Voyage en Croatie (3): Ugljan

Bonjour, me revoici pour la suite et fin de mon voyage en Croatie. En réalité, je ne raconte pas les étapes chronologiquement puisque nous avons alterné les excursions longues, le temps passé à Zadar et, ce qu’on peut appeler les excursions courtes. Il s’agit des trois après-midis que nous avons passées sur l’île d’Ugljan qui se situe juste en face de Zadar. Son nom signifie l’île aux oliviers et il n’est absolument pas à remettre en question.  Elle en est recouverte, mais les figuiers parviennent néanmoins à se tailler une part de gâteau. Cette île fait 22km de long et 4km à son endroit le plus large. Au centre, c’est le maquis, le royaume des oliviers et des fleurs des champs. Il doit être fascinant de venir à la fin de l’été lorsque les olives et les figues sont mûres.

Résultat de recherche d'images pour "ugljan map villages"
Muline est sur la crique face à Rivanj

Sur la côté, les petits villages s’enchainent, ils sont sept je pense et sont presqu’entièrement  situés face à Zadar. De l’autre côté on trouve des petites criques et un relief plus escarpé qui fait face à l’archipel des Kornatis. Nous avons passé un après-midi à Kali, un autre à Preko et enfin le troisième, le jour avant de repartir, à Muline.

La traversée dure une petite vingtaine de minutes et ne coûte presque rien. On arrive alors à proximité du village de Preko. Pour aller à Kali, une marche de 3 km nous attend en longeant la mer et en admirant les jardins et potagers impressionnants des habitants. C’était manifestement la saison des artichauts. Kali n’est pas très touristique, mais c’était une étape importante pour nous car mon père y a passé une partie de ses étés enfant et adolescent et nous allions retrouver son cousin.

P1070267

Pour aller à Preko, il faut parcourir quelques centaines de mètres à l’opposé de Kali lorsqu’on arrive au port. Preko est un peu plus « touristique ». Le cousin de mon père nous a dit qu’en juin-juillet c’était la folie, mais début juin, tout paraissait si calme et serein. Nous avons cependant repéré énormément de petites maisons disponibles à la location pour les touristes. A Preko, on trouve des petits restaurants face à la mer, un bar, on peut également louer des vélos et il y a un supermarché. Le jour où nous y sommes allés, mon père et moi avons décidé de faire 8km à pieds pour monter jusqu’à un ancien fort/monastère  (San Mihovil) qui domine l’île et depuis lequel on peut admirer l’archipel des Kornatis. Nous avons ensuite passé la fin de journée étendus sur nos serviettes près du bar face à une autre petite île.

P1070506

IMG_E4234

IMG_E4212

IMG_E4207

Enfin, notre troisième excursion nous a menés à Muline. Pour ce faire, nous avons dû prendre une navette durant 30 minutes après le trajet en bateau. J’ai eu l’impression que ce bus parcourait l’île de long en large et qu’il n’y avait qu’une seule ligne, mais je me trompe peut-être. Une fois arrivés, nous avons mangé à la Pansion Stivon, sur une terrasse déserte qui donnait sur une crique non moins déserte. Seuls quelques bateaux à l’ancre à plusieurs dizaines de mètres du rivage rappelaient la civilisation. Je pense que je n’avais jamais connu une telle paix sur une plage en haute saison. Quel bonheur et quelle chance nous avons eue de pouvoir profiter de ce calme absolu durant plusieurs heures. Rien que le bruit des flots et la conscience de vivre un moment rare. J’en garde un souvenir ému.

