

Kate, étudiante à la dérive, fait des « enquêtes » cinématographiques dans les rues désertées des banlieues pavillonnaires. Son père vient de mourir brutalement et elle noie son chagrin dans la défonce. Au cours d’une de ses déambulations, elle rencontre Jean, une vieille dame en pleine forme qui coupe son bois et prépare des thés délicats. Jean propose un étrange marché : elle veut bien raconter ses histoires, mais à condition que Kate cesse de boire.

Tandis que Jean déroule le mirage du rêve américain et règle ses comptes avec quelques fantômes, Viêtnam, guerre froide, mouvements contestataires, Kate affronte enfin son deuil impossible et retrouve une place dans le monde.

Avec sa prose magnétique et tendre, John Burnside rend le monde aux vivants et rappelle que seules les histoires nous sauvent.

J’ai beaucoup aimé ce roman, cette rencontre presque fortuite entre deux personnes. Au fil du roman, on se demande qui de Jean ou de Kate sauve l’autre. Kate troque sa sobriété contre des histoires et offre à Jean un réceptacle à l’histoire de sa vie et de ceux qui ont compté pour elle. C’est une histoire de deuil, de transmission, de guérison. L’auteur est écossais mais son roman se déroule aux U.S.A. et évoque souvent l’histoire, certains personnages des récits de Jean s’engageant dans l’armée ou dans la lutte pour les droits civiques. J’ai aussi adoré l’atmosphère feutrée et intimiste du roman. Kate évoque les évènements de sa vie qui se déroulent en parallèle de leurs rencontres, mais le cœur du roman ce sont les échanges entre les deux femmes, dans un café en ville où Jean tente de débusquer les aliments secrets contenus dans les pâtisseries de la patronne ou dans la cuisine de sa maison, nichée au cœur de la forêt et dont la description fait presque monter aux narines l’odeur des beignets aux pommes cuisinés par les deux femmes. Cette maison est un cocon où l’on vit en harmonie avec la nature. Le roman débute en plein été et se referme quasiment sur ton titre. Si je devais lui donner une note, ce serait sans doute un 8/10.

Chronique littéraire: « Un bûcher sous la neige » de Susan Fletcher

Aujourd’hui, je viens vous parler de mon dernier coup de cœur littéraire ou plutôt d’un coup de cœur tout simplement. Il est venu à moi dans une box kube. Si vous ne connaissez pas le concept, il s’agit d’un abonnement mensuel (on peut aussi le faire en one shot, en offrant une carte cadeau ou pour soi-même, il existe également des coffrets thématiques mais je vous conseille de visiter leur site) à une box qui comprend un livre, ainsi que des goodies et souvent un thé à découvrir et/où une gourmandise. Le livre est choisi par un libraire indépendant sur base d’envies de lectures (style recherché, auteurs favoris, derniers livres lus) renseignée auparavant. Vous pouvez aussi choisir de recevoir l’un des trois livres chroniqués chaque mois par les fondateurs de Kube. Pour ma première box, j’avais renseigné des envies et j’ai donc reçu un roman qui se passe en Ecosse au XVII siècle.

Je vous laisse lire la quatrième de couverture : « Au cœur de l’Ecosse du XVII siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d’une prison putride, le révérend Charles Leslie, venu d’Irlande, l’interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Depuis sa geôle, la voix de Corrag s’élève au-dessus des légendes de sorcières et raconte les Highlands enneigés, les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse. Jour après jour, la créature maudite s’efface. Et du coin de sa cellule émane une lumière, une grâce, qui vient semer le trouble dans l’esprit de Charles »

J’ai d’abord été dubitative face à ce roman parlant de solitude et d’une époque tellement révolue, mais finalement, j’ai été happée en quelques pages par le personnage de Corrag, jeune femme au cœur pur condamnée pour sa différence, l’écriture parfois lyrique de Susan Fletcher et l’atmosphère générale du roman. Les chapitres alternent entre la longue « confession » de Corrag, de sa fuite depuis l’Angleterre à son témoignage à propos du massacre du clan Mc Donald, et les lettres écrites par le révérend Leslie à sa femme, empreinte au fil du temps de plus en plus d’empathie envers la soi-disant sorcière.

Ce roman m’a plu car il mêle un côté historique (le contexte politique de l’écosse est brièvement résumé en fin d’ouvrage et permet de s’y retrouver) et un autre très contemplatif. Corrag fait à certains moments quasi corps avec la nature et certains passages sont d’une beauté bouleversante. Je ne me suis pas du tout ennuyée malgré les longs passages descriptifs qui nous transportent vraiment dans un autre temps et d’autres lieux et aident à comprendre qui est Corrag. Ce roman est aussi un hymne à la tolérance face à la différence, à ces gens en marge, que nous ne comprenons pas, qui sont pourvus d’une sensibilité différente. Bref, si vous aimez l’Ecosse, que vous êtes fan d’Outlander, que vous chercher un roman hivernal avec un personnage féminin dont la fragilité est toute la force et que vous êtes sensibles à la nature, ce roman est fait pour vous. Il me tarde maintenant de découvrir davantage de romans de Susan Fletcher et je remercie Kube et Manon G. , la libraire au nez fin qui a choisi un livre parfait pour moi.

Lately…

Ces derniers mois, j’ai…

Perdu toute routine d’écriture et sportive, déserté mes cahiers, mon espace virtuel et mes baskets. Je l’ai déploré, mais c’est la vie et j’ai essayé de ne pas me malmener outre mesure…

Vécu des perturbations majeures au boulot. Le navire a tangué et fluctuat nec mergitur mais quand-même. Un peu ne nausée mais la houle n’a pas précipité l’équipage à fond de cale…

Repris une thérapie et réalisé ce faisant que j’avais parcouru un sacré bout de chemin et que j’avais désormais les reins plus solides qu’avant…

Mené à bien un projet théâtral en gestation depuis un an et demi, mis à mal lui aussi par des soucis d’équipage ainsi que par la pandémie et les mesures sanitaires fluctuantes et parfois incohérentes…

Photo de Joël Vandenberghe https://www.studioscene.info/

Poursuivi mes cours de guitare en académie, ainsi que commencé des cours de solfège à proprement parlé. Fini d’être une autodicacte en freestyle. Les progrès sont là…

Ces derniers temps, j’ai:

Regardé (et pas encore terminé) l’excellente série danoise Borgen qui n’en finit pas de me passionner

Vu au cinéma « The French Dispatch » de Wes Anderson et « Madres Parallelas » de Pedro Almodovar que j’ai tous deux adorés. J’avais précédemment été déçue par « Lui » de Guillaume Canet…décidément le cinéma français n’est pas mon préféré…

Eté me balader dans Bruxelles la nuit pour profiter du Festival Bright…un enchantement que je compte bien vivre chaque année…

Lu un tome des « Détectives du Yorkshire » (les cosy mysteries, un plaisir coupable assumé) et « L’hôtel de verre » d’Emily St John Mandel. J’ai adoré ce dernier, de la même autrice que « Station Eleven », un de mes plus gros coups de cœur dont j’avais chanté les louanges ici.

Fait plusieurs virées chez Intratuin, une chaine de jardineries (mais c’est tellement plus que ça) néérlandaise. J’y ai profité de l’ambiance de Noël et fait quelques achats pour installer une déco de Noël féérique chez ma Mamy (elle était ravie).

Re-couru quelques kilomètres sous la pluie, juste après Noël, et eu de bonnes sensations. Le sport m’a vraiment manqué. Je suis retournée deux fois en salle de sport aussi et j’ai ressenti de belles courbatures la deuxième fois.

Eté marcher en forêt, découvert les ruches du Sart Tilman et le petit magasin insolite qu’elles approvisionnent, tenus par un couple de passionnés d’apiculture qui font tout eux-mêmes… Joli, un peu kitsch et délicieux…

Perdu le sommeil et l’appétit puis retrouvé brutalement les deux, actuellement en recherche d’un équilibre, merci décembre…

Contemplé l’avenir avec optimisme

Passé Noël en famille et un superbe réveillon de nouvel an, loufoque à souhaits, entre amis (à grands renforts d’auto tests)…

Bu des boissons chaudes et profité de l’ambiance d’onderdepoort, Slow Now, Get your Mug, Le Tea Late, le glacier Lamorgese et Brey’s…

Onderdepoort

Eté aux thermes et nagé dans l’eau tiède sous la nuit noire, à la lueur des étoiles et des bougies…si relaxant…

Ecrit et reçu des cartes de vœux

Eté sur la foire d’octobre à Liège, entre amis et avec ma filleule. Régressé pas mal en ces deux occasions.

Décoré des oranges avec des clous de girofles, activité méditative satisfaisante, même si exigeant plus de dextérité qu’il n’y parait pour obtenir un résultat un tant soi peu joli.

Craqué sur les décos de Noël et de petits plaisirs variés chez Dille & Kamille

Entamé un traitement orthodontique auquel je songe depuis 10 ans

Caressé des alpagas…

Eté patiné avec ma filleule, sa sœur et leur maman. Eu envie de recommencer avec les enfants et même entre adultes. Ca m’a redonné des envies de montagne, de neige (bon ça c’est perpétuel) et de glisse…

En 2022, sont d’ores et déjà prévus :

De la guitare encore et toujours

Du théâtre, faut-il le préciser

Un atelier d’écriture fin de ce mois de janvier

Un voyage en Norvège en juin

Des fêtes d’anniversaire à n’en plus finir…génération 1982 nous sommes là !

Bilan culturel de l’été 2021

L’été s’achève (a-t-il vraiment débuté?). La rentrée scolaire est actée et ne nous reste que l’espoir d’un été indien pour nous dire que tout n’a pas été pourri. Heureusement quand il fait moche, il nous reste la lecture, le cinéma, le théâtre et les musées. Voici donc à quoi j’ai passé une partie de mon temps ces deux derniers mois.

Lors de mon séjour à Florence, j’ai re découvert le Palazzo Vecchio et j’ai fait ma première visite au Palazzo Medici Riccardi. Ces visites guidées m’ont enchantée et permis de réviser l’histoire de ma ville de cœur en plus de m’en mettre plein la vue à coups de sculptures, fresques, chapelles et détails architecturaux.

Il y a deux jours je suis retournée au Théâtre pour la première fois depuis mars 2020. Je suis allée voir « La dernière nuit du monde », un texte de Laurent Gaudé, mis en scène et interprété par l’excellent Fabrice Murgia, accompagné sur scène de la magnifique Nadine Baboy. Une atmosphère feutrée et onirique pour évoquer ce monde qui rêve d’une pillule magique qui lui permettrait de se passer de sommeil pour faire « déborder le jour » et rugir encore davantage. J’ai beaucoup aimé. La scénographie et le travail sur les éclairages étaient hyper léchés.

La dernière nuit du monde | Festival d'Avignon
A Avignon

Au rayon cinématographique, j’ai adoré « Promising young woman » dont j’ai parlé dans mon post précédent. J’ai apprécié « Blackbird », un drame familial sur le droit à l’euthanasie. Je me suis plongée avec plaisir dans « My Salinger Year » que j’ai aimé pour son ambiance d’automne New Yorkais, les costumes, les évocations littéraires, mais qui est assez pauvre au niveau du scénario. Cela m’a donné envie de relire « L’Attrape Cœur » et de lire « Franny et Zooey » par contre. Enfin, sur netflix, j’ai été déçue par « dans les angles morts ». J’attendais un thriller, j’ai eu un film d’horreur qui ne m’a pas effrayée et qui n’apporte rien de neuf. Je ne sais pas ce qui a poussé James Norton et Amanda Seyfried à aller patauger dans tant de platitude et de déjà vu.

Critique : Mon année à New York - Cineuropa
Cette esthétique…

Je n’ai pas visionné beaucoup de séries, juste deux séries espagnoles pour m’imprégner de la langue (même si l’une est en galicien ce qui ne m’a pas beaucoup aidée même si je repérais bien les différences). Il s’agit de « après toi le chaos » et du « goût des marguerites » . Deux séries policières parfaitement dispensables.

Jusqu’ici j’ai lu 7 romans depuis début juillet, si je n’en oublie pas :

  • « Dans l’ombre du paradis » de Viveca Sten. Une enquête dans l’archipel de Stockholm.
  • « Je revenais des autres » , une mièvrerie assez mal écrite mais qui se laisse lire de Mélissa da Costa.
  • « le club des miracles relatifs » de Nancy Huston. Je pense que c’est le premier roman de Nancy Huston auquel je n’accroche pas. Trop désincarné et trop noir pour moi. Je ne pourrais même pas le résumer.
  • « La belle amour humaine » de Lyonel Trouillot a également échoué à m’emporter.
  • « la commode aux tiroirs de couleur » d’Olivia Ruiz. Un roman court où l’autrice évoque la vie de sa grand-mère qui a fui enfant la dictature franquiste.
  • « L’engrenage du mal » un policier de Nicolas Feuz. Dispensable lui aussi. Je l’ai lu assez vite mais j’y ai trouvé des invraisemblances.

Enfin j’ai lu, « Impossible » de Erri de Luca. Je l’ai lu en italien et j’ai adoré. Deux autres romans d’Erri de Luca sont sur ma pile à lire et je pense lui consacrer un article à part. Avez-vous déjà lu quelque chose de lui ?

Voilà, c’est tout pour cet été. Ce que j’ai le plus apprécié est de pouvoir retourner au théâtre, le roman d’Erri de Luca ainsi que « Promising young woman » au cinéma.

