Les gestes écolos (5): ce que je voudrais améliorer

Bonjour à tous et tous,

Me revoici avec un article qui parle de consommation responsable et d’écologie. Si vous lisez ce blog, vous savez que je suis en chemin depuis un moment vers plus de simplicité (ou de sobriété comme le dit Pierre Rabhi) et vers un mode de consommation davantage en accord avec mes valeurs.  Si vous avez envie de lire d’autres articles sur le sujet, je vous invite à cliquer sur « gestes écolos», « minimalisme » ou « consommation » dans le nuage de mots à droite de votre écran et vous serez redirigés vers tout ce que j’ai écrit autour de cette thématique.

Aujourd’hui, j’avais envie de parler des progrès qu’il me reste à faire, des petites choses qui me gênent encore au quotidien. Je pense que l’important est d’avancer à son rythme et de piocher de nouvelles idées ça et là pour s’améliorer. J’ai déjà fait de gros efforts au niveau de la réduction des déchets ou de la consommation de fast fashion dont je suis assez fière. J’ai aussi opté pour un fournisseur d’électricité 100% vert (Cociter), mais j’ai d’aller plus loin.  En fait, une fois que l’on commence, c’est difficile d’arrêter car ce ne sont pas seulement des habitudes qui changent, mais toute une façon d’envisager le monde dans lequel nous évoluons. En tout cas, pour moi, c’est comme ça.

Voici maintenant ce sur quoi je voudrais travailler pour obtenir un meilleur bulletin :

  • La consommation de bougies. J’adore les bougies, en automne et en hiver, lorsque je passe la soirée chez moi, j’aime en allumer un peu partout dans mon salon pour créer une atmosphère hygge. Ce qui entraine plusieurs problèmes : les déchets d’aluminium des bougies chauffe plat, les briquets et autres allumes feu que je ne parviens jamais à recharger ou qui ne sont tout simplement pas rechargeables, la paraffine contenue dans les bougies (dérivé du pétrole, qui se trouve décidément partout), etc… Pour m’améliorer, j’ai l’an dernier acheté quelques « fausses bougies » led, mais elles sont tout de même en plastique et fonctionnent avec batterie. J’aurais pu me faire au rendu artificiel mais en plus, celles que j’ai achetées (mais j’avoue c’était du premier prix) diminuent en intensité rapidement. J’essaie aussi d’acheter des bougies plus grosses qui durent plus longtemps ou des chandelles qui sont zéro déchet pour le coup. Mais il y a toujours le problème de la paraffine pour la plupart des bougies de la grande distribution. Mes pistes sont les bougies au soja ou à la cire d’abeille (qui sont souvent chères mais comme vous le savez et moi aussi, il faut apprendre à consommer moins et/ou à mettre le prix) et les bougies qu’on peut faire soi-même avec de l’eau, de l’huile et une mèche en coton. J’en appelle à vos idées et expériences si vous passez par là. Auriez-vous un tutoriel, une boutique etsy ou un producteur local à conseiller ? Je n’ai bien évidemment pas envie de commander sur Amazon.
  • Les substituts de viande : Je ne mange plus de viande rouge depuis mon adolescence, j’ai arrêté le poulet il y a deux ans et aujourd’hui, je peux dire que je ne mange plus que très occasionnellement du poisson (en tout cas je n’en achète jamais plus). Je suis quasiment végétarienne donc et ça participe bien sûr à réduire considérablement mon empreinte carbone. Cependant, je consomme des « substituts » de viande. Pas pour en retrouver le goût, mais simplement pour ne pas la remplacer uniquement par des œufs et des légumineuses. C’est tout de même agréable de pouvoir manger un burger végé, de pouvoir se faire une bolo ou un hachis végé ou encore un pavé. Que ce soit pour varier la texture ou pour ne pas être la paria de service (même si j’ai de la chance, pas trop de gros lourds dans mon entourage pour me faire des remarques sur mon alimentation). Les problèmes : je pense que pas mal de ces substituts que j’achète tout faits sont pas mal transformés et donc par top pour la santé et c’est toujours emballé dans des barquettes en plastique. Ce sont pratiquement les seuls déchets plastiques solides qui entrent encore chez moi. La solution, je suppose que c’est de les préparer soi-même ou de trouver un petit traiteur (allô la région liégeoise ?). Je ne suis pas une grande cuisinière alors là aussi si vous connaissez des recettes simples et si possible protéinées, je suis preneuse. Ah et pour couronner le tout, je ne peux pas manger de fruits secs… On n’est pas sauvés…
  • Ma consommation de canettes…eh oui, j’ai arrêté les bouteilles en plastiques, mais je consomme toujours des sodas, souvent un le midi, en canettes. Ce n’est pas bien, je le sais. Ici, c’est une question de volonté, il va falloir boire davantage d’eau, je le sais…
  • De même pour mon dernier point, qui concerne toujours l’alimentation : aller davantage vers le bio, les fruits et légumes de saison (mais là je m’améliore déjà, j’ai cessé d’acheter des tomates toute l’année, parce que depuis quand est-il normal de manger des tomates en novembre en fait ?) et les petits producteurs. Tout cela pour ma santé et pour favoriser les circuits courts. Ici aussi question de volonté et d’organisation.