P1070672

IMG_E4291

DSCN0185

Pour conclure ce voyage, je dirais que je n’ai pas ressenti de connexion profonde avec le pays, même s’il m’a conquise. J’ai remarqué que les Croates étaient en moyenne plus grands que les italiens et les belges. Une drôle d’observation, mais étant plutôt grande, c’est une chose qui m’a frappée. Il était également étrange pour moi d’entendre mon père parler une langue à laquelle je ne comprenais rien et c’est aussi pour ça que, malgré la ressemblance qu’il peut y avoir entre la Dalmatie (occupée durant longtemps par les italiens) et l’Italie, je m’y suis sentie étrangère. J’espère tout de même y retourner un jour…

Présentement, mon prochain voyage commence le 30 juillet. En route pour Vérone (toujours sur les traces de ma famille), Florence (la ville de mon coeur, où j’ai étudié durant un an) et le Val d’Aoste (pour en prendre plein les yeux). Et vous, quels sont les pays ou les endroits où vous vous êtes sentis chez vous ou, au contraire, totalement dépaysés?

Les petits plaisirs (mai 2019)

Bonjour à tous, ici le printemps peine à se faire une place. Les soirées s’allongent sans qu’il me soit possible d’aller marcher après le souper, chose que j’adore faire à cette période. Les semaines de travail s’enchainent et la charge mentale s’alourdit, forte du temps qui s’est écoulé depuis mon dernier break. C’est pourquoi je me suis dit qu’il serait bon ce weekend de rédiger un petit article sans prétention qui se concentre sur les petits plaisirs, les capsules qui permettent de voir le bon côté des choses lorsque la fatigue est là et que le soleil se fait désirer. Voici dont ce qui m’a mis le baume au cœur récemment :

Their faces are perfect reactions to the words. Morse = sadness. Thursday = anger and frustration, and concern, too.

 

  • Le cadeau fait main par une amie talentueuse et être touchée par le temps investi pour me faire plaisir. Merci à toi qui te reconnaîtras.
  • Ma maman qui m’annonce que le rosier que j’ai acheté et planté chez mes parents il y a quelques années arbore pas moins de 39 boutons. J’adore les roses et je me réjouis d’admirer cette plante extraordinaire.
  • Le retour de l’Inspecteur Morse le dimanche soir sur France 3 (hashtag old lady inside)
  • Ma filleule de deux ans qui crie « marraine » et me saute dans les bras dès que j’arrive. Je l’aime tant !
  • Manger en pleine conscience et plus lentement depuis quelques semaines. Se sentir plus légère.
  • Une bonne nouvelle financière qui va aider à la concrétisation de mon envie à moyen terme d’avoir mon propre jardin pour y voir fleurir un autre rosier.
  • La perspective de partir d’ici 15 jours pour un voyage que je me dis que je dois faire depuis siiiii longtemps. J’espère que le soleil y sera…

 

 

Dream

Voilà ce qui m’est venu à l’esprit et ça fait du bien. La vie est quand même clémente avec moi finalement. Et vous, quels sont les jolies choses, petites ou non, qui vous égaient au quotidien ? Partagez-les en commentaire si ça vous tente. Faites l’exercice quoi qu’il en soit, c’est bon pour la santé mentale !

Avril…

J’ai eu du mal à me poser pour écrire ces dernières semaines, du mal à trouver un sommeil réparateur, la procrastination m’a rendu visite. Aujourd’hui, je savoure cette pause du premier mai et j’en profite pour me refaire un peu le film du mois écoulé. Avril…

Avril, le mois du renouveau, le mois des magnolias, le mois des agneaux dans les prairies, le mois des premières salades en terrasse, un de mes mois préférés…

En avril, j’ai travaillé pas mal même si j’ai eu des jours off. J’ai senti que le dernier break était loin, j’ai eu envie de m’arrêter, mais sans vraiment pouvoir freiner. J’ai rêvé de travailler moins, de vivre encore plus simplement. De quitter le bruit de la ville, d’une tiny house avec un carré de verdure, d’assister aux éclosions printanières depuis ma fenêtre, de thés en pyjama, assise le matin au soleil sur un seuil qui serait à moi. De quitter un peu plus la frénésie du monde, de m’extraire des drames qui résonnent dans mes oreilles. Patience, un jour, bientôt peut-être…

design styles that are popular in modern homes. In reality, practitioners blend different elements from several decorating styles . #roomdesigntiles