Bilan d’avril: Sapiens, The dig et le retour d’Emily St John Mandel

Hello,

Ce mois d’avril a été le plus frais depuis 35 ans et on l’a bien senti passer. Comme la vie sociale n’est pas encore vraiment déconfinée (on peut se voir dehors mais il a fait froid), ça a laissé le temps à la lecture et au visionnage. Alors quel est le bilan de ce mois ?

Ce mois ci j’ai terminé une série netflix et j’ai regardé un film et un documentaire.

J’ai regardé la série mexicaine « qui a tué Sara ? » dont je dirais que le principal mérite est de m’avoir fait pratiquer la compréhension à l’audition de l’espagnol. J’adore le cinéma espagnol et argentin, mais niveau séries je suis souvent déçu. Je trouve souvent cela « too much ». Tout va trop vite, trop fort, c’est sulfureux, c’est mafieux, la richesse est démesurée, la violence aussi. Je me suis même lassée sur certains aspects de « la casa de papel » même si il y a un plaisir intellectuel dans cette dernière et que l’iconographie fait mouche. Ici, comme dans « la disparition de Soledad » l’intrigue fonctionne (une deuxième saison risque de suivre vu la fin de celle-ci), les méchants sont détestables, il y a l’un ou l’autre personnage un peu plus dense, mais je nourris également une antipathie certaine pour la victime. Cette Sara a un vilain air de peste il faut bien le dire. Bref, à quand de nouvelles séries anglaises ou une production hispanophone à la hauteur de son cinéma.

Je suis arrivée, je ne sais absolument plus comment, sur le documentaire « Evelyn » d’Orlandon Von Einsiedel. Evelyn était le jeune frère d’Orlando et il s’est suicidé il y a une dizaine d’années. Face au deuil impossible de sa famille, Orlando documente un trail qu’il réalise avec son frère et sa sœur sur les traces du disparu. J’ai tellement été touchée par cette œuvre à la fois personnelle et universelle que j’ai décidé d’en rédiger une chronique que je publierai à part. J’ai d’ailleurs décidé de sortir mes coups de cœur des bilans pour leur donner davantage de visibilité.

Enfin, sur netflix à nouveau, j’ai visionné « The Dig » un film anglais au casting impeccable (Ralph Fiennes, Carey Mulligan, Johnny Flynn et Lily James pour ne citer qu’eux) qui narre l’histoire vraie (mais romancée) d’une femme férue d’archéologie qui fait appel aux services d’un autodidacte pour explorer des tumulus (tumuli ?) sur sa propriété. Le tout durant la seconde guerre mondiale. Tout y est : le jeu d’acteur, la reconstitution d’époque, la romance, la campagne anglaise, la quête envers les éléments (la météo, les accidents de chantier) et les opportunistes (les pontes des grands musées qui veulent raffler la mise et reléguer au second plan l’homme modeste et cultivé qui les a devancés. A regarder absolument, même si vous n’y connaissez rien en archéologie ou si cela ne vous intéresse pas. On en ressort tout ému.

Historical drama 'The Dig' uncovers fascinating true story | Lifestyle |  oleantimesherald.com
Ralph Fiennes et Carey Mulligan
The Dig: How accurate is The Dig on Netflix on the Sutton Hoo treasure find  | Films | Entertainment | Express.co.uk
Johnny Flynn et Lily James

Plus atypique, j’ai écouté une conférence gratuite d’Aurélie Valognes sur son processus de création littéraire. Je n’ai lu aucun de ses romans et je ne sais pas si j’aimerais, mais je trouve toujours cela inspirant d’écouter les artistes parler de leur travail et de comment cela se passe en coulisses. Et il faut bien le dire, l’histoire d’Aurélie Valognes fait un peu rêver.

Je n’ai toujours pas terminé la brique « Sapiens » de Yuval Noah Harari, mais j’ai emprunté à la bibliothèque sa version BD. Je ne crois pas qu’elle couvre tout l’ouvrage de référence mais c’est un sacré morceau. Je ne suis pas du tout une fan de BD à la base, mais je dois dire que lire Liv Strömquist m’a encouragée et que je m’aperçois que cela fonctionne super bien pour vulgariser. C’est digeste et truffé d’humour. Les auteurs arrivent à en faire un périple puisque le tout est raconté du point de vue de Harari qui raconte l’histoire à sa nièce. Une réussite, j’attends la suite (mais j’ignore si elle est prévue).

Sapiens tome 1 - BDfugue.com

Pour terminer, j’ai lu deux romans. Le premier, « Le cœur cousu de Carole Martinez, a été un coup de cœur pour l’amie qui me l’a prêté. Pas pour moi. Je dois reconnaitre l’incroyable imagination de l’auteur qui nous emmène en fait dans un conte lui-même fait de sous contes qui racontent l’histoire des femmes d’une même famille dans une époque indéterminée (le début du 20° siècle ?) et qu’on situe en Andalousie et en Afrique du nord. J’ai peiné à être touchée par ces personnages achétypaux et presque surnaturels. La prose très chargée et très poétique pour un roman ne m’a pas non plus transportée. Je l’ai trouvée belle mais je suis restée en dehors. A chacun de se faire une idée.

J’ai également lu, « Dernière nuit à Montréal » d’Emily St John Mandel. J’avais adoré « Station Eleven » de cette même autrice. Ce roman est un roman noir, un autre genre donc. Je l’ai aimé sans l’adorer.

Dernière nuit à Montréal de Emily St John Mandel - Poche - Livre - Decitre

On y retrouve le thème de la quête et de l’errance. Tout y est très lent et si cela rend l’atmosphère des rues glacées de Montréal très dense et vivante, tout en contraste avec le courant d’air qu’est Lilia, cette jeune femme après laquelle court le narrateur sans jamais parvenir à la saisir. En parallèle, on suit l’histoire de Lilia, petite fille enlevée par son père à l’âge de 7 ans et en cavale depuis. Pourquoi l’a-t-il enlevée ? Cet évènement résonne comme une onde se choc et ne laissera pas indemnes ceux qui s’y trouvent mêlés. Un bon suspense teinté de spleen. A ne pas lire si vous êtes déprimés par contre.

Voilà, c’est tout pour ce mois ci, mais hier je suis retournée au cinéma, dans le cadre de Still Standing for Culture (et c’était calme, distancié et masqué) et j’ai hâte de vous parler du chef d’oeuvre que je suis allée voir, « Drunk » de Thomas Vinterberg.

Films, séries, livres: mes favoris de 2020

Après une année de bilans mensuels et faisant suite à des articles du même genre ici et , voici ce que j’ai préféré en 2020 et que je vous conseille chaudement si vous êtes en panne d’inspiration.

Au niveau cinéma tout d’abord, j’ai aimé, dans le désordre :

  • Le saisissant, violent et musical Whiplash de Damien Chazelle qui met en scène la confrontation entre un jeune prodige de la batterie et son professeur aux méthodes peu orthodoxes
  • Le mélancolique Suite Française avec Michelle Williams et Matthias Schoenaerts en amants impossibles durant la seconde guerre mondiale. Un très joli film basé sur une histoire vraie
  • J’ai adoré Réparer les vivants , cette ode à la vie et ce plaidoyer bouleversant pour le don d’organes, tiré d’un roman de Maylis de Kerangal. A voit absolument !
  • Armando Iannucci  m’a conquise mettant en scène un David Copperfield au casting casting sans discrimination raciale. Une fable joyeuse, fantasque, colorée et des acteurs qui se délectent visiblement d’être là et donnent le meilleur d’eux-mêmes.
  • Enfin, dans un autre registre, je ne peux pas ne pas mentionner l’un des films de l’année : le polonais Corpus Christi et son jeune acteur Bartosz Bielenia qui crève l’écran en délinquant cherchant la rédemption dans la religion, au propre comme au figuré.

Au niveau des séries, il y en a aussi pour tous les goûts :

  • Virgin River , pour ceux et j’imagine surtout celles qui savent apprécier un peu d’eau de rose et que le décor des Rocheuses ne gâche en rien. Une série doudou parfaite pour l’hiver.
  • J’ai terminé The Good Place , ce bonbon aussi philosophique que déjanté, aussi hilarant qu’émouvant. Tout ce qu’on aime. Vous l’aurez deviné, en cuisine j’aime aussi le sucré salé 😊
  • Pour les amateurs de drame en costume, d’épopée et encore une fois de romance, on ne présente plus Outlander même si les première et troisième saisons restent mes préférées et que rien ne me consolera de Poldark, la meilleure série !
  • Pour parfaire votre culture historique et approcher une période qu’on nous enseigne peu, je vous conseille Rebellion/Resistance qui parle donc de rébellion, de résistance et surtout da lutte fratricide des Irlandais pour leur indépendance.
  • Il faut bien une série policière dans ce top éclectique, la voici, elle est scandinave (tiens donc) et c’est Bron/The Bridge (aussi ici et ) qui a occupé une bonne partie de mes soirées d’été. A voir non seulement pour les scénari de qualité mais aussi pour la prestation de Sofia Helin qui campe sans faute et durant 4 saisons l’inspectrice Saga Noren, atteinte d’un trouble du spectre autistique (bien que cela ne soit jamais clairement mentionné). Une prouesse !
  • Pour continuer dans la noirceur, j’ai adoré la saison 2 de L’aliéniste , meilleure selon moi que la première (et qui peut être vue indépendamment). Une plongée dans le New York de la fin du 19°, peuplée de personnages inquiétants et mentalement dérangés, traqués par un trio de choc interprété par Dakota Fanning, Luke Evans et Daniel Brühl, tous trois impeccables.
  • Dois-je vraiment mentionner que j’ai beaucoup aimé Le jeu de la Dame ? J’imagine que vous ne m’avez pas attendue pour en entendre parler et, sans doute, le regarder. Cette mini-série est je pense devenue la plus regardée de l’histoire de netflix et ce, en seulement quelques semaines. Les amateurs d’échec remercient les producteurs.
  • En novembre et décembre, j’ai découvert The Crown (et ici aussi), une série manifestement créée pour les gens comme moi et qui m’a plongée dans un état quasi extatique du début à la fin. Je la recommande aux connaisseurs de la famille royale mais aussi et tout autant à ceux qui s’en fichent et aux anti royalistes. C’est avant tout une histoire de famille et de devoir absolument fascinante et divinement bien jouée.
  • Enfin, j’ai déjà crié mon amour pour Home for Christmas dans mon billet de décembre et cette série norvégienne romantique et moderne mérite largement sa présence dans mon top. Que vais-je devenir en décembre 2021 puisque je pense que l’intrigue est bouclée ???

Enfin nous arrivons à la littérature. En 2020, j’ai aimé :

  • Middle England d’un de mes auteurs favoris, Jonathan Coe, qui n’a pas son pareil pour créer des personnages attachants et so british et nous plonger au cœur de moments politiques décisifs, ici le pré Brexit.
  • Toutes les histoires d’amour du monde où Baptiste Beaulieu nous emmène sur les traces des amours de ses aïeux en temps de guerre, tout en délicatesse.
  • Mon coup de cœur de l’année va au sublime roman d’Amin Maalouf Les désorientés . J’ai été séduite, emportée et bouleversée tant par le fond que par la forme.
  • J’ai découvert et beaucoup aimé aussi deux bandes dessinées de l’auteure suédoise féministe Liv Stromquist , L’origine du Monde qui traite de la représentation du sexe féminin et La rose la plus rouge s’épanouit qui aborde le thème de l’engagement amoureux.
  • J’ai plongé dans l’univers fantasque et meurtri de Pierre Lemaître et son Au revoir là haut, qui m’en a appris sur la triste condition des poilus démobilisés.
  • Enfin, je me suis laissée peu à peu surprendre, après des débuts laborieux, par Les oreilles de Buster de Maria Ernestam où il est question de maternité toxique et d’une dame qui dort avec des oreilles de chien (des vraies) sous son oreiller.

Pour terminer, je retiens également des visites. Il y en a eu peu puisque pour moi le tourisme s’est arrêté en mars. C’est peut-être pour cela que je m’en souviens mieux. Il s’agit de ma visite du Speelklok Museum à Utrecht et de l’expo Monet :The immersive Experience à Bruxelles. Deux moments qui me rappellent combien les lieux de culture me manquent.

Bilan culturel de décembre

Nous voici donc en 2021 pour le dernier bilan de 2020.

En décembre, j’ai regardé deux films. Sans grande concentration, j’ai regardé le classique  West Side Story. J’aime bien les vieux films et les comédies musicales et je me demande ce que Spielberg va en faire puisqu’on nous en annonce une nouvelle version cette année. Du même Spielberg, j’ai regardé avec curiosité Ready Player One. Ce film a reçu de bonnes critiques et suit les péripétie futuristes de joueurs immergés dans un jeu video qui supplante peu à peu la vraie vie. Je m’attendais à quelque chose de plus violent, style Black Mirror, mais cela reste assez grand public. Ce n’est pas mon style de film mais je le regardais pas curiosité, étant interpellée par l’impact du gaming sur la vie de certains ados et jeunes (et moins jeunes) adultes. Je dirais que c’était instructif et au niveau des effets et de la réalisation, c’est assez irréprochable évidemment.

J’ai regardé trois séries durant ce mois de décembre. L’une « Sur la piste de l’éventreur du Yorkshire » pour satisfaire mon étrange penchant pour les émissions de true crime et mon attrait pour l’Angleterre (bon un peu moins le Yorkshire dans les années 70 du coup). Ensuite, j’ai continué à « dévorer » The Crown et j’ai adoré. Je ne sais pas comment vendre cette série, tout semble avoir été dit et écrit. Bien sûr je comprends que la famille royale s’en offusque et il faut garder à l’esprit qu’on ne saura jamais exactement ce qu’il se passe dans l’intimité d’une relation. Contrairement à ce que j’ai lu au sujet de la représentation manichéenne de la relation Charles-Diana, j’ai pu éprouver de l’empathie pour les deux. Bien sûr Diana ne pouvait qu’être broyée par « The Firm » comme les anglais appellent leur monarchie, mais Charles, jeune homme brimé, en manque d’affection, aux désirs et amours systématiquement contrariés, m’a également touchée. La série est construite de telle façon que l’on peut souvent comprendre malgré tout des comportements évidemment répréhensibles, voire odieux. Enfin, comme annoncé dans un précédent article, Home for Christmas m’a accompagnée durant les jours de Noël. J’ai trouvé cette deuxième saison à la hauteur de la première, pas niaise tout en étant magique (ahhhh la Norvège), romantique tout en ayant une vision réaliste du couple et surtout célébrant l’amitié, la solidarité, l’ouverture d’esprit et l’indépendance. Pour moi, c’est une grande réussite. Et je trouve que la série a fait le tour. J’ai du mal à l’admettre car j’aimerais qu’elle continue toujours, mais le risque est là ne n’avoir plus rien à raconter, en tout cas en ce qui concerne la protagoniste. Mais bon, si une saison 3 arrive, je serai dans les starting blocks.

Au rayon littérature enfin, j’ai lu Vu de l’extérieur, un court roman de Katherine Pancol. J’ai du mal à dire si j’ai aimé. La protagoniste m’a agacée tout au long de ma lecture. Un peu moins à la fin. Il faut cependant reconnaitre une peinture assez juste d’une personne ayant de gros troubles d’attachement  et victime d’abus qui se révèlent lorsqu’elle fonde une famille. J’ai également lu Le cercle des derniers libraires de Sylvie Baron. Une lecture doudou de fin d’année par excellence. Sylvie Baron, que je ne connaissais pas est qualifiée d’auteure de « romans policiers du terroir », et c’est exactement ce qu’est ce roman en plus d’être un manifeste militant pour la profession de libraire. Amateurs de livres et de mystère, ceci est pour vous. La surprise du mois est venue d’un livre prêté par une amie : Les oreilles de Buster de la suédoise Maria Ernestam. J’ai eu du mal à entrer dans ce livre et encore une fois à avoir de l’empathie pour la protagoniste, mais au fil de la lecture, j’ai vraiment été happée et je peux dire que j’ai beaucoup aimé ce livre. Il traite à nouveau ici de la pyschologie féminine, celle d’Eva, une dame qui approche de la soixantaine et qui, au travers d’un journal, se livre sur sa relation douloureuse avec sa mère (qu’elle annonce dès le début du roman, avoir tuée, mais on n’apprend pourquoi et comment que bien plus tard) et les conséquences de ce désamour sur sa vie. C’est très fin et c’est aussi un page turner. Les chapitres alternent entre le quotidien d’Eva et les révélations faites à son journal, les pièces du puzzle s’assemblent c’est assez addictif. Je recommande cette auteure, en tout cas ce livre. Il vaut la peine qu’on y consacre un peu d’effort au début.

Voici pour décembre donc. A suivre, mon top de cette année 2020. J’en profite pour vous souhaiter de belles découvertes en cette année. N’hésitez pas à donner votre avis et partager vos coups de cœur.

Les oreilles de Buster – Maria Ernestam – BiblioBlog

Bilan culturel de novembre

Novembre déjà… A dater de ce mois, j’ai décidé d’alléger mes bilans. Je me dis qu’ils sont parfois trop long et que j’y mets beaucoup d’infos, comme des résumés, qui sont disponibles à un click. Je vais donc me concentrer davantage sur mes coups de cœur et les choses plus insolites que je découvrirais.

Au rayon des séries, je ne vais par exemple pas disserter sur l’excellent Jeu de la Dame (the Queen’s Gambit), qui est désormais la mini série la plus regardée de netflix. Je ne suis pas originale, j’ai beaucoup aimé. Moi aussi avant de dormir, j’essaie de visualiser le manche de ma guitare comme Beth le fait avec son échiquier dans l’espoir de devenir une virtuose. La drogue et l’alcool en moins 🙂

J’ai aussi commencé The Crown, je ne sais pas pourquoi j’ai attendu si longtemps. J’arrive déjà à la fin de la saison 3 et, sans surprise, j’adore. Les acteurs sont stupéfiants. La troisième saison est déstabilisante puisque les acteurs changent tous puisque chaque saison narre une dizaine d’années de règne. Ils ne ressemblent pas tous à leurs prédécesseurs, mais l’accent, le phrasé et la gestuelle sont tellement travaillés à l’extrême que cela ne m’a pas dérangée. J’adore en apprendre davantage sur la grande Histoire et, au-delà du fait que c’est bien évidemment romancé, les personnages sont fascinants. Cette schizophrénies entre la femme et la reine. Les personnalités étouffées par le devoir. Les dilemmes et la solitude. The Crown est avant tout un portrait de famille passionnant. Mention spéciale pour moi aux épisodes qui parlent des amours contrariées de la Princesse Margaret et de l’enfance du duc d’Edimbourg et du Prince Charles, mes préférés jusqu’ici.

Helena Bonham Carter jouera la Princesse Margaret dans la saison 3 de The  Crown | Premiere.fr
Helena Bonham Carter et Vanessa Kirby, deux sublimes princesses Margaret

Complètement absorbée par ces deux séries, il me semble que je n’ai vu qu’un seul film The Bookshop. Il n’est pas du tout feel good comme on pourrait s’y attendre. J’ai aimé (Angleterre + librairie : combo sûr), sans être bouleversée.

Suite à ma lecture des Désorientés d’Amin Maalouf, un des coups de cœur de cette année dont j’ai parlé ici, j’ai regardé deux documentaires proposés par Arte sur l’histoire compliquée du Liban et de la région alentours. Cela m’a bizarrement donné envie d’y aller, je me suis sentie extrêmement touchée par ces destins brisés, ce pays de lumière sans cesse ravagé, ces personnes poussées à l’exil.

Au niveau littéraire, j’ai lu Journal d’un Vampire en pyjama de Mathias Malzieu (le chanteur du groupe Dyonisos par ailleurs pour les connaisseurs). Il s’agit du journal de bord de son hospitalisation alors qu’on lui détecte une grave maladie auto immune et qu’il frôle la mort. Ca se lit vite, c’est poétique et plein de douceur, bien qu’un peu « niais » pour moi par moments.

J’ai également dévoré le 4° volume de la série Chronique des Clifton, Juste retour des choses de Jeffrey Archer. C’est une lecture facile et agréable, mais on n’est pas sur du Jonathan Coe.

J’ai lu deux bandes dessinées de la talentueuse Liv Strömquist « L’origine du monde » et « la rose la plus rouge s’épanouit » ». Il s’agit de vulgarisation comico tragique féministe je dirais. En tout cas, l’auteure est étiquetée féministe. Je n’y ai pas vu de militantisme, mais effectivement, le premier traite de la représentation et des violences faites au sexe féminin (l’organe) et le second s’interroge sur pourquoi les gens ne savent plus tomber amoureux et se laisser aller à vivre intensément leurs sentiments. Cela m’a fait sourire et m’a aussi rendue triste, mais j’y reviendrai. Quoi qu’il en soit, je vous recommande chaudement les ouvrages de Liv Strömquist. Pour ma part, je compte bien lire « les sentiments du prince Charles ».

La Rose la plus rouge s'épanouit, de Liv Strömquist : décortiquer l'amour  dans ses moindres détails - Missives

Enfin, j’ai lu le superbe roman de Pierre Lemaître « au revoir là haut ». Je ne sais s’il est besoin de le présenter. On m’a prêté ce livre, dont j’avais entendu parler (aussi parce qu’Albert Dupontel en a tiré un film) mais vers lequel je ne serais sans doute pas allée de moi-même. Je me suis complètement laissée emporter par l’épopée de ces deux anciens poilus au sortir de la Grande Guerre, où l’un a perdu la moitié de son visage en sauvant la vie de l’autre. Encore une fois, sont réunis ici des ingrédients qui font souvent que j’aime un roman : l’histoire (ici on j’en ai appris pas mal sur le sort des démobilisés de l’après guerre, souvent laissés pour compte alors que seuls les morts étaient élevés au rang de héros), des personnages très touchants et un brin fantasques qui donnent un côté malgré tout « léger » à l’histoire. J’ai commencé à regarder le film de suite après, mais je n’ai pas accroché et je ne l’ai pas encore terminé. Le roman est, je pense, amené à devenir un classique du genre.

Je dois encore mentionner dans ce bilan une dernière chose. Ce n’est ni un film, ni une série, ni un roman, mais un « programme ». Ce n’est pas une application à proprement parler mais cela se passe sur internet. Il s’agit de « Mémorable », une initiative du journal Le Monde qui permet, selon leurs termes, de « cultiver votre mémoire de façon ludique et personnalisée et d’approfondir vos connaissances ». Là aussi j’en reparlerai surement car je suis conquise avec mes cinq leçons par semaine et je me suis abonnée pour 6 mois. Toutes les infos ici, où vous pourrez également tester gratuitement le programme durant une semaine.

Voilà, un bilan plus littéraire cette fois-ci. J’ai eu du mal à me résoudre à reconfiner cette fois-ci et je dois dire que dans les moments difficiles de ma vie, la lecture m’apporte toujours un grand réconfort. Comme je le dis souvent, lorsqu’on est en compagnie de bons auteurs et personnages, on n’est jamais seul ni mal accompagné. J’espère que vous aussi vous parvenez à illuminer les obscures soirées de ce début d’hiver avec de belles découvertes.

Bilan culturel de septembre/octobre

Eh bien et bien, que de retard accumulé depuis la rentrée. Je me suis aussi aperçue que mes bilans me prenaient beaucoup de temps car je livre souvent un synopsis. Or si une œuvre intéresse le lecteur, il peut en retrouver la trame en un clic. Pour ce bilan qui couvre deux mois, j’ai donc décidé d’alléger l’écriture et la lecture en partageant avant tout mes impressions. Pour que cela reste un plaisir aussi d’y revenir…

En ces mois de septembre/octobre, j’ai lu 3 livres si je ne me trompe pas. Deux d’entre eux étaient cependant de véritables pavés :

  • « Les absentes » du Belge Vincent Engel. J’attendais beaucoup de ce roman tant j’avais aimé « Retour à Montechiarro », lu il y a deux ans. D’autant que la trame nous donne des nouvelles des personnages aimés puisqu’il s’agit à nouveau d’une saga qui nous fait traverser les époques et qu’on y retrouve la Toscane, Venise, mais aussi Bruxelles. J’ai cependant été un peu déçue. Tout d’abord, deux des trois personnages principaux (chaque partie conte l’histoire d’un homme, lié directement ou indirectement aux deux autres et également liés à « retour à Montechiarro ») me sont apparus peu sympathiques. J’ai par contre aimé découvrir Domenico Della Rocca plus en profondeur. Ensuite, le style m’est apparu un peu lourd. Vincent Engel écrit ses romans à la façon de classiques du XIX°. Et si c’est finement ciselé, à renfort de beaux mots (j’avoue j’en ai appris, j’en ai aussi laissé passer, flemme de prendre le dico) et de longues phrases, au final, ça me fatiguait un peu. Impression qu’il en faisait trop. Ceci dit, c’est un tour de force de maintenir cette qualité durant 600 pages, peu de contemporains en sont sans doute capables.
  • « Les désorientés » d’Amin Maalouf. Attention ici, coup de cœur majeur. Et comme souvent, il m’est difficile de mettre des mots sur ce que j’aime le plus. J’ai commandé ce livre connaissant Amin Maalouf de réputation et me promettant depuis longtemps de lire « les identités meurtrières ». Je me suis décidée pour ce roman à la lecture d’un article concernant les explosions récentes à Beyrouth qui le recommandait pour comprendre ce que vivait et avait vécu le peuple libanais. J’ai donc adoré lire ce roman et suivre son protagoniste, Adam, double de l’auteur, qui revient au pays après plus de vingt ans d’exil en France, pour assister aux funérailles d’un ami avec qui il était brouillé. Ce roman, en plus d’aborder les conflits identitaires et l’histoire du pays, est très poétique. La langue est belle et c’est important pour moi. C’est un roman qui touche à l’essentiel, qui parle d’amour, d’amitié, de compromis, de souvenirs… Les personnages sont beaux et complexes et certaines réflexions sur le couple et sur la lecture m’ont bouleversée. Je l’ai tant aimé que j’envie ceux qui ne l’ont pas encore lu. Je me suis moi-même empressée de le prêter à un ami en le sommant de le lire.
Les Désorientés, Amin Maalouf | Livre de Poche
  • « L’ombre du vent » de Carlos Ruiz Zafón. Ce best seller espagnol me fait de l’œil depuis des années et pourtant je n’étais pas sûre que ce serait mon style. J’ai un peu la même histoire avec ce livre qu’avec « Duma Key » de Stephen King. Je voulais arriver au bout, les débuts ont été un peu difficiles, mais je ne suis pas déçue de m’être accrochée car mon intérêt a été crescendo. C’est un roman d’atmosphère, une atmosphère post franquiste et inquiétante, presque gothique. Il y a beaucoup de personnages intrigants et il faut renoncer un bon moment à comprendre où l’auteur veut nous emmener. A la Barcelone lumineuse qu’on connait, l’auteur oppose une Barcelone hivernale, brumeuse, qui recèle des secrets teintés de violence. A lire pour les amateurs de ce genre d’atmosphère et d’aventure.  Je ne sais pas encore si je vais me laisser tenter par les suites. Avez-vous lu ce roman et d’autres de Zafón ?

Au niveau cinéma, j’ai vu 4 longs métrages, deux à la télévision et deux au cinéma. Commençons par ces derniers :

  • « David Copperfield » de Armando Ianucci. J’ai adoré cette adaptation du classique de Charles Dickens. Classique que je n’ai pas lu, mais que j’ai désormais envie de lire. L’histoire est riche en rebondissements et en personnages farfelus et le casting est impressionnant. Dev Patel est parfaitement charmant en David Copperfield et je décerne une mention spéciale à Hugh Laurie en parfait doux dingue. Le pari inédit (en tout cas je n’avais jamais vu cela) de distribuer les acteurs sans tenir compte de leur origine ethnique est absolument réussi, à tel point que je me demande pourquoi personne ne l’avait jamais fait avant. J’ai été surprise au début, mais le code passe très bien. Les costumes et la photographie sont magnifiques, c’est à la fois léger, drôle, grave et émouvant… Certaines histoires résisteront toujours au passage du temps et rien ne vaut un bon classique de temps en temps. Je recommande chaudement le visionnage de ce film qui m’a dépaysée et enchantée deux heures durant et encore bien après.
The Personal History of David Copperfield - Wikipedia
  • Dans un tout autre style « Corpus Christi » de Jan Komasa, un véritable coup de poing venu tout droit de Pologne. Alors cela peut être rédhibitoire pour certains, mais je vous assure que ce film vaut la peine. Il est extrêmement fort. C’est l’histoire de Daniel, un jeune délinquant qui sort d’incarcération. Il rêve de devenir prêtre, mais sait que cela ne sera jamais possible puisqu’il a un casier. Cependant, lorsque, en route pour la menuiserie où il doit entamer sa réinsertion, il a l’opportunité de se faire passer pour un prêtre et de prendre la tête d’une paroisse reculée, il n’hésite pas longtemps. Commence alors un chemin inattendu de rédemption pour le jeune homme ainsi que pour les gens de la paroisse, récemment marquée par un accident tragique. J’ai adoré ce film, absolument sublimé par la prestation de son jeune acteur Bartosz Bielenia, magnétique aux grands yeux clairs. Ce film pose beaucoup de questions et on en ressort un peu sécoué néanmoins : a-t-on vraiment droit à une deuxième chance ? comment accorder et obtenir le pardon ? peut-on vraiment changer ? La foi (en Dieu ou en quelque chose de plus grand que soi, comme une mission) peut-elle sauver les hommes ? A voir ! PS : nullement besoin d’être croyant pour apprécier je précise.
Le film de la semaine] Corpus Christi, un vertigineux drame social - Cinéma  - FocusVif
  • J’ai re re re re revu le dernier « Harry Potter » et cela méritait d’être mentionné, car c’est toujours aussi bien.
  • J’ai vu « Normandie nue » de Philippe le Guay, avec François Cluzet. C’est une comédie dramatique française qui voit un maire et agriculteur normand essayer de convaincre ses ouailles d’accepter la proposition d’un célèbre photographe américain de les photographier tout/tous nus sur un champ du village. Le maire (Cluzet) y voit là une opportunité de donner une visibilité au monde agricole en souffrance. J’ai bien aimé ce film, mais je l’ai trouvé un peu gentil. Je m’attendais à quelque chose de plus politique, mais finalement cela dérive plutôt sur une chronique de la vie rurale avec de multiples intrigues secondaires : jalousies, amour, reproches, etc… J’ai donc été un peu déçue. Ceci dit l’angle d’approche est original et on passe un bon moment, surtout si on est fan de Cluzet.

Au rayon séries, j’en compte également quatre à mon actif :

  • « Wallander », une série policière suédoise (mais tournée en anglais) qui met en scène un jeune inspecteur Wallander. L’inspecteur Wallander, protagoniste des romans de Henning Mankell, a déjà fait l’objet d’une série où il était interprété par Kenneth Branagh. Ici, la série est pas mal et l’acteur est charmant, mais je ne vois pas en quoi elle est un prequel puisque l’action se déroule clairement de nos jours. Un bon polar cependant.
  • “The end of the f**king world” saison 2. J’avais adoré la saison 1 de ce road trip avec deux adolescents écorchés et qui avaient sacrément du mal à gérer et/ou ressentir leurs émotions. Cette seconde salve est moins réussie je dirais, mais ceci dit, il est presqu’impossible de retrouver la candeur de la première saison et c’est ce qui faisait son charme. Alyssa et James sont de nouveau très attendrissants. Cette saison met davantage en avant les difficultés d’Alyssa et introduit un nouveau personnage, Bonnie, elle aussi blessée et en quête de revanche. Je conseille à tout le monde de regarder cette série très intelligente, attendrissante et finement écrite, loin des clichés habituels sur l’adolescence et les émois amoureux.
  • « Le dernier mot », une autre série netflix, allemande cette fois. J’ai été séduite par le pitch qui met en scène une femme de 50 ans qui, pour faire face à la mort de son mari, décide de devenir auteur et oratrice professionnels d’éloges funèbres. Cette série qui aborde bien entendu le thème du deuil et assez loufoque et il ne faut pas avoir peur des pétages de plombs et de certaines situations grotesques. A d’autres moments, elle est très originale, les personnages sont bien construits (même si certains sont très énervants) et on s’y surprend à philosopher et à vivre de vrais moments de poésie. Elle a le mérite de nous rappeler que le deuil n’est pas un processus linéaire avec un début et une fin et qu’il est important de faire de notre vie une fête dès qu’on le peut (bon ici vu le contexte actuel, il faut se montrer créatifs, mais c’est bon à rappeler). Un ovni à découvrir, c’est vite regardé puisque je pense qu’il s’agit de 8 épisodes d’une demi-heure.
  • « L’aliéniste » saison 2. Une fois n’est pas coutume, voici une série dont je préfère la deuxième saison à la première. Si vous n’avez pas vu cette série, sachez nous emmène sur dans les pas d’un pionnier de la psychiatrie (Daniel Brühl, impeccable comme toujours), d’une enquêtrice féministe (Dakota Fanning, là où on ne l’attendait pas) et d’un journaliste (Luke Evans) dans le New York de 1890. J’avais trouvé la première saison vraiment glauque, elle nous emmenait dans les milieux de la prostitution enfantine. Cette deuxième saison, qui fait la part belle au personnage de Sara Howard et aux  femmes en général, est toujours très sombre et violente, mais je ne sais pas, j’ai trouvé cela moins glauque. Il y est pourtant cette fois question d’avortements clandestins, d’une clinique inquiétante et de vol (et meurtre) de bébés. Ames sensibles et/où allergiques aux sujets tabous, s’abstenir. De mon côté, j’ai adoré. Cette série nous plonge dans une atmosphère et une esthétique drôlement de saison et tient véritablement en haleine.
The Alienist' Season 2 Review: 'Angel of Darkness' Is Another Dud |  IndieWire

Voilà, c’est tout pour ce bilan de début d’automne. Et vous avez-vous vu/lu de belles choses ? Qu’aimez-vous regarder en cette saison ? Moi j’adore accorder certaines lectures et séries avec la saison, je recherche donc paradoxalement des ambiances cosy à la Gilmore Girls (j’attends pour cela la saison 2 de Virgin River) ou anxiogènes et sombres (et là, je vais bientôt me tourner vers « Rebecca »).

Bilan culturel de juin

Hello,

Juin a rimé avec beau temps. Juin a rimé avec la possibilité d’entamer la préparation d’un spectacle en voyant les gens en vrai. Bonheur. Juin a rimé avec des escapades. Juin a rimé avec la reprise d’une prudente vie sociale. Juin a relégué netflix à une place acceptable dans ma vie. Voici donc le bilan le plus maigre de 2020 !

En ce mois de juin, j’ai regardé la troisième saison de Marcella. J’avais déjà vu les deux premières et même si j’étais déjà mitigée à l’époque quant à cette flic traumatisée, colérique et égoïste, j’étais scotchée par les intrigues et par la performance d’Anna Friel (non sans rappeler Claire Danes dans Homeland, pour le côté folie). Pour cette troisième saison, Marcella (qui ne tourne toujours pas très rond) a quitté Londres et bosse comme agent infiltré dans une famille de la mafia Irlandaise. Je n’ai pas accroché, je ne parviens pas à avoir de l’empathie avec le personnage. Cette saison est probablement la dernière et pour moi en tout cas c’en est assez.

J’ai découvert Community, une série décrite comme culte et décalée, terminée depuis un petit temps déjà. J’avais envie de la tester car elle a débarqué sur netflix il y a peu et Gillian Jacobs (vue et approuvée dans « Love ») est au casting. Cette série est assez indescriptible et n’est pas destinée à tout le monde. On rit ou on ne comprend rien/déteste. Moi, j’adore. Voici ce qu’en dit wikipedia, pour vous faire une idée… « Community met en scène un groupe d’étudiants d’un community college, établissement d’enseignement supérieur américain souvent considéré comme inférieur à l’université et qui accueille pour cette raison de nombreux élèves en difficulté ainsi que des adultes souhaitant reprendre leurs études. (…)La série repose en partie sur de très nombreuses références plus ou moins appuyées (et souvent parodiques) à des films, des séries, des genres cinématographiques et la culture contemporaine en général, utilisant souvent le métahumour (de l’humour à propos de l’humour) ainsi que des procédés de narration non-linéaires (épisode en huis clos, parodie de Law and Order, parties de paintball : parodie de « Paintball » le film, épisode en 8-bits, histoires alternatives du dé, épisode en pâte à modeler animée, etc.) et abattant parfois le quatrième mur. » Tout un programme…

Myers-Briggs® Personality Types Of Community Characters

J’ai enfin regardé la première saison de la série « Bron » ou « The Bridge » qui met en scène un duo d’enquêteurs dano-suédois. Le sympathique et extraverti Martin collabore avec Saga Noren, atteinte d’autisme Asperger ( bien que cela ne soit toujours pas nommé au point où j’en suis, fin de la deuxième saison) pour résoudre une série de crimes concernant leurs deux pays, de part et d’autre du pont de l’Oresund (avez-vous suivi les articles concernant mon voyage au Danemark). Il faut être concentré car le scénario est bien ficelé mais extrêmement touffu et je regarde en suédois (ou en danois à certains moments, je ne sais pas, bien malin qui fera la différence). Le personnage de Saga ne ressemble à aucun autre et Sofia Helin a vu, à juste titre, sa performance saluée par la critique. Je poursuis mon visionnage et cela me donne envie de retourner en Scandinavie.

BRON || BROEN

J’ai tout de même pris le temps de lire deux romans également. J’ai poursuivi ma relation avec Jonathan Coe en lisant « Numéro 11 » qui se déroule dans l’angleterre contemporaine, héritière de celle de son chef d’œuvre « Testament à l’Anglaise ». Ce roman est construit d’une façon originale, mais difficile à décrire en peu de mots. Disons que ce sont des nouvelles reliées entre elles par deux amies, le chiffre 11 et les descendants des Winshaw. Je l’ai apprécié sans l’adorer, il m’a surtout donné envie de relire le fameux Testament à l’Anglaise. Voici la quatrième de couverture. « Le numéro 11 renvoie, bien entendu, au domicile du ministre de l’Économie britannique. Enfin, c’est aussi celui du bus où vient se réchauffer une chanteuse oubliée, en ces temps de crise. Mais peut-être s’agit-il de l’adresse de cette maison où deux gamines découvrent un étrange cadavre. À moins qu’il ne désigne la table où, lors d’un dîner de gala, un détective va démasquer un tueur d’humoristes. Ou encore le nombre d’étages souterrains qu’une richissime famille londonienne veut ajouter à sa demeure pour de mystérieuses raisons… Dans ce nouveau roman – son onzième –, Jonathan Coe entrelace cinq récits délirants, où se croisent les destins de deux femmes, Rachel et Alison, des années 1990 à aujourd’hui, dans une Angleterre désormais gouvernée par les descendants des héros malveillants de Testament à l’anglaise, les Winshaw. Une satire mordante et virtuose. »

J’ai également lu « Anatomie d’un scandale » de Sarah Vaughan. J’avais découvert cette autrice avec « la ferme du bout du monde » à l’été 2018. Ce roman est bien différent. Il y est question de deux femmes, une procureure et l’épouse du premier Ministre du Royame-Uni. La première doit faire condamner l’époux de la seconde. Sans trop en dévoiler, je dirais que Sarah Vaughan signe ici un roman engagé et interpellant sur la question du viol, du consentement (la fameuse zone grise, même si elle n’est pas mentionnée telle quelle) et de la reconstruction. Je l’ai trouvé extrêmement pertinent et d’actualité. Les personnages féminins sont construits en profondeur et on s’y attache. Le personnage du Premier Ministre est également très intelligemment édifié, tout en ambigüités. Je recommande chaudement cette lecture.

Voilà, c’est tout pour ce mois de juin. Point encore de cinéma, pas d’expositions non plus… J’espère que vous profitez également sagement des retrouvailles avec vos proches. N’oubliez pas de rester prudent…les chiffres sont à nouveau en augmentation et même si j’ai aimé le confinement, je redoute d’être à nouveau séparée de certaines personnes…

A bientôt,

C.