Et vous, quels sont vos objectifs ? Vos réussites ? Vos tuyaux ? Je sais que ces articles sont parmi les plus lus sur mon blog, donc je vous invite à partager vos idées et vos motivations dans les commentaires. N’hésitez pas non plus à partager vos idées et ces articles autour de vous… Je ferai un bilan d’ici quelques mois si j’ai l’occasion de tester de nouvelles idées.

A bientôt donc…

5 réflexions au sujet de « Les gestes écolos (5): ce que je voudrais améliorer »

  1. Pour reprendre point par point, mon comportement :
    – je n’utilise pas de bougies, quoiqu’elles diffusent une lumière que j’aime, en raison de leur matière première, leur lieu de production (le plus souvent en Chine, et je bannis autant que faire se peut les longs transports trop gourmands en énergie) et leur odeur chimique.
    J’ai investi dans une lampe en sel de l’Himalaya (transportée bien sûr mais il s’agit d’un achat unique), dont la lumière douce suffit à rayonner dans toute une pièce. Je n’y vois je le précise aucun sens spirituel, quel qu’il soit.
    Lorsque j’achète du miel à un petit producteur local, j’achète deux ou trois bougies en cire bien compacte. Cinq minutes, et l’odeur me suffit. C’est un de mes luxes.
    – une fois par an, j’achète auprès d’un éleveur en bio tout près de chez moi un colis de 5 kg de viande. Après cette boulimie de viande, je n’en consomme plus.
    Par contre, je n’achète aucun substitut de viande. Du soja chinois ? Non, pour moi c’est quinoa d’Anjou et lentilles achetés en vrac.
    Je consomme pas mal d’œufs et de laitages bio, tous obtenus à moins de 50 km. Depuis cinq ans, j’arrive à trouver du lait cru en bouteille en verre consignées. Lorsque je suis obligée de me rabattre sur les bouteilles en plastique, j’ai mauvaise conscience, le plastique blanc n’étant que très peu recyclé, en raison de la difficulté à le faire.
    – en ce qui concerne les légumes, mon maraîcher bio n’a naturellement que des légumes de saison, bien meilleurs au goût et pour la planète.
    – je ne consomme pas de soda en cannette, sans mérite puisque je ne les aime pas. Mon péché mignon reste l’eau de Volvic ; j’ai eu la chance d’avoir cette eau au robinet pendant dix ans et j’y suis restée accro. Ainsi que l’eau pétillante non salée. Même si les bouteilles d’eau se recyclent fort bien, j’ai fait un progrès notable : un bulleur pour utiliser l’eau du robinet qui fonctionne avec des bouteilles en verre et des cartouches de gaz en métal recyclable.

    La biodiversité et le bio m’intéressent depuis l’adolescence. On me trouvait vieux jeu, on me trouve maintenant très actuelle. Mis à part le vrac et le bulleur, je n’ai rien changé.

    Aimé par 1 personne

    1. Waw je n’en suis pas là bravo. Je dois vraiment m’améliorer avec les légumineuses. Je n’ai aucun attrait pour la cuisine et ai tendance à manger de façon stéréotypée mais je fais beaucoup plus attention aux saisons. Merci pour cette contribution. C’est une sodastream que vous avez ou autre chose? Je n’aime pas l’eau pétillante mais j’ai du mal à me passer de limonade…

      J'aime

      1. Tout à fait, j’utilise une sodastream. Je commence par mettre un jus de citron dans la bouteille.
        L’été prochain je vais tenter les rondelles de concombre macérées préalablement dans les bouteilles.
        Il est vrai que j’ai la chance de ne pas aimer les boissons sucrées.
        Boire du sucré à température ambiante n’est vraiment pas agréable ; cela donne la sensation réelle de l’excès de sucre, ce qui peut peut-être aider à se détacher des boissons sucrées.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :