Films, séries, livres: mes favoris de 2020

Après une année de bilans mensuels et faisant suite à des articles du même genre ici et , voici ce que j’ai préféré en 2020 et que je vous conseille chaudement si vous êtes en panne d’inspiration.

Au niveau cinéma tout d’abord, j’ai aimé, dans le désordre :

  • Le saisissant, violent et musical Whiplash de Damien Chazelle qui met en scène la confrontation entre un jeune prodige de la batterie et son professeur aux méthodes peu orthodoxes
  • Le mélancolique Suite Française avec Michelle Williams et Matthias Schoenaerts en amants impossibles durant la seconde guerre mondiale. Un très joli film basé sur une histoire vraie
  • J’ai adoré Réparer les vivants , cette ode à la vie et ce plaidoyer bouleversant pour le don d’organes, tiré d’un roman de Maylis de Kerangal. A voit absolument !
  • Armando Iannucci  m’a conquise mettant en scène un David Copperfield au casting casting sans discrimination raciale. Une fable joyeuse, fantasque, colorée et des acteurs qui se délectent visiblement d’être là et donnent le meilleur d’eux-mêmes.
  • Enfin, dans un autre registre, je ne peux pas ne pas mentionner l’un des films de l’année : le polonais Corpus Christi et son jeune acteur Bartosz Bielenia qui crève l’écran en délinquant cherchant la rédemption dans la religion, au propre comme au figuré.

Au niveau des séries, il y en a aussi pour tous les goûts :

  • Virgin River , pour ceux et j’imagine surtout celles qui savent apprécier un peu d’eau de rose et que le décor des Rocheuses ne gâche en rien. Une série doudou parfaite pour l’hiver.
  • J’ai terminé The Good Place , ce bonbon aussi philosophique que déjanté, aussi hilarant qu’émouvant. Tout ce qu’on aime. Vous l’aurez deviné, en cuisine j’aime aussi le sucré salé 😊
  • Pour les amateurs de drame en costume, d’épopée et encore une fois de romance, on ne présente plus Outlander même si les première et troisième saisons restent mes préférées et que rien ne me consolera de Poldark, la meilleure série !
  • Pour parfaire votre culture historique et approcher une période qu’on nous enseigne peu, je vous conseille Rebellion/Resistance qui parle donc de rébellion, de résistance et surtout da lutte fratricide des Irlandais pour leur indépendance.
  • Il faut bien une série policière dans ce top éclectique, la voici, elle est scandinave (tiens donc) et c’est Bron/The Bridge (aussi ici et ) qui a occupé une bonne partie de mes soirées d’été. A voir non seulement pour les scénari de qualité mais aussi pour la prestation de Sofia Helin qui campe sans faute et durant 4 saisons l’inspectrice Saga Noren, atteinte d’un trouble du spectre autistique (bien que cela ne soit jamais clairement mentionné). Une prouesse !
  • Pour continuer dans la noirceur, j’ai adoré la saison 2 de L’aliéniste , meilleure selon moi que la première (et qui peut être vue indépendamment). Une plongée dans le New York de la fin du 19°, peuplée de personnages inquiétants et mentalement dérangés, traqués par un trio de choc interprété par Dakota Fanning, Luke Evans et Daniel Brühl, tous trois impeccables.
  • Dois-je vraiment mentionner que j’ai beaucoup aimé Le jeu de la Dame ? J’imagine que vous ne m’avez pas attendue pour en entendre parler et, sans doute, le regarder. Cette mini-série est je pense devenue la plus regardée de l’histoire de netflix et ce, en seulement quelques semaines. Les amateurs d’échec remercient les producteurs.
  • En novembre et décembre, j’ai découvert The Crown (et ici aussi), une série manifestement créée pour les gens comme moi et qui m’a plongée dans un état quasi extatique du début à la fin. Je la recommande aux connaisseurs de la famille royale mais aussi et tout autant à ceux qui s’en fichent et aux anti royalistes. C’est avant tout une histoire de famille et de devoir absolument fascinante et divinement bien jouée.
  • Enfin, j’ai déjà crié mon amour pour Home for Christmas dans mon billet de décembre et cette série norvégienne romantique et moderne mérite largement sa présence dans mon top. Que vais-je devenir en décembre 2021 puisque je pense que l’intrigue est bouclée ???

Enfin nous arrivons à la littérature. En 2020, j’ai aimé :

  • Middle England d’un de mes auteurs favoris, Jonathan Coe, qui n’a pas son pareil pour créer des personnages attachants et so british et nous plonger au cœur de moments politiques décisifs, ici le pré Brexit.
  • Toutes les histoires d’amour du monde où Baptiste Beaulieu nous emmène sur les traces des amours de ses aïeux en temps de guerre, tout en délicatesse.
  • Mon coup de cœur de l’année va au sublime roman d’Amin Maalouf Les désorientés . J’ai été séduite, emportée et bouleversée tant par le fond que par la forme.
  • J’ai découvert et beaucoup aimé aussi deux bandes dessinées de l’auteure suédoise féministe Liv Stromquist , L’origine du Monde qui traite de la représentation du sexe féminin et La rose la plus rouge s’épanouit qui aborde le thème de l’engagement amoureux.
  • J’ai plongé dans l’univers fantasque et meurtri de Pierre Lemaître et son Au revoir là haut, qui m’en a appris sur la triste condition des poilus démobilisés.
  • Enfin, je me suis laissée peu à peu surprendre, après des débuts laborieux, par Les oreilles de Buster de Maria Ernestam où il est question de maternité toxique et d’une dame qui dort avec des oreilles de chien (des vraies) sous son oreiller.

Pour terminer, je retiens également des visites. Il y en a eu peu puisque pour moi le tourisme s’est arrêté en mars. C’est peut-être pour cela que je m’en souviens mieux. Il s’agit de ma visite du Speelklok Museum à Utrecht et de l’expo Monet :The immersive Experience à Bruxelles. Deux moments qui me rappellent combien les lieux de culture me manquent.

La liste des choses accomplies – 2020

Qui dit fin d’année dit rétrospective. C’est l’occasion pour moi de feuilleter mon agenda et de faire la liste des évènements petits et grands qui ont émaillé l’année écoulée, de découvrir si j’ai atteint des objectifs (fixés à l’avance ou non) et de me surprendre car la liste est toujours plus longue que ce que j’aurais imaginé. Cette année, je ne pouvais pas plus que quiconque imaginer la tournure qu’elle allait prendre. Ainsi j’ai essayé de faire des renoncements l’occasion de changer mes habitudes (en prenant le temps de faire du tourisme dans mon propre pays), du temps dégagé une opportunité pour m’accorder des plaisirs simples, de l’observation de la nature un émerveillement nouveau et de chaque rencontre un vrai moment de connexion… Voici donc la liste des choses accomplies en 2020 (j’en avais rédigé deux en 2018, ici et ). Elle est bien entendu non exhaustive. En 2020, j’ai :

  • Lu 23 livres (5 de plus que l’an dernier)
  • Vu 27 séries (deux de moins que l’an dernier)
  • Regardé 14 films, dont 4 au cinéma. Douze de moins que l’an dernier, mais cela s’explique en partie par le fait que je préfère voir les films au cinéma et que nous avons été empêchés d’y aller la majeure partie de l’année. Chez moi, je me tourne plus facilement vers les séries.
  • Publié 44 articles (un de plus que l’an dernier)
  • Suivi une formation pour devenir directrice de mon service
  • Donné deux jours de formation à des confrères et consoeurs
  • Vu 3 pièces de théâtre seulement
  • Participé à trois anniversaires en une journée, le 8 février, life before covid où quand c’était la foire aux bulles (les belges comprendront)
  • Changé mes châssis et repeint mon salon (avec de l’aide)
  • Visité Utrecht et Amsterdam le temps d’un weekend (life before covid again)
Speelklok Museum Utrecht
  • Participé à deux colloques, l’un en présentiel, l’autre sur zoom
  • Fêté l’anniversaire de ma filleule sur zoom, beaucoup d’autres ont suivi, dont le mien
  • Accueilli ma filleule et sa sœur pour une nuit chez moi. Câliné copieusement ces enfants dès que possible
  • Beaucoup couru et marché durant le confinement
  • Continué après mais à un rythme plus modéré, malgré la fermeture des salles de sport
Merci Sissy Mua et ses lives gratuits
  • Arpenté le bocage du Pays de Herve avec une amie et collègue en refaisant le monde à de multiples reprises
  • Cousu…deux projets entamés mais pas encore terminés, j’ai encore besoin d’aide 😊
  • Fêté la fête des mères à l’extérieur autour d’un brunch tea late
  • Entamé les répétitions pour mon prochain spectacle, avec de vieux amis et un nouveau partenaire
  • Répété dans un verger en ville aux alentours du solstice d’été
  • Visité les jardins d’Annevoie
  • Visité le château et le parc d’Hélécine avec deux amies et vu un paon en pleine parade
  • Eté à Butgenbach et Robertville avec mon amie de toujours, nagé en eau libre et bravé ma peur de l’invisible aquatique
  • Enlacé et caressé des arbres, cela fait tellement de bien de sentir leur force et leur douceur
Merci à la photographe…
  • Colorié et envoyé des cartes à mes amis que je ne pouvais voir
  • Eté faire une séance d’escalade au bloc (c’est-à-dire sans être assuré et à maximum 4m de hauteur)
  • Bénéficié de cours de chant pour ma future pièce de théâtre, galéré et découvert un peu plus ma voix pour finalement m’amuser
  • Passé l’été en Belgique comme vous l’aurez compris…fait quelques incursions aux Pays Bas, mais je suis frontalière…
  • Commencé à apprendre la guitare et le solfège…un mélange de souffrance et de plaisir qui nécessite clémence, persévérance et humilité
  • Profité du soutien et de l’amour de mes exceptionnels amis et collègues
  • Expérimenté un soin énergétique, laissé tomber un peu mon esprit cartésien et ça a fait du bien
  • Enormément écouté David Bowie, sans qui 2020 aurait été insupportable
  • Découvert en moi une force insoupçonnée, celle de me débrouiller seule et de faire taire mes peurs (dans une certaine mesure) alors que j’ai trop eu tendance à me considérer comme fragile. Fluctuat nec mergitur comme dirait l’autre.
  • Pleuré quelques fois à chaudes larmes comme cette fois où, seule dans un coin hyper calme, je me suis fait morigéner par la police car j’avais traversé à 5m d’un passage piéton. Autant de peur que d’incompréhension…
  • Acheté enfin un nouvel appareil photo et capturé la lumière et les souvenirs dès que je le pouvais
Juillet
Bruxelles ma belle
  • Essayé d’apprendre le néérlandais à nouveau durant le premier confinement…je crois que je resterai éternellement bloquée au même niveau, que je qualifierais de « survie et politesse » 😊
  • Avancé en Espagnol, langue où mes progrès sont plus visibles et plus pérennes aussi
  • Essayé de sauver un hérisson et rencontré une dame extraordinaire qui les recueille et les soigne. Le genre de rencontre qui met du baume au cœur lorsque la misanthropie nous guette
  • Participé à un atelier d’écriture
  • Confectionné mes propres bougies à la cire d’abeille et de soja
  • Cuisiné…les gratins surtout
  • Transitionné vers une alimentation en grande majorité bio et en circuit court. Merci les petits producteurs
  • Fait du troc de vêtements
  • Décidé de passer à 4/5 temps en 2021, pour que cette liste l’an prochain soit vraiment incroyable
  • Fait contre mauvaise fortune bon cœur tant que je le pouvais

Des choses plus modestes que les voyages et les sorties, mais qui m’ont obligée à passer scrupuleusement l’année à la loupe et à souligner même les plus petites choses comme ces bougies sur lesquelles je procrastinais depuis l’hiver dernier. Néanmoins, je pense que j’ai tendance à me disperser. J’ai acheté de quoi broder et j’ai dû me freiner pour ne pas acheter de quoi tricoter. Au final je risque de ne pas en faire grand-chose, mais tant de choses m’attirent. Pour 2021, je voudrais néanmoins tenter de moins me disperser pour davantage faire avancer des projets qui me tiennent à cœur. Car souvent, je remarque que je me laisse distraire et emporter par l’envie du moment au détriment de certains projets, consciemment ou non. Procrastination ? Peur de l’échec ? Difficulté à renoncer à la profusion dont nous abreuve le monde ? Sans doute un peu de tout…

Et vous qu’avez-vous fait de sympa que vous n’auriez pas fait sans la crise ? Que voulez-vous poursuivre ? A quoi dédiez-vous ou voudriez-vous dédier plus de temps ? Dans de prochains articles, je compte partager mes vœux pour 2021 ainsi que mes tops séries/films/littérature…

Discover: Ouvert

Sur wordpress il existe une page qui reprend les meilleurs articles et les sujets tendances du moment, sélectionnés par une équipe d’éditeurs. Ils se chargent également de stimuler la création et, depuis le mois d’avril, ont lancé un challenge. Cette page s’appelle Discover. Chaque jour, un mot est posté et il faut écrire autour ou à propos de ce mot. Des pistes sont données si on préfère un point de départ plus précis. J’ai décidé, avec 20 jours de retard et à ma manière d’y participer. Je vais sans doute les prendre dans l’ordre mais peut-être pas tous ni tous les jours. Le premier « Blague », ne m’inspirait pas. Je commence donc par le deuxième. Il s’agit de « Ouvert ». Si vous souhaitez vous y essayer, je vous mets ci-dessous la liste des phrases d’inspiration (en anglais), ainsi que mon texte. Je pense que ça peut-être sympa comme petit moment d’écriture ou d’entrainement à l’écriture, sans prétention. Si vous souhaitez le faire, n’hésitez pas à reprendre ce challenge.

Need more ideas? Not sure what to write around Open?

  • Describe a memorable experience in a wide-open space: a desert hike, a picnic, an old-school train station…
  • Tell us about a store, restaurant, or public venue that’s currently closed, and that you can’t wait to see reopen.
  • Write a haiku (or several) in which “open” is the final word.
  • Share a story about a time when you or someone you know acted with open-mindedness and curiosity.
  • Post a photo that invokes a feeling of openness (for you, at least) and tell us when, where, and why you took it.

A 6 ou 7 kilomètres de chez moi se trouve un petit village aux rues pavées irrégulièrement et peuplé de maisonnettes blanches. Pas que, mais ce sont mes préférées. Actuellement, les façades de pas mal d’entre elles sont fleuries par des glycines et autres grimpantes. Dans ce village se trouve un restaurant et ce restaurant dispose d’une terrasse. Cette terrasse ne donne pas sur la rue, mais sur le fleuve et jouxte l’entrée d’une réserve naturelle. Il m’arrive d’y aller boire un verre après une balade dans la réserve, d’y déguster un hamburger végétarien le midi ou d’y prendre l’apéro le soir avec des tapas. Cette terrasse est en bois, en contrebas du restaurant. Le personnel doit monter deux fois un petit escalier pour arriver en cuisine et se décarcasse toujours en restant sympathique. Lorsque j’y vais, je dis que je suis en vacances. C’est mon endroit de sérénité. Celui où je peux regarder le soleil se coucher et transformer la bière en or. J’y suis doublement en vacances car je dois passer la frontière pour y arriver. Cet endroit se trouve en effet aux Pays-Bas. J’y ai beaucoup pensé ces jours-ci,car depuis deux ou trois ans, j’ai pris l’habitude d’aller y manger avec mes parents à l’occasion de mon anniversaire et, à l’heure où j’écris, le 20 avril, j’aurais donc dû y aller hier. Alors lorsque nous pourrons sortir du confinement, c’est là que j’aurai envie d’aller. Il me faudra sans doute patienter, car il faudra également que rouvre la frontière. Et alors, j’irai fouler à nouveau les sentiers de la réserve, je prendrai le temps de regarder à 360 degrés autour de moi, de rafraichir les images que j’en ai, de les actualiser en fonction de la saison, puis j’irai m’installer à cette terrasse, si le temps le permet, et je m’offrirai un bon repas, près de chez moi, mais en vacances.

Bilan culturel de mars

Entre deux journaux de confinement, voici mon bilan du mois de mars. Sans surprise, je n’ai pas pu aller au cinéma ni au théâtre avant le coup d’arrêt asséné par le virus et j’essaie de limiter ma consommation de netflix. J’y arrive plutôt bien puisque je travaille encore et que je me consacre à d’autres activités pour lesquelles je n’ai pas le temps habituellement.

Par contre, je suis bonne cliente de youtube, plateforme sur laquelle je regarde chaque jour de semaine un épisode de Secrets d’Histoire. Je ne vais pas ici en refaire la liste, mais c’est devenu mon petit rituel quand je fais des pauses. Je le regarde en 5 ou 6 fois 15 minutes et je termine souvent vers 19h après le sport et avant une séance netflix ou de la lecture. Tout cela me donne envie de visiter beaucoup de chateaux.

Au niveau des séries, j’ai :

  • Regardé la 4° saison d’Outlander. Je suis assez mitigée. Sans en dire trop pour ceux qui souhaitent regarder, les saisons que j’ai préférées sont la 1 et la 3 car elles se passaient en Ecosse. Cela reste néanmoins un très bon divertissement et il n’est pas inintéressant de voir comment est dépeint le nouveau monde à la fin du XVIII ° siècle

Jamie Fraser Quotes - MagicalQuote
Il y a pire que d’être confinée avec Jamie Fraser…

  • J’ai retrouvé Barnaby le dimanche sur France 3, mon moment doudou avant de recommencer la semaine.

J’ai terminé « Rendez-vous avec le crime » de Julia Chapman. Il s’agit du premier tome d’une série de romans policiers assez légers qui se déroulent dans les montagnes du Yorkshire. On est bien loin de mes thrillers de Lars Kepler et c’est sans prétention, mais j’aime aussi un bon récit et l’aspect série qui nous plonge peu à peu au cœur d’une communauté fictive so British. Contrairement à la série Agatha Raisin dont la lecture m’avait déçue, je pense que je lirai d’autres tomes des détectives du Yorshire, c’est parfait pour les vacances notamment ou pour se détendre au coin du feu.

Les Détectives du Yorkshire - Tome 1 : Rendez-vous avec le crime ...

De mémoire, j’ai regardé deux longs métrages qui étaient sur mon disque dur (enregistré de la télé) depuis plusieurs mois :

  • Whiplash de Damien Chazelle (qui a ensuite réalisé  « Lalaland ») qui nous donne à voir la relation entre un jeune batteur hyper ambitieux et le chef d’orcheste de son conservatoire. Chef d’orchestre aux méthodes peu orthodoxes qui n’hésite pas à harceler, diminuer et même je dirais torturer ses étudiants. J’ai absolument adoré ce film, j’étais tenue en haleine comme devant un thriller. Les deux comédiens sont absolument fantastiques et ont été nommés aux Oscars. La musique tient également un rôle prépondérant et les séquences sont éblouissantes. Le jeune comédien est batteur dans la vraie vie et je ne suis moi-même pas musicienne mais j’y croyais à fond, même si j’imagine qu’il a été doublé pour certaines séquences. C’est un film d’apprentissage qui parle de passion et des limites à franchir…ou pas… Je vous le recommande chaudement.

Whiplash » : duel de mâles au sein d'un orchestre

  • Suite Française de Saul Dibb. Cela se passe durant la deuxième guerre mondiale. Je l’avais enregistré surtout parce que Michelle Williams, Kristin Scott Thomas et Matthias Schoenaerts figuraient au générique et que je les apprécie beaucoup. J’ai eu le plaisir de découvrir que Ruth Wilson (« Luther » et « The Affair ») et Lambert Wilson jouaient notamment dans cette adaptation d’un roman autobiographique d’Irène Némirovsky. L’histoire est celle d’une jeune femme qui vit avec son austère belle-mère en attendant que son mari revienne du front. Durant l’occupation, elles se retrouvent obligées d’héberger un jeune officier Allemand par lequel la jeune femme se sent rapidement attirée. J’ai beaucoup aimé ce film. Les personnages y vivent une belle évolution, surtout la détestable belle-mère qui révèle son cœur. C’est aussi une histoire d’amour tragique et il met en évidence la zone grise entre le bien et le mal alors qu’on se prend de sympathie pour un Allemand raffiné et contraint de faire la guerre tandis que la délation sévit entre les habitants du villages…

Suite française
Matthias Schoenaerts, plus hilarant que jamais  😉

Enfin, au rayon culture, comme je l’ai relaté dans mon dernier article, j’ai eu l’occasion de visiter le Speelklok Museum d’Utrecht ainsi que l’Hortus Botanicus d’Amsterdam.

Et voilà, c’est tout pour ce mois de mars. Et vous ? Comment résistez-vous à la tentation de passer trop de temps devant netflix ? Faites-vous des découvertes intéressantes ? Qui sont vos compagnons fictifs de confinement ?

Weekend à Utrecht et Amsterdam

Le weekend avant le confinement, je suis partie à Utrecht et Amsterdam. A ce moment-là, on ne pensait pas encore au confinement, on appliquait juste les gestes barrière. C’est ce weekend-là que l’épidémie a vraiment explosé en Italie et c’est depuis ma chambre d’hôtel que j’ai suivi la décision de confiner le nord du pays. Je précise cela pour dire que je n’ai pas été imprudente au regard des informations et recommandations qui nous étaient communiquées. Ce voyage était prévu depuis deux ou trois mois et je l’aurais annulé sans hésiter si je m’étais aperçue que je mettais quiconque en danger.

J’avais réservé pour un hôtel à Utrecht qui se situe à 30min d’Asmterdam et qui nous permettait de rester à Utrecht le vendredi après-midi, puis de profiter d’une pleine journée à Amsterdam en prenant le train puisque nous avions déjà fait deux heures trente de route et donc le plus gros du trajet. Nous avons pris cette décision car les prix des hotels à Amsterdam sont tout bonnement exorbitants, j’en ai fait l’expérience il y a deux ans. Je ne recherche pas le luxe et ne suis pas prête à mettre 200 euros par personne pour une chambre standard. Amsterdam est victime de son succès et est toute petite par rapport à d’autres « stars » telles que Paris, Rome, Londres ou même Copenhague et la loi de l’offre et de la demande permet aux marchands de sommeil de vivre confortablement. Je vous recommande donc chaudement de réserver un appartement ou une chambre aux alentours de la ville et d’y accéder en train, c’est très confortable et je n’ai pas regretté mon choix d’aller à l’hôtel Hunfeld où, en plus, nous avons été upgradées. Notre chambre était grande, confortable et silencieuse là où, pour le même prix, nous avions bénéficié de 8m² à Amsterdam il y a deux ans.

Mais trève de considérations sanitaires et économiques, je vais vous présenter ici les points forts de ce weekend où nous avons malheureusement dû composer avec la pluie. Voici mes coups de cœur :

Utrecht

Le Speelklok Museum, une surprise inattendue nichée dans une église désacralisée toute repeinte de blanc. L’endroit se targue d’être le Musée le plus amusantes Pays-Bas et nous y avons effectivement passé un excellent moment qui nous a fait voyager dans le temps… Il s’agit d’un musée d’instruments de musique mécaniques, c’est-à-dire tout ce qui pouvait (et peut toujours) produire de la musique et même des décors animés sans musiciens. Cela va des pendules aux imposants orgues de foire en passant par les boites à musique et les carillons. C’est très poétique et ça m’a rappelé les musiques qu’on entend sur les foires et toute une série de films et de musiques de la belle époque. Il faut absolument faire la visite guidée, comprise dans le prix (et c’est pas donné, 14,5 euros) car la guide actionne les machines qui peuvent encore l’être pour le plus grands plaisir des grands et des petits (il y avait deux petits enfants et ils ont été extrêmement sages et captivés). Un excellent moment et un lieu insolite.

DSCN0600

DSCN0589

DSCN0602

DSCN0591

Le parcours Lumen, une série d’installations lumineuses disséminées dans les recoins d’Utrecht, dans un tunnel, sous des ponts, à l’entrée des églises… Tous les soirs, des endroits en apparence anodins prennent vie… Je pense que des visites guidées sont possibles et bien sûr avec un smartphone de pointe (chose dont je ne dispose pas), c’est aussi très facile. A l’ancienne, j’avais repéré les endroits sur mon ipod à l’hôtel et les avais reportés manuellement sur le plan de la ville. Rien de tel qu’un bon jeu de piste, que le plaisir de trouver après avoir galéré un peu. Bon, on n’a pas tout trouvé et on a trouvé une installation qui n’était pas allumé, mais c’était une agréable promenade, l’idéal pour digérer avant d’aller se calfeutrer au chaud dans notre chambre d’hôtel.

IMG_5604

IMG_5610

IMG_5614

La gare d’Utrecht est également à voir, elle est moderne et étonnante avec son forum surplombé d’un toit d’alvéoles vitrées. En face, un gigantesque centre commercial ultra moderne, dans lequel je ne suis évidemment pas entrée, préférant flâner dans les cafés et jolies boutiques conceptuelles du centre ville.

DSCN0628

Pour manger, nous avons craqué sur wagamama le samedi au retour d’Amsterdam, une valeur sûre.

Le jour où nous sommes arrivées, nous avons opté pour un Italien le pizza klub, situé le long du canal. C’était délicieux et le serveur était extrêmement drôle et sympathique.

Notre hôtel ne disposant pas de salle à manger (seul un système de petit déjeuner basique qu’on nous dépose devant la porte est proposé mais ils conseillent eux-mêmes d’opter pour un petit déjeuner à l’extérieur), nous sommes allées manger chez Jozef le dimanche avant de repartir. Le lieu est magnifique, à la fois cosy, ancien et industriel. J’ai adoré l’atmosphère et nous avons très bien mangé. Cependant, pour moi qui avais envie de sucré, à part un yaourt aux fruits, il n’y avait pas vraiment d’option petit déjeuner et j’ai opté pour une tarte aux pommes…

IMG_5657

Amsterdam

J’ai déjà parlé de mon amour pour les jardins botaniques dans cet article sur Copenhague. Arrivées à Amsterdam, nous avons pris le métro pour deux arrêts afin de gagner du temps pour nous rendre à l’Hortus Botanicus. Ce n’est pas encore la belle saison, mais les plantes à bulbes sont déjà en fleurs. Nous avons néanmoins profité d’un déjeuner dans l’orangerie, baignée de soleil à cette heure là. Ensuite, la serre des trois climats où l’on passe de l’atmosphère étouffante de forêt tropicale à la chaleur sèche dans laquelle nous en apprenons davantage sur la survie des cactus et plantes grasses. L’hortus est également connu pour sa palmeraie où trônent quelques spécimens centenaires.

DSCN0645

Nous marchons ensuite le long des canaux jusqu’à la plaine des musées. Nous faisons un crochet par le Vondelpark et je trouve enfin les zevenlandenhuizen , une série de sept maisons construites chacune selon le style d’un pays d’Europe par l’architecte Tjeerd Kuypers. Un projet étonnant, amusant et assez réussi, niché dans une rue amstellodamoise typique à première vue.

DSCN0668

Nous poursuivons jusqu’au quartier du Jordaan et plus spécifiquemenent le carré formé par les negen straatjes et leurs jolis cafés, boutiques vintages, ateliers de créateurs et jolis étalages en tous genres…bijoux, jouets en bois, vêtements, design… Je m’offre une paire de boucles d’oreilles en souvenir et nous partageons une pause gourmande chez Pompadour où il est difficile de choisir parmi les mille plaisirs qui s’offrent à nous…

Malheureusement, la journée est passée vite, tout ferme à 18h et il commence à pleuviner… Nous prenons néanmoins notre temps sur le chemin du retour pour la gare, en profitant pour épier les jolis intérieurs néérlandais désormais baignés par des lumières artificielles étudiées qui se reflètent sur le miroir des canaux…

DSCN0685

Une belle journée et sans aucun doute un au revoir et non un adieu…

Et vous, avez-vous déjà visité Amsterdam et Utrecht ? Si oui quels sont vos endroits favoris et vos éventuels bons plans ?