Les gestes écolos (5): ce que je voudrais améliorer

Bonjour à tous et tous,

Me revoici avec un article qui parle de consommation responsable et d’écologie. Si vous lisez ce blog, vous savez que je suis en chemin depuis un moment vers plus de simplicité (ou de sobriété comme le dit Pierre Rabhi) et vers un mode de consommation davantage en accord avec mes valeurs.  Si vous avez envie de lire d’autres articles sur le sujet, je vous invite à cliquer sur « gestes écolos», « minimalisme » ou « consommation » dans le nuage de mots à droite de votre écran et vous serez redirigés vers tout ce que j’ai écrit autour de cette thématique.

Aujourd’hui, j’avais envie de parler des progrès qu’il me reste à faire, des petites choses qui me gênent encore au quotidien. Je pense que l’important est d’avancer à son rythme et de piocher de nouvelles idées ça et là pour s’améliorer. J’ai déjà fait de gros efforts au niveau de la réduction des déchets ou de la consommation de fast fashion dont je suis assez fière. J’ai aussi opté pour un fournisseur d’électricité 100% vert (Cociter), mais j’ai d’aller plus loin.  En fait, une fois que l’on commence, c’est difficile d’arrêter car ce ne sont pas seulement des habitudes qui changent, mais toute une façon d’envisager le monde dans lequel nous évoluons. En tout cas, pour moi, c’est comme ça.

Voici maintenant ce sur quoi je voudrais travailler pour obtenir un meilleur bulletin :

  • La consommation de bougies. J’adore les bougies, en automne et en hiver, lorsque je passe la soirée chez moi, j’aime en allumer un peu partout dans mon salon pour créer une atmosphère hygge. Ce qui entraine plusieurs problèmes : les déchets d’aluminium des bougies chauffe plat, les briquets et autres allumes feu que je ne parviens jamais à recharger ou qui ne sont tout simplement pas rechargeables, la paraffine contenue dans les bougies (dérivé du pétrole, qui se trouve décidément partout), etc… Pour m’améliorer, j’ai l’an dernier acheté quelques « fausses bougies » led, mais elles sont tout de même en plastique et fonctionnent avec batterie. J’aurais pu me faire au rendu artificiel mais en plus, celles que j’ai achetées (mais j’avoue c’était du premier prix) diminuent en intensité rapidement. J’essaie aussi d’acheter des bougies plus grosses qui durent plus longtemps ou des chandelles qui sont zéro déchet pour le coup. Mais il y a toujours le problème de la paraffine pour la plupart des bougies de la grande distribution. Mes pistes sont les bougies au soja ou à la cire d’abeille (qui sont souvent chères mais comme vous le savez et moi aussi, il faut apprendre à consommer moins et/ou à mettre le prix) et les bougies qu’on peut faire soi-même avec de l’eau, de l’huile et une mèche en coton. J’en appelle à vos idées et expériences si vous passez par là. Auriez-vous un tutoriel, une boutique etsy ou un producteur local à conseiller ? Je n’ai bien évidemment pas envie de commander sur Amazon.
  • Les substituts de viande : Je ne mange plus de viande rouge depuis mon adolescence, j’ai arrêté le poulet il y a deux ans et aujourd’hui, je peux dire que je ne mange plus que très occasionnellement du poisson (en tout cas je n’en achète jamais plus). Je suis quasiment végétarienne donc et ça participe bien sûr à réduire considérablement mon empreinte carbone. Cependant, je consomme des « substituts » de viande. Pas pour en retrouver le goût, mais simplement pour ne pas la remplacer uniquement par des œufs et des légumineuses. C’est tout de même agréable de pouvoir manger un burger végé, de pouvoir se faire une bolo ou un hachis végé ou encore un pavé. Que ce soit pour varier la texture ou pour ne pas être la paria de service (même si j’ai de la chance, pas trop de gros lourds dans mon entourage pour me faire des remarques sur mon alimentation). Les problèmes : je pense que pas mal de ces substituts que j’achète tout faits sont pas mal transformés et donc par top pour la santé et c’est toujours emballé dans des barquettes en plastique. Ce sont pratiquement les seuls déchets plastiques solides qui entrent encore chez moi. La solution, je suppose que c’est de les préparer soi-même ou de trouver un petit traiteur (allô la région liégeoise ?). Je ne suis pas une grande cuisinière alors là aussi si vous connaissez des recettes simples et si possible protéinées, je suis preneuse. Ah et pour couronner le tout, je ne peux pas manger de fruits secs… On n’est pas sauvés…
  • Ma consommation de canettes…eh oui, j’ai arrêté les bouteilles en plastiques, mais je consomme toujours des sodas, souvent un le midi, en canettes. Ce n’est pas bien, je le sais. Ici, c’est une question de volonté, il va falloir boire davantage d’eau, je le sais…
  • De même pour mon dernier point, qui concerne toujours l’alimentation : aller davantage vers le bio, les fruits et légumes de saison (mais là je m’améliore déjà, j’ai cessé d’acheter des tomates toute l’année, parce que depuis quand est-il normal de manger des tomates en novembre en fait ?) et les petits producteurs. Tout cela pour ma santé et pour favoriser les circuits courts. Ici aussi question de volonté et d’organisation.

Et vous, quels sont vos objectifs ? Vos réussites ? Vos tuyaux ? Je sais que ces articles sont parmi les plus lus sur mon blog, donc je vous invite à partager vos idées et vos motivations dans les commentaires. N’hésitez pas non plus à partager vos idées et ces articles autour de vous… Je ferai un bilan d’ici quelques mois si j’ai l’occasion de tester de nouvelles idées.

A bientôt donc…

Bilan culturel d’octobre

Bonjour à tou-te-s,

Je cours après le temps d’écrire en ce moment. J’accumule du retard, mais je constate avec bonheur que tous les jours d’anciens articles sont lus. Je vous remercie donc chers lecteurs, que vous soyez abonnés ou non. Je prends toujours autant plaisir à créer et rédiger le contenu que vous lisez et je pense que je le ferais même sans être lue, mais c’est sûr que ça motive ! N’hésitez pas à commenter et à me dire quels articles vous préférez. J’ai l’impression que ceux qui concernent l’écologie et le slowliving vous plaisent. Aujourd’hui, on se retrouve pour mon bilan culturel d’octobre, mais à l’approche des fêtes, je prévois également des billets sur la consommation responsable et l’écologie. A suivre donc…

En octobre, j’ai retrouvé une de mes séries anglaises chouchous, Les enquêtes de Vera. Cette saison, la neuvième, ne fait que 4 épisodes, donc je la savoure. Le personnage de Vera, vieille fille au look de paysanne fait toujours mouche avec son intelligence et sa bienveillance qui surprennent derrière son air bourru.

Je suis restée en Angleterre et j’ai poursuivi les aventures ou plutôt les mésaventures de la famille Shelby dans Peaky Blinders. A l’heure où j’écris, j’ai terminé la saison 5 et j’en parlerai en novembre. Je me demande tout de même à combien de flingues sur la tempe ou le front Tommy Shelby pourra survivre. Rien à voir, mais la musique de la série est tout simplement dingue, je pourrais écouter les épisodes les yeux fermés et ça vaudrait toujours la peine.

Je n’ai pas quitté le Royaume-Uni, mais j’ai rejoint l’Ecosse pour regarder, à la télévision cette fois, une autre série de la BBC « The Victim ». J’avais été quelque peu déçue par « The Bay », le mois dernier, mais « The Victim » a été une claque. Peut-être pas du niveau de Broadchurch, mais j’ai adoré cette série et je la recommande chaudement. L’histoire est originale. Ici point de meurtre, en tout cas au temps présent de la série. Les personnages principaux sont :

– une mère (à l’antipathie brillamment jouée par Kelly Mac Donald) qui a perdu son fils, assassiné des années plus tôt par un adolescent à peine plus âgé

– un jeune père de famille qui se fait tabasser et laisser pour mort sans raison apparente un soir d’Halloween.

Ces deux personnes, qui ne se sont jamais rencontrées, se retrouvent lors du même procès lorsque la première est accusée d’avoir provoqué et poussé à l’agression du second en révélant sur les réseaux sociaux qu’il était en fait le responsable de la mort de son enfant. L’adolescent coupable avait à l’époque reconnu les faits et retrouvé la liberté quelques années plus tard sous une nouvelle identité censée lui permettre de prendre un nouveau départ. Nul ne sait ce qu’il est devenu et Anna considère cela comme une injustice.

Cette série est un vrai suspense (Anna va-t-elle être condamnée ? Qui a agressé Craig ? Craig et Eddie J. Turner sont-ils la même personne ? et si ce n’est pas lui, où est-il ?), mais pose surtout intelligemment des questions nécessaires qui créent le malaise et pousseront chacun à se faire sa propre opinion : à quoi sert la justice ? à punir ? à réparer ? à protéger ? dans quel(s) cas a-t-on ou n’a-t-on pas droit à une seconde chance et qui peut en décider ? qui est la vraie victime du procès ?

Je ne spoile rien, mais vous aurez compris que j’ai été plus qu’emballée. Si vous l’avez vue, qu’en avez-vous pensé ?

Résultat de recherche d'images pour "the victim""

Côté cinéma, je suis redescendue en Angleterre et je suis allée voir Downton Abbey. J’ai savouré avec un grand plaisir mes retrouvailles avec le château, le personnel et la famille Crawley. Les scénaristes ont une nouvelle fois mis Dame Maggie Smith à l’honneur avec quelques répliques qui ne m’ont pas déçue, mais également des moments d’émotion. Certains trouvent que ce film est l’équivalent d’un Christmas Special, mais j’ai tout de même trouvé que c’était davantage que ça. J’ai aimé la dimension comique très présente et je trouve que c’est une belle conclusion pour la série. A noter que le film est visible sans avoir vu la série. On est sans doute un peu perdu au début évidemment, mais il suffit de se renseigner un peu. Par contre, attention, le film spoile la série bien entendu…

Résultat de recherche d'images pour "downton abbey movie tom""
Un peu de bonheur pour Tom et Thomas, deux de mes personnages favoris!

Côté littérature, j’ai changé de pays pour me rendre en Italie avec le court roman de Niccolo Ammaniti « Moi et toi ». Ammaniti est l’un des romanciers italiens contemporains les plus lus et il a récemment été le scénariste de la série « Il miracolo » (le miracle), chroniquée ici. Ce court roman parle de Lorenzo, un jeune adolescent doté d’une personnalité particulière et qui a du mal à s’intégrer. Pour se soustraire aux tracas de ses parents, il s’invente un groupe d’amis et une invitation à une semaine aux sports d’hiver. Le but : se ménager une semaine de tranquillité totale avec livres et jeux vidéos dans la cave de son immeuble. C’était sans compter sur le débarquement d’une demi-sœur quelque peu perturbée et avec laquelle il n’a jamais vécu. Ce roman se lit hyper vite et il est rempli d’humour et de sensibilité. J’ai été conquise et je le recommande, c’est un beau texte très touchant sur l’adolescence et l’amour.

Enfin, en octobre, j’ai eu l’occasion d’aller plusieurs fois à Bruxelles pour des activités diverses et variées, mais je pense rédiger un jour un article complet sur les adresses et activités insolites que j’ai pu découvrir dans cette capitale que j’aime de plus en plus.

D’ici là, je vous souhaite de bonnes lectures et de bons visionnages. Si vous avez des suggestions de livres pour cette saison, je suis preneuse. J’ai envie de lire des récits qui se passent dans des ambiances hivernales.

Humeur du jour: modeste histoire d’une fracture ordinaire

Aujourd’hui matin, comme toujours lorsque je vais travailler en voiture, j’écoutais classic 21. Nous sommes en période de vacances scolaires et la route est dégagée. J’entre en ville avec une plaisante facilité et j’arrive tellement tôt au bureau que je manque la chronique économique d’Amid Faljaoui. Dommage, il allait répondre à une question que je me pose souvent « pourquoi les riches continuent-ils à travailler ? ». Je ne comprends rien au monde de la finance, mais lui il vulgarise plutôt bien (d’ailleurs il est prof) et fait peu à peu mon éducation.

La journée se passe et, sur le temps de midi, je discute cinéma avec mes collègues et leur fait part du fait que, cette fois ci, je ne sais pas si j’irai voir le film de Ken Loach « sorry we missed you ». J’adore Ken Loach, mais « I, Daniel Blake » m’avait tellement rendue triste avec ses personnages lumineux mais implacablement écrasés par la vie. La journée de travail se poursuit et s’achève alors qu’il fait encore clair. Je reprends la route entre chien et loup comme on dit et; tandis que j’admire les reflets du coucher de soleil sur la Meuse que je longe, j’écoute la rediffusion de la chronique économique d’Amid Faljaoui manquée ce matin.

Il y disserte de l’addiction à l’argent, de la jalousie et du paradoxe d’Easterlin. Je ne connaissais pas cette dénomination, mais j’avais déjà lu de nombreux articles en parlant. En gros, c’est la théorie (étayée scientifiquement) que passé un certain niveau d’aisance financière (du style entre 3000 et 3500 euros mensuels), gagner plus d’argent ne rend plus significativement heureux et se transforme même en addiction, engendre peur, frustrations et jalousies.

Je me suis sentie riche et libre, bien qu’en dessous de ce seuil financier. Libre car pas esclave de l’argent et heureuse d’être capable de résister aux tentations du monde moderne qui entrainent tant de personnes très bien payées dans une spirale de frustration et de faim insatiable de plaisirs et de possessions. Ce sentiment de liberté a pourtant un arrière goût de découragement et même de colère face à ces foules sentimentales comme le chantait Alain Souchon et à tous les dealers d’opiums divers et variés, plus ou moins déguisés.

Je cogite chemin faisant et j’arrive bientôt à ma sortie d’autoroute. Alors que j’approche du rond point de sortie d’autoroute, je vois un Monsieur, entre deux âges, plutôt petit, avec une pancarte autour du coup. Je me dis qu’il fait du stop mais en approchant, je m’aperçois qu’il y est écrit « Nous avons faim, merci ». A quelques mètres somnole un labrador à côté de 3 sacs en plastique. Le trafic est fluide, je l’ai déjà dit, et donc les voitures ne doivent quasi pas ralentir et encore moins faire la file. Le froid est piquant et personne n’a la fenêtre ouverte. Je passe sans avoir le temps de réagir et je sens soudain mon cœur se serrer.

Je ne suis pas une sainte, loin de là et je repense à toutes ces fois où je me sens importunée lorsque je vais au cinéma en ville et que des sans abris ou des toxicomanes m’abordent avec leurs regards suppliants, leurs histoires vraies ou fausses, leurs mains tendues. Je repense à comment je peux leur en vouloir de faire effraction dans un moment de loisir où je voudrais ne pas penser à tout ça, faire abstraction de la misère du monde et profiter de la vie. Mon cœur se serre encore plus et je ressens soudain le besoin impérieux de faire quelque chose.

Pourquoi aujourd’hui et pourquoi ce Monsieur je n’en sais rien. Toujours est-il que ma voiture garée, je m’empresse d’acheter du pain, du fromage et des petits beurres et me voilà repartie en route vers le rond point. Il a été surpris le Monsieur, je me suis rendue compte qu’il devait avoir sacrément froid immobile là au milieu, pris dans les phares des voitures… Je lui ai tendu mes victuailles qu’il s’est empressé de ranger dans les sacs. Je lui ai demandé où il vivait. Il a bafouillé, m’a dit qu’il ne parlait pas français. J’ai voulu tenter l’anglais, mais il était Hongrois. Alors je lui ai souhaité courage avec les mots, avec les gestes et avec les yeux. J’ai caressé son chien et je suis partie.

Sur le chemin, j’ai senti l’urgence d’écrire cette histoire, une histoire d’une grande banalité, une banalité qui m’a désarmée à l’improviste. Lorsque j’ai commencé ce blog, j’ambitionnais de m’exprimer ainsi plus personnellement, d’offrir à ma sensibilité un exutoire, de faire réagir peut-être, sans doute. Puis j’ai choisis, hormis dans l’un ou l’autre article, de me focaliser sur le positif, le joli, le cosy. Mais aujourd’hui, j’ai été rattrapée par quelque chose qui dépasse cette rencontre et qui me pèse souvent. J’ai acheté ma paix intérieure provisoire avec quelques euros, c’est bien sûr encore plus pour moi que pour lui que je l’ai fait, j’en suis consciente. J’ai atténué provisoirement mon sentiment d’impuissance général grâce à un petit don.

Je vous remercie si vous avez eu le courage de lire jusqu’ici, j’espère que je ne suis pas celle qui a fait effraction dans un moment de loisir et à qui vous allez en vouloir…

Et vous comment faites vous pour gérer lorsque vous êtes submergés ? Qu’est-ce qui vous émeut et vous fait du mal ? Comment sortez-vous de l’impuissance ? Quels sont vos combats personnels ou communautaires ? Ca m’intéresse…

Je vous souhaite à tous une bonne soirée, de croiser un regard ami et une main tendue si et quand vous en avez besoin et de trouver la force et le temps de l’offrir à d’autres de temps en temps.

Une belle journée: slowlife à Liège (et alentours)

Bonsoir, me revoici avec un article un peu différent, qui ne parlera peut-être pas à mes chers lecteurs abonnés, mais davantage aux personnes que je connais et à mes compatriotes s’il y en a qui me lisent.

J’aime ces journées de congé que je peux m’octroyer en semaine. J’aime aussi quand je n’ai pas d’horaire fixe et que je peux me laisser porter. Hier, j’ai décidé de mettre tout de même le réveil pour ne pas trainer trop et la voir me filer entre les doigts. Slow mais pas trop et finalement une belle journée bien remplie mais sans stress, sans exigence de rentabilité, sans rendez-vous à absolument honorer.

Et puis je m’éveille et il fait frais. J’avais tellement hâte de ressortir ma garde robe d’automne. Aujourd’hui j’ai osé, traitez moi de rabat joie si vous voulez, mais l’automne est ma saison préférée. A moi les collants, les derbies et les couleurs qui me vont au teint.

Me voilà partie pour la ville de Liège, sous le soleil qui se fait peu à peu une place. Lui aussi a choisi cette journée. L’occasion de profiter un peu de la ville en dehors du travail, de visiter quelques adresses connues, d’en repérer de nouvelles à tester. Direction Wattitude, un magasin qu’on ne présente plus aux liégeois et que je conseille à tous les visiteurs qui veulent découvrir les créations d’artistes wallons et les soutenir. Aujourd’hui cependant, je n’achète pas pour moi, mais pour gâter une amie. Passage ensuite chez Mahalo, la boutique de cosmétiques éthiques. Eponge de konjac pour masser délicatement ma peau, en affiner le grain et la nettoyer (testée et approuvée), savon produit localement dont j’entends parler depuis un moment et qui remplacera mon « Michelle, ma belle » de chez Lush et, enfin, achat inattendu d’un bain de bouche sans alcool (ceux de la grande distribution sont atroces pour moi) dont il suffit de diluer 3 gouttes dans un verre d’eau. Verdict dans les prochains jours…

mahalo

Ensuite pause chez Tea Late avant de repartir. Je suis assoiffée et il est presque midi, je ne vais pas m’attarder, mais je soutiens modestement cet endroit poétique et investi avec un cœur énorme par les jeunes propriétaires. Ils ont du mal à survivre car la rue est en travaux depuis des mois. Je vous le conseille. En plus, il y avait un coin de terrasse au soleil et un jeune matou peu farouche m’a tenu compagnie. Que demander de plus… C’est sûr, cet automne sera l’occasion de goûter les merveilles promises par la carte et de lire en sirotant un thé dans une ambiance surannée. Si vous ne connaissez pas, quelques mots clé : Alice au Pays des Merveilles, lunchs, brunchs, thé, pâtisserie homemade, terrasse, récup, vintage, éco responsable, zéro déchet et local… Je continue ou vous êtes convaincus ?

cattealate
Mon date chez Tea Late 🙂

Le temps de récupérer les passes Odyssée (opération subsidiée par le service Théâtre de la Province qui permet de profiter de 6 spectacles pour 10 euros) sur lequel figure mon prochain spectacle, et me voici en route pour un Vegaburger au soleil avec ma maman au bord de l’eau à l’aon’t bat eetcafé. Une tuerie pour moins de 12 euros : épicé comme il faut, copieux et il se tient (ne se désagrège par quand on essaie de le couper ou d’y mettre les dents). Moment 5 étoiles, impression d’être repartie en vacances.

1
La meilleure des terrasses (photo de leur site)

Après une balade, vient le temps des courses car « ce qui est fait n’est plus à faire ». Premier raisin blanc de la saison pour le goûter, en attendant le retour du muscat tant attendu (eh oui certains attendent le beaujolais, moi j’attends le raisin). Dans un élan de courage et d’énergie, je décide de sortir courir dans la campagne entre Meuse et Canal. Aujourd’hui est une bonne journée aussi pour mes jambes, elles impriment une cadence honorable et régulière. Je me sens déliée, c’est facile, à deux secondes de mon record sur 5 kilomètres. Je me sens bien, je bats le bitume avec une régularité qui me met dans un état quasi méditatif et l’endorphine se libère. Au retour, un bon bain et me voici pour une soirée en tête à tête avec moi-même, avec l’écriture, avec la lecture, avec un weekend encore à savourer.

Je suis reconnaissante pour cette journée, pour l’énergie, pour avoir un corps qui ne se blesse jamais. Je suis heureuse que mes efforts pour laisser le stress à sa juste place paient, heureuse de vivre la plupart du temps comme je l’entends, heureuse d’être à l’aube de l’automne… Et vous, avez-vous passé une belle journée ? Pouvez-vous lister 3 choses qui vous ont fait du bien, qui vous motivent ou qui vous rendent heureux ? Faites l’exercice d’y réfléchir et répétez le souvent, cela alimentera les circuits neuronaux du bien-être…

Bon weekend à tous et toutes !

C.

Voyage en Italie (2): Ode à la Toscane

Mon histoire avec la Toscane commence il y a déjà 16 ans, mais c’est comme si c’était hier. J’ai la chance de pouvoir y passer 9 mois, d’y effectuer ma quatrième année d’université. A Florence. Il serait cliché de dire que ce fut la plus belle année de ma vie, mais je mentirais si je disais que je n’y ai pas vécu des émotions uniques et inégalées. Je n’en garde aucun mauvais souvenir, même si je suppose que j’ai vécu des moments difficiles. Ils ont été dilués dans le bonheur bu à la tasse et le temps a fait le reste.  Ce fut pour moi comme un saut dans le vide, une expérience de liberté délicieuse et parfois vertigineuse. Pourtant j’étais sereine, je ne me souviens pas avoir ressenti d’angoisse. Par contre je me rappelle très bien avoir pleuré toutes les larmes de mon corps lorsqu’il a fallu repartir. Qu’il a été déchirant de quitter cette ville, ce pays, ces personnes magnifiques que j’avais rencontrées, cette parenthèse qui m’a changée et surtout révélée à moi-même sur bien des plans. J’en suis revenue parlant une nouvelle langue, avec des amis aux quatre coins de l’Europe et même du monde, décidée à me lancer dans le théâtre alors que je n’osais pas et me promettant que je ne perdrais jamais de vue l’idée qu’il faut toujours avoir une vision large et ouverte de la vie et que celle que je mènerais ne serait pas ordinaire.

DSCN0363
Piazza Santa Croce depuis les marches de l’église

J’ai parfois failli à cette promesse. Le travail a succédé aux études et la routine qu’il impose, même si on a la chance d’en faire un qu’on aime, émousse bien souvent la petite flamme qui brûle en moi, en nous. Les vicissitudes de la vie, les épreuves, les moments durs aussi… Les promesses d’amitiés éternelles sont elles aussi difficiles à tenir, mais je garde une place pour chacune de ces personnes dans ma mémoire. J’ai la chance d’être encore en contact avec plusieurs d’entre eux et je sais que je me dois un voyage au Canada pour revoir une personne avec qui j’ai beaucoup partagé. J’ai beaucoup voyagé par la suite pour voir ces amis et je suis retournée religieusement à Florence chaque année jusqu’à 2011. Puis la vie a fait que je m’en suis tenue éloignée durant 8 ans. Ce n’est que cet été que j’y suis retournée, pour la deuxième étape de mon roadtrip. Je trépignais surtout depuis que j’avais lu « retour à Montechiarro », sublime roman de Vincent Engel dont j’ai parlé ici et .

DSCN0471
La pension du Bonheur

Je ne peux décrire ce que j’ai ressenti en arrivant sur place, à la pension Bencistà (littéralement pension « on y est bien »), un bijou d’endroit lové parmi les cyprès et les oliviers sur la douce pente des collines menant à Fiesole. De là, vue sur la ville. J’ai immédiatement ressenti un bien-être d’une intensité surprenante, une vague de sérénité et de gratitude, un ancrage nouveau et pourtant familier. Je ne pratique par le yoga, mais je dirais que tout était aligné pour que je me sente bien. J’ai tout reconnu, comme si j’effleurais après longtemps le visage d’un être cher qui n’aurait pas pris une ride. Le bruit des cigales avec en arrière fond la musique d’un violon, l’unique lumière reflétée par la pierre médiévale et le marbre de Carrare, le vent et le soleil qui cogne sur ma peau. J’étais rentrée chez moi. Ce qui est merveilleux avec Florence, ce n’est pas seulement la ville, les pavés, l’ombre des Médicis et le raffinement, c’est aussi cet écrin de collines dans lequel elle se loge. Il est impossible de chercher à trouver le meilleur angle de vue sur l’une ou les autres sans se retrouver rapidement étourdi et pris de vertige. Je me suis demandée comment j’avais pu me priver de cela pendant tant d’années et pourtant cela a certainement rendu les retrouvailles encore plus belles.

DSCN0401
Vue sur San Miniato depuis le Forte Belvedere

Je ne vous ferai pas le guide touristique de Florence. C’est une ville qui recèle tant de merveilles. Pour ma part, j’ai fait la guide pour mon père et me suis également promenée seule. J’ai visité Santa Croce et me suis rappelée d’une multitude de bonnes soirées passées assise avec des amis sur les bancs de sa place. Je suis retournée au Forte Belvedere, un lieu magique pour moi, sur les hauteurs (attention ça monte) où se tiennent des expositions temporaires. J’ai eu le plaisir de jouir d’un Palazzo Vecchio libéré d’échafaudages. Je ne l’avais jamais trouvé si beau. Enfin, j’ai revu une amie très chère et fait la connaissance de son mari et de sa petite fille. Je me suis offerte un moment dans le jacuzzi de la pension ainsi qu’un massage. Après des mois d’économies, j’ai décidé que je méritais le meilleur et je me le suis concédé. Aujourd’hui, je ne rêve que d’une chose : retourner à la Pensione Bencistà et me gaver à nouveau d’art, d’histoire, de beauté et de douceur de vivre. Retrouver cette petite chambre occupée cinq nuits, un coin de paradis tendu de draps blancs, où il suffisait d’ouvrir une fenêtre pour mettre les pieds dans un petit jardin avec vue sur Santa Maria del Fiore. A bientôt ma belle Florence, à jamais dans mon cœur.

DSCN0419

Les bonnes adresses :

  • Pour dormir, la Pensione Bencistà : une découverte inattendue sur booking, un signe du destin, ce n’est pas un hôtel mais une demeure datant du 14° siècle convertie en pension familiale depuis 5 générations. Les prix ne sont pas prohibitifs et je suis tombée amoureuse de l’endroit, on s’y sent comme à la maison, un lieu de vie plus qu’un lieu de passage.
  • Pour manger des pâtes à midi à deux pas du cœur historique : Salsamenteria de Ciompi , généreux, simple, authentique et délicieux.
  • Pour manger le midi et le soir : Trattoria ZaZa
  • A Fiesole (petit village sur les hauteurs, facilement accessible en bus et d’où la vue est à couper le souffle) : Buca delle fate , mes papilles me réclament encore les gnocchis melon gorgonzola.
  • Pour se faire plaisir/jouer aux américains : un verre chez Tosca & Nino, la petite terrasse de la Rinascente. Vue sur les toits de Florence, plongée sur la piazza Repubblica, le dôme, Orsanmichele et le forte del Belvedere.

DSCN0449

La fin de l’été…

Après-demain, je reprendrai le chemin du travail. Après 4 semaines. La première fois je pense que je m’octroyais 4 semaines d’affilée. Et j’ai bien déconnecté, j’en ai même oublié le mot de passe de notre agenda commun à mes collègues et moi. Je ne m’y suis pas connectée durant 4 semaines, mais hier, j’ai ressenti le besoin de voir ce qui m’attendait. Ca va. Je prendrais bien 6 mois de congé sabbatique là tout de suite, mais je sais que ça va aller. Mais que cet état va me manquer. Cette légèreté, ce repos mental, cette sensation de corps délié et ces pensées qui me sont revenues. Celles qui me soufflent que tout est possible. Celles qui me prient de ne pas transiger sur mes priorités. Je pense que j’y reviendrai dans un prochain article. Un article sur la reprise, sur la façon dont je veux fixer mes priorités. Cela me fera sans doute du bien de déplier ma réflexion à l’approche de cette saison que j’aime, l’automne. Et d’avoir votre avis, chers lecteurs connus ou inconnus, fidèles ou de passage, si vous me faites l’honneur d’un commentaire. Je prévois d’écrire sur ces sensations, cette fin qui esquisse un renouveau… Mais l’heure est à la gratitude. Tout comme je le fais en fin d’année et comme j’en ai parlé ici , cette fin de période de vacances me donne envie de lister les jolis moments passés et les jolies choses de ces 4 semaines. Durant ces 4 semaines…

More Quotes, Love Quotes, Life Quotes, Live Life Quote, Moving On Quotes , Awesome Life Quotes ? Visit Thisislovelifequotes.net!

J’ai eu la chance de vivre sans anxiété, ma vieille compagne, celle qui se pointe de temps en temps, souvent à l’improviste et jamais sur invitation ça c’est sûr. J’en parlerai peut-être ici un jour, mais elle m’avait saisie à l’aube un jour de juillet dernier et m’avait gâché une bonne partie de ce temps qui devait me permettre de recharger mes batteries. Résultat, un voyage annulé et juste le temps de me requinquer pour aller travailler. Heureusement que j’avais scindé mes vacances en deux parties et que j’ai pu profiter de mon voyage au Danemark. Ma vieille pote et moi nous connaissons depuis longtemps, et je trouve de mieux en mieux les clefs pour qu’elle ne s’éternise pas chez moi en abîmant mon moral en appliquant son filtre si peu flatteur sur ma réalité. Cet été, je suis restée détendue.

Yes Please.
désolée pour les moldus qui passent ici…

 

J’ai pu faire un voyage magnifique dont j’ai commencé à parler ici et dont je dois encore parler. J’ai vécu une expérience inédite en voyageant seule avec mon papa et ça s’est tout à fait bien passé. J’ai retrouvé un pays chéri, déserté depuis 8 ans et redécouvert des sensations oubliées. J’ai retrouvé ma chère Toscane et cela fera l’objet d’un article entier (ou plutôt d’une ode).

Cet été, j’étais mieux dans ma peau et j’ai bien supporté la chaleur. J’ai pu quitter mon appartement lorsqu’il y faisait trop chaud et passer des nuits de sommeil relativement réparateur. Ces épisodes caniculaires m’inquiètent, mais l’an dernier, je m’étais vraiment sentie oppressée.

J’ai pu coudre un sweat-shirt tout doux lors d’un atelier booké de longue date avec une amie. J’ai été absorbée par ce travail, je suis redevenue une élève attentive. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois, ça a été dur, j’ai fait connaissance avec des logiques inconnues et déroutantes. J’ai été découragée, énervée sur moi-même et puis encouragée. Et puis j’avais le temps. Et quelle satisfaction au parfum enfantin face à ma création. Le plaisir de se connecter à des savoirs nouveaux, à des matières, au plaisir de voir le produit de son effort.

J’ai eu le temps de voir ma filleule chérie et elle m’a été confiée durant une petite journée. Quel plaisir de s’octroyer le luxe d’une sieste avec elle. Je sentir son petit corps détendu contre le mien et de la voir s’éveiller avec un grand sourire. Un concentré d’amour.

Durant mes vacances en Italie, j’ai pu lire le quatrième tome de l’amie prodigieuse, en Italien toujours. Cela m’enracinait encore davantage dans le pays. J’adore les siestes et le moment d’aller me coucher lorsque je voyage, sans télé, sans netflix, juste avec un livre.

J’ai eu la possibilité d’aller passer une journée avec une amie qui habite un peu plus loin que les autres. Nos agendas et les kms avaient repoussé cette sortie. Quel plaisir de se promener dans les bois, au bord d’un lac, de faire du bateau dans cette région si belle, si calme et pourtant pas si loin finalement. L’aventure est parfois au coin de la rue. La simple vue des écureuils roux et de la bruyère à flanc de colline m’a ravie.

J’ai pu faire une balade à vélo seule dans le vent, marcher avec des amis et courir. Constater que j’ai amélioré d’une minute mon temps habituel pour 5km, sans effort particulier, en étant tout à fait capable de poursuivre. Me demander si c’est dû à la détente ou aux kms parcourus en marchant en vacances.

J’ai pu vivre à mon rythme. Me coucher tard sans craindre le réveil. Me lever tard sans culpabiliser. Me rendre compte quand même que me lever tôt me permettait aussi de faire plein de choses. Avoir la possibilité de le décider. Le plus grand luxe des vacances, indubitablement.

J’ai aussi pu lire des articles inspirants, écouter un podcast dont je reparlerai, faire du tri, cuisiner un peu, aller au marché regarder les jolis tissus que je pourrais acheter si je décide de coudre encore, manger des glaces (beaucoup), boire des bières fruitées (quelques unes, l’alcool n’est pas mon truc), manger des barbecues végétariens, parler tard dans la nuit avec des amis, aller au cinéma (2 fois!), tout simplement passer des moments simples et conviviaux dans une insouciance qui ne m’est pas donnée toute l’année, que je dois même travailler. Mais peut-être est-ce ce qui fait son charme…

Best day of my life.

Et vous ? Avez-vous pu prendre des vacances ? A la maison ? Ailleurs ? Quels bons moments retenez-vous ? Qu’est-ce qui va vous motiver ?

Courage à ceux qui pour une raison ou une autre n’ont pas pu prendre de vacances ou pas pu se relaxer et heureux ceux pour qui le repos est à venir, profitez en bien…

Voyage en Italie (1): Verona

Après la Croatie, maintenant l’Italie. L’été à thématique généalogique. Première étape du périple, la Vénétie de mon grand-père. Plus précisément Vérone où il passa une partie de son enfance, où je m’en vais à la rencontre de bribes d’histoire familiale, de souvenirs et d’êtres humains que je ne connais pas et qui me sont pourtant proches, par le sang, par l’histoire ou par le nom. Rouler 12h30 pour y arriver exténuée. Il fait chaud, très très chaud. 8 ans que je ne viens pas en Italie. 8 ans sans ce pays qui me coule dans les veines, dans lequel  j’ai vécu. A peine passée la frontière suisse s’installe le chaos. Ca me rebute autant que cela m’est soudain familier. Il y a toujours chez moi, la fille du nord, un coin de cœur en jachère, un brin de désorganisation dans l’âme, de la place pour les imprévus, les ralentissements, les risques. Redécouvrir les rives de l’Adige et son étrange couleur verte/grise. Marcher sur les remparts de l’ancienne ville fortifiée, déambuler au milieu des décors d’Aïda que l’on va bientôt installer pour quelques soirées dans les arènes emblématiques de la ville où ont lieu chaque été des opéras en plein air. La Piazza Bra juste en face et ses maisons colorées. Puis la piazza delle Erbe reliée par un étroit passage à la majestueuse Piazza dei  Signori, surplombée par la Torre dei Lamberti. Y découvrir une statue de Dante, l’ami toscan que je ne pensais retrouver que quelques jours plus tard. Retrouver des cousins et des oncles, quelques uns. On nous en promet plus, mais il fallait prévenir. En attendant, virée improvisée sur le lac de Garde dans une voiture conduite par un homme de 89 ans, petite frayeur grisante. Faire connaissance avec des gens qui portent le même nom que moi, alors que nous ne sommes plus que 4 ici au nord. Emotion. La pizza…comment font-ils pour lui donner ce goût ? De retour tard dans la nuit heureuse. Le lendemain montée au Castel San Pietro grâce au funiculaire remis à neuf. Vue panoramique et promenade outre Adige. Merci Vérone et à bientôt j’espère. Ce voyage commence bien.

Quelques recommandations :

  • Prévoir deux jours pour visiter Vérone, voire trois si vous souhaitez entrer dans les musées et églises
  • Restaurant : Osteria de Monte Baldo un vrai bon plan économique où prendre un repas ou un apéritif, dans le quartier de la piazza dei Signori.
  • Glace : la gelateria Savoia qui se trouve via Roma, à proximité de la Piazza Bra. Une maison familiale qui existe depuis 1939 où vous pourrez emporter un cornet en admirant les gâteaux glacés et réalisations plus fines des artisans glaciers
  • Le funiculaire et un dîner à la terrasse panoramique Re Teodorico, les prix sont un chouïa plus élevés, mais restent néanmoins plus que corrects, faut-il rappeler que le rapport qualité prix de la nourriture en Italie doit être le meilleur d’Europe occidentale ?
  • Le ponte Scaligero (beaucoup de bâtiments portent le nom de Scaliger, dérivé de la famille Della Scala qui régna sur Vérone durant 125 ans, aux 13° et 14° siècle) et le Castelvecchio
  • la Piazza Bra, Piazza delle Erbe, Piazza dei Signori
IMG_4545
Vue sur l’Adige et l’arrière du Duomo depuis la terrasse du Re Teodorico
DSCN0273
Dante sur la Piazza dei Signori, à l’arrière la Loggia del Consiglio
IMG_4536
La Torre dei Lamberti vue de la piazza delle Erbe

DSCN0256.JPG

DSCN0230.JPG
Le Ponte Scaligero, construit entre 1354 et 1356