En avril, j’ai fêté mon anniversaire, comme chaque année, avec mes amis et avec ma famille. J’ai pris congé ce jour là, il faisait beau, je portais ma nouvelle robe achetée à Lille, je me suis trouvée belle. J’étais bien, j’ai accueilli sereinement ce nouveau chiffre. L’âge est une telle question d’état d’esprit. Et de santé bien sûr, mais la santé j’ai la chance de l’avoir. Se sentir en équilibre, ici et maintenant, ne pas se mettre d’échéances et de pression chiffrée. Avant tel âge avoir fait ceci, à tel âge ne plus pouvoir se permettre cela. Bullshit les amis. On n’a qu’une vie ! Un midi en terrasse à siroter la première Amstel Radler citron de l’année, une soirée pizza entre amis à l’appartement, un restaurant avec mes parents, en bonne santé eux aussi, que demander de mieux ?

En avril, je suis montée sur scène. J’ai joué, j’ai crié, je me suis révoltée et j’ai mangé. J’ai porté avec des femmes magnifiques un texte féministe qui prône l’acceptation de soi et l’amour de son corps, notre seul et unique vaisseau sur cette terre. J’ai débattu, j’ai souri, je me suis passionnée. J’ai ressenti une immense fatigue, mais de celles qu’on apprécie car elles sont le reliquat de moments où l’on est pleinement mobilisés en faveur de ce en quoi nous croyons.

Image about quotes in My uploads by Yoni on We Heart It

Bonne fête du travail à tous. Je vous souhaite d’en faire un qui vous plait. D’y donner le meilleur de vous même  et de ne pas compter vos heures si c’est par passion. De ne pas travailler du tout si c’est votre choix. Ou d’avoir la force et la possibilité de vous ménager une vie qui vous ressemble à côté si vous êtes obligés d’en subir un qui ne vous plait pas. On a toujours un peu le choix…

 

Mes inspirations minimalistes

C’est enfin le printemps, la saison des traditionnels nettoyages, bien que je n’aie jamais vraiment compris pourquoi le nettoyage avait besoin d’une saison. C’est tout de même le moment où on peut avoir envie de trier sa garde robe, son garde manger, ouvrir grand les fenêtres (et les nettoyer). Vient aussi l’envie de s’acheter de nouvelles choses, déco, vêtements. Comme depuis l’été dernier, je tiens bon face à ces pulsions. J’ai acheté quelques pièces aux soldes (3 chemises, deux tee shirts à manches longues qui en remplaçaient deux autres poste pour poste comme on dit en sport, ainsi qu’une veste que j’ai portée tout l’hiver), je me suis aussi offert une robe made in France à Lille. Beaucoup moins que ce que j’achetais d’habitude, même si j’aurais pu laisser certaines choses en rayon. En revanche, je continue à me délester peu à peu de ce que je ne porte plus, de ce qui n’est plus à mon goût, trop petit, ce que je garde parce que je l’ai payé « cher » et que j’ai du mal à m’en défaire. Pour ces articles là (ceux sur lesquels j’aimerais essayer de gagner quelques euros), j’ai créé un compte Vinted et je dois expédier ma première commande demain (satisfaction). Petit sentiment de satisfaction. Le reste, je donne à des copines ou à Oxfam/Terre qui vendront en seconde main à petit prix ou recycleront. Ce qui reste dur c’est de se séparer de vêtements « sentimentaux ». Je sais que les gourous tels Marie Kondo sont intraitables avec ce genre d’articles, mais je ne suis pas là pour souffrir J .

En écrivant cet article, en plus de raconter ma vie, je voulais vous partager quelques motivations/inspirations qui m’aident à réduire ma consommation et à désencombrer :

  • Sans entrer dans des détails chiffrés, alors qu’avant il me restait souvent un peu de sous en fin de mois mais pas grand-chose, cela fait maintenant un bon moment que j’épargne un cinquième voire un quart de mon salaire chaque mois. Bien sûr, j’évite aussi de manger à l’extérieur le midi et je ne suis pas partie au cours de cette période. Mais il va sans dire qu’arrêter de fréquenter les magasins contribue grandement à ces économies. J’ai pu m’offrir sans remords cette robe qui me faisait envie à Lille et je sais que cet argent me rendra plus heureuse converti en vacances en Toscane qu’en tops H&M
  • Trier souvent permet de mieux se rendre compte de ce que l’on possède et de mieux acheter. Je me rends ainsi compte que j’ai parfois tendance à acheter plusieurs articles qui se ressemblent ou qu’il y a des choses que j’ai acheté car c’était un coup de tête mais qui ne s’accordent pas avec grand-chose et donc sont très peu portés. J’oublie trop souvent ce que j’ai et j’aimerais me créer un style plus cohérent.

Tonya Smith's Portland Home Is Full Of Vintage Vibes | Glitter Guideimage

  • Le documentaire « The minimalists » (https://www.theminimalists.com/) sur netflix. Ce film est à avoir absolument. Il a été écrit par deux amis qui, vers la trentaine, ont quitté des jobs hyper bien rémunérés car ils se sont rendu compte qu’ils n’étaient pas épanouis et que ce n’était pas ainsi qu’ils voulaient passer le temps qui leur est donné sur terre. Rétropédalage complet, ils ont écrit des livres, réduit drastiquement leurs possessions et font des tournées pour parler de leur nouveau mode de vie qui les rend tellement plus heureux.
  • Le blog Vivre avec moins et la chaine youtube qui y est associée. Cette chaine est tenue par une jeune Québécoise, Vicky, qui, après s’être endettée en surconsommant, a pris un virage drastique et adopté un mode de vie très frugal pour rembourser ses dettes. Une des choses que j’aime moins ici est justement que cela parle beaucoup d’argent puisque c’était le but premier de Vicky. A présent, ses dettes sont remboursées et elle continue, mais elle met également en avant la consommation plus responsable, la réduction des déchets et la santé donc ça devient plus intéressant, même si sa motivation économique se ressent toujours. J’aime aussi l’idée qu’avec acheter moins et trier, c’est tout un rapport au temps et au sens de la vie qui est interrogé, en tout cas pour moi.
  • Enfin, sur instagram, youtube et pinterest, on ne compte plus les images et conseils inspirants. Une chose que j’adore personnellement est de regarder des vidéos de personnes qui font du tri, c’est un petit plaisir qui m’apaise et me motive. Tout est toujours plus beau et satisfaisant après…

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Et vous, est-ce que cette thématique vous parle ? Etes-vous en transition ou cela vous semble-t-il fou de vouloir moins ? Et quels sont vos inspirations, bons plans et conseils ?

Mes autres articles sur le même sujet:

Less is more: le minimalisme

Less is more: le bilan

Les choses que j’ai cessé (ou que je tente de cesser) de surconsommer

Ecologie et minimalisme: pourquoi ces efforts?

 

Les petits plaisirs

Bonjour à tous, me revoici avec un nouvel article un peu différent. En ce moment je procrastine un peu beaucoup et je n’ai toujours pas rédigé mon bilan tri et minimalisme annoncé début février. La faute au splendide temps de février qui m’avait donné des envies de nettoyage de printemps et à celui de mars (plutôt inqualifiable) qui me laisse aujourd’hui avec l’énergie d’un mollusque sous valium. J’ai donc décidé de ne pas m’auto-flageller et de reporter de bel objectif à des jours plus doux et plus propices, lorsque j’en aurai l’envie.

Néanmoins, les dernières semaines n’ont pas été trop dégueulasses et je saisis l’occasion pour lister ici les choses qui m’ont fait plaisir malgré le temps maussade, découvertes et moments simples qui égaient le quotidien si on prend le temps de les savourer :

  • Décorer un arbre de Pâques : alors oui c’est clairement commercial et non minimaliste, mais j’avais craqué l’an dernier sur de jolies décos. Là, j’ai juste acheté des branches de cerisier et deux nouvelles boules (celles qui ressemblent à de petites montgolfières) et je ne culpabilise même pas car, tout comme mon sapin de Noël en son temps, ce petit arbre me procure du plaisir au quotidien. Il n’est pas très grand et c’est une pointe de verdure que j’apprécie, n’ayant ni jardin ni terrasse. Vous allez me dire que Pâques est encore loin, mais voilà, je l’ai fait dans la frénésie des beaux jours de février. N’est-il pas adorable ?

thumbnail_IMG_3804

  • Programmer une escapade d’une nuit à Lille pour retrouver une amie que je n’ai pas vue depuis (beaucoup) trop longtemps. La vie a fait que…mais elle m’a beaucoup manqué et je me réjouis ! L’occasion de parler, refaire le monde, découvrir mieux Lille, dénicher je l’espère des endroits cosy où prendre le thé et des artisans inspirants. Et puis j’adore passer la nuit à l’hôtel !!!
  • Parcourir des guides sur l’Angleterre empruntés à la bibliothèque et commencer une liste de lieux à ne pas manquer lors d’un périple qui n’a pas encore de début ni de durée. Se laisser aller à rêver et s’imaginer parcourir la côte en train jusqu’en Cornouailles et dans les Cotswolds…
  • S’essayer à un atelier couture. On pourrait facilement me décrire comme l’antithèse de « la fille bonne à marier » (patriarcat mon ami, que de belles expressions tu nous as inventées) : je n’aime ni cuisiner, ni jardiner, ni coudre, ni rien… La cuisine, je pense que c’est foutu, mais mes ambitions écologiques et de simplicité m’ont poussée à m’inscrire à un atelier zéro déchet chez Koxinel’s à Liège. J’ai passé une après-midi fantastique, ça m’a vidé la tête et j’étais comme dans un petit cocon créatif. Je n’ai pas vu le temps passer et j’ai été guidée pas à pas. Moi qui y allais juste dans une logique anti gaspi et pour pouvoir me débrouiller un minimum, j’ai trouvé ça amusant de dessiner un patron et se servir d’une machine. J’ai bien envie d’y retourner dans une formule « coudre un sweat ou une jupe » et de voir si je peux devenir plus autonome et fabriquer des vêtements ou de jolies choses à offrir. J’ai trouvé cela très reposant, quasi méditatif, moi qui ai un travail très cérébral et qui passe mon temps dans ma tête de façon générale.
  • Passer du temps avec ma filleule qui aura deux ans fin du mois. Après une phase où elle ne réclamait que ses parents, voilà qu’elle s’ouvre et m’adopte peu à peu. Moi, je l’ai aimée dès le début et mon cœur fond lorsqu’elle m’appelle marraine et court dans mes bras. La regarder grandir est une magnifique aventure et je rêve de plein de moments de complicité futurs avec elle et sa grande sœur.

Voilà, c’est tout pour le moment. Et vous quels sont vos plaisirs du moment et vos découvertes ?

df2cca8b1ca23a8b86643fa0db7503e0

Noël simple et magique

Le premier article de ce blog parlait de mon amour pour le mois de décembre. J’ai pris quelques jours de congé et j’en profite pour me gâter et écrire quelques billets pour le blog, l’occasion de dire ce que j’aime et peut-être de vous donner quelques idées, que vous aimiez ou non cette période. Pour passer un mois de décembre magnifique, j’aime :

