Sept ans…

Sept ans aujourd’hui. Sept ans que j’ai fait pour la première fois l’expérience de perdre quelqu’un que j’aimais de tout mon cœur. Sept ans que je ne sais pas si tu as senti cet amour, si tu as su combien le tien m’était précieux, si je te l’ai suffisamment transmis la dernière fois que je t’ai vu, cette fois que je n’imaginais pas être la dernière même si j’aurais pu/dû m’en douter. Sept ans que tu me manques, même si cela fait longtemps que je vais mieux. Sept ans que je pense à toi en me disant que j’aimerais te raconter ou te montrer telle ou telle chose. Sept ans sans doute que tu serais toujours fier de moi puisque ton amour était inconditionnel et donc profondément partisan. Sept ans que je continue à rêver de toi de temps en temps sans jamais pouvoir me rassurer complètement. Sept ans, le temps d’amener un enfant à l’âge de raison, de faire plusieurs fois le tour du monde et même de devenir médecin. Sept ans et lorsqu’on a fait du tri dans la maison, j’ai pu voir des photos que je n’avais jamais vues, retrouver des bulletins scolaires qui m’ont mis les larmes aux yeux, te rencontrer sous les traits d’un enfant et de ce jeune homme que je n’ai pas reconnu tout de suite. Me dire que j’aurais aimé te poser davantage de questions. Que j’ai été naïve de croire que ces histoires que tu aimais raconter, souvent les mêmes d’ailleurs, étaient les seules que j’aurais dû connaitre. Qu’écrivais-tu dans le sable ce jour là ? Et puis sur quelle plage étais-tu alors que je n’existais pas encore ?

Sept ans de manque mais pas que. Sept ans et des regards dubitatifs sur ma tristesse qui durait, parce que c’est le cycle de la vie, que j’aurais dû m’y attendre, que je n’étais pas prête, que c’était, somme toute, « un bel âge ». J’ai toujours eu un problème avec la mort vois-tu et pourtant je sais que la vie est loin d’être toujours un cadeau, mais toi tu l’as aimée envers et contre tout. Sept ans que j’ai compris que tout le monde n’avait pas eu le bonheur d’avoir un grand-père comme toi. Sept ans que je réalise la chance que j’ai eu de t’avoir auprès de moi, solide, bienveillant, généreux. Sept ans que je pense à toi tous les jours car tu es la seule personne encadrée dans mon salon. Sept ans que je tente davantage d’être attentive et présente aux gens que j’aime dans ce tourbillon qu’est la vie. Sept ans que je m’intéresse encore plus à mes racines, aux témoignages des anciens et des gens d’ailleurs, à ces histoires d’un temps si différent du nôtre et dont j’ai la nostalgie sans l’avoir connu. Sept ans et c’est comme si c’était hier…

« Le tombeau des morts c’est le cœur des vivants »

Jean Cocteau

325

4 réflexions au sujet de « Sept ans… »

  1. Coucou, le temps qui passe et la perte de personnes qui nous sont chères est vraiment difficile. J’y pense tout le temps! J’étais très proche avec ma grand-mère, qui est partie il y a 10 ans maintenant, je pense à elle tous les jours. J’aime beaucoup la photo de ton grand-père! Quelle classe, quel style! 🙂 Bises, courage…!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s