  • Prendre une semaine de congé la première semaine de décembre. Je sais que tout le monde n’en a pas la possibilité et que si vous avez des enfants, vous privilégierez les vacances de fin d’année. Moi ça fait trois ans que je le fais et j’en suis ravie. Je prends le temps et les rues ne sont pas encore bondées. Je garde précieusement ces jours de congé toute l’année. Je préfère travailler quelques jours pendant les fêtes car ce que j’aime c’est l’ambiance de la période et pas le jour en lui-même.
  • Décorer mon sapin et mon appartement. Cette année j’ai acheté un sapin plus petit car l’ancien était trop grand pour ma pièce de vie. Il a déjà trouvé une nouvelle maison. Dans mon optique de désencombrement, je pense me défaire de quelques décorations superflues puisque j’ai fait plus sobre cette année et que j’ai trop de boules. Je ne me refuserai pas une décoration faite par un artisan si je la croise et que j’ai un coup de cœur, une jolie boule de verre par exemple.

IMG_3472

  • Ne pas courir dans les magasins car je ne fais pas de cadeaux pour Noël. Tradition familiale. J’aurai la chance d’en recevoir un de mes parents, mais je n’en demande même pas tant. Ce n’est pas par manque de moyens, c’est juste comme ça et personnellement cela me convient. Certains trouveront cela triste ou incompréhensible. Moi je trouve surtout que cette obligation crée des dettes, du stress et nous fait tomber dans le panneau de la surconsommation. Si vous souhaitez aller vous aussi vers plus de simplicité, offrez des expériences (cinéma, théâtre, massage,…), des choses qui se consomment (biscuits faits maison, vin) et/ou du temps. Le temps c’est de l’argent, mais à quoi sert l’argent ??? Moi ce qui me déprime ce sont les reportages sur les gens qui revendent leurs cadeaux dès le 26 décembre. Bien sûr, chacun ses traditions familiales et il est parfois difficile de s’en affranchir…
  • Ecrire et lire…prendre de l’avance pour mon blog, m’installer sur mon canapé avec des bougies…Il y a dix jours, je suis allée à la bibliothèque près de chez moi et cela m’a replongée en enfance. J’ai trouvé des livres que je voulais lire et la bibliothécaire m’a informée que cette bibliothèque était en réseau avec plein d’autres de la Province, du coup, grâce à ma cotisation annuelle, je peux faire venir à moi quasi tous les livres que je veux.

IMG_3437

  • Ecrire des cartes de Noël à envoyer par la poste. Je ne le fais pas chaque année, mais j’aime prendre ce temps et cela fait souvent plaisir. Ne pas faire de cadeaux matériels ne signifie pas que je n’offre rien, mais j’offre différemment: un goûter, une carte, mon temps…
  • Me promener en voiture ou à pieds dans les villages et admirer les décorations parfois exagérées et pas du tout minimalistes ou écologiquement intéressantes. C’est Noël après tout.
  • Mettre un feu qui crépite ou une playlist jazz d’automne ou de Noël sur mon écran télé via youtube. Ambiance assurée. Ou bien regarder le film de Noël de l’après midi. C’est toujours pareil, mais c’est une douceur nécessaire. Le tout en vaquant à mes occupations.
  • Penser à toutes les choses accomplies durant l’année écoulée. J’en parlais déjà ici, mais plutôt que de (ou avant de) prendre de bonnes résolutions pour l’année qui vient, je vous conseille d’écrire à la main (car cela encre et ancre) tout ce que vous avez fait durant les 12 mois de 2018 : une bonne résolution tenue, un objectif sportif atteint, des vacances, sorties, un moment passé avec un être cher…bref tout ce qui a rempli l’année. Plutôt que de toujours se focaliser sur ce qui reste à faire, cela fait un bien fou. L’occasion de se rendre compte de comment on remplit son temps, si cela nous convient ou non et parfois de revoir certaines priorités.
  • Me promener dans la neige si seulement il finit par y en avoir, espérer voir un rouge gorge, scruter les traces de pattes, admirer le givre sur les branches nues des arbres, rentrer boire un bon chocolat chaud…