Journal de Confinement 3: 30/3 au 5/4

Lundi 30 mars

Réunion de boulot teams… On me livre mon ipad reconditionné commandé sur Backmarket. Le livreur sonne et ne prend même pas la peine d’attendre que j’ouvre la porte pour qu’il puisse déposer le colis dans le hall de mon immeuble. Comme si rien que de me voir penchée à la fenêtre lui avait fait entrevoir sa fin prochaine…peut-être que je devrais recommencer à me maquiller finalement…

Au tour de Marie la Sanglante, mais je suis quelque peu distraite…

Je sors courir, pas trop longtemps aujourd’hui. Il fait froid.

Je donne sa chance à une nouvelle série qu’on m’a recommandée, à la fois une amie et sur youtube au rayon des bonnes séries historiques: The Last Kingdom.

Mardi 31 mars

22 km à vélo, je découvre de nouveaux sentiers et un joli parc aménagé à l’arrière d’un quartier où je ne vais jamais, dans ma propre ville. Je regarde désespérément s’il n’y a pas une petite maison avec jardinet à vendre, je m’y verrais bien. En passant dans un village frontalier, je vois, à 50mètres de moi, sur un chemin bien connu, la frontière…bloquée, par des barrières et des blocs de béton…ça fait bizarre tout de même. Je ne sais jamais exactement où se situe la frontière…maintenant oui…

Le soir nouvelle réunion teams, avec mon groupe de théâtre cette fois…

Mercredi 1 avril

Journée de permanence physique au boulot. Désinfection des claviers et des téléphones. Réunion et appels téléphoniques, cela devient la routine. Je me suis de nouveau gâtée avec un croissant cannelle et un pain au chocolat que je mange durant ma vidéo-réunion.

Lors d’une pause, je lis cet article https://www.lalibre.be/debats/opinions/opposer-croissance-et-decroissance-a-l-heure-du-coronavirus-le-probleme-est-mal-pose-5e8366e1d8ad581631950e50 . Je trouve cela très intéressant. Pourquoi faudrait-il obligatoirement choisir entre croissance et décroissance ? Une croissance de qualité, humaniste et écologique est elle impossible ? Je vous conseille vivement de lire cet article rédigé par un philosophe confiné.

Après le travail, je rejoins S et nous marchons 10km en observant l’éveil du printemps dans les jardins, au bord de l’eau. Je lui fais part de ce regain de créativité et de mes nouvelles routines qui font tant de bien.

On m’a livré mes nouveaux feutres et des jolis carnets de coloriage illustrés par Johanna Basford, une star apparemment.

Après un appel vidéo d’1h30 avec mon amie C, je termine la journée avec les Vikings et les Saxons de The last Kingdom.

Enchanted Forest by Johanna Basford | Waterstones
Couverture d’un de mes chouchous de confinement

Jeudi 2 avril

Routine de travail matinale et choix du Secret d’Histoire du jour : Charles Quint…ça y est je commence à tout mélanger. Je songe à me créer une ligne du temps…mais avec quoi ? Un rouleau de papier toilette maintenant que j’en ai ?

J’allume mon four et sauve des bananes noircissantes en préparant des muffins banane pépites de chocolat. Pourquoi la pâte est-elle toujours meilleure que les gâteaux eux-mêmes ? Pourquoi ne la commercialise-t-on pas en petits pots au lieu de la cuire. Mystère…le confinement ouvre la voie à la résolution de beaucoup de questions existentielles…

Ceci dit, je me demande qui va manger tout ça…devrais-je prévoir une livraison sans contact dans le voisinage ?

Déjà l’heure d’enfiler mes baskets, je ne m’arrêterai qu’après 1h21 de course et 12 km au compteur. Je suis vraiment très satisfaite de moi aujourd’hui. Je n’étais pas à bout de force en plus, j’ai accéléré à la fin, mais j’avoue que seule, il est difficile de se motiver à courir plus longtemps. De plus, je ressens depuis quelques semaines des tensions à la cheville gauche et je crains les conséquences l’abus d’impacts. Pour l’instant ça ne se dégrade pas donc je continue mais je soigne la récupération et fais des exercices de proprioception à la maison pour la renforcer.

18 Motivational Running Quotes to Keep You Inspired | ACTIVE
So true…

Vendredi 3 avril 

Anne de France aujourd’hui. J’ai moins de travail que les autres jours, je passe quelques coups de fil mais dois également laisser des messages car certaines personnes ne répondent pas. Ce sera pour lundi car si j’ai laissé ma vie professionnelle entrer chez moi, je me fixe néanmoins la limite de ne pas travailler le soir ni le weekend.

Je me suis inscrite à un MOOC d’histoire contemporaine. On verra ce que ça donne. Je commencerai à bosser lundi, je pense que j’ai vu les meilleurs épisodes de Secrets d’Histoire, il me faut varier les supports.

C’est le jour des courses. Je trouve tout ce qu’il me faut. Je vais au magasin bio et dans un autre magasin de grande distribution et là, je fais la file pour la première fois. Je fais quelques courses pour l’infortunée S. qui a réussi à se blesser à la cheville dans son salon, une entorse légère dit-elle. J’effectue ma livraison et rentre en passant devant la maison de repos où vit ma marraine…que peut-elle comprendre à tout cela ?

Les nouvelles ne sont pas bonnes, les médicaments commencent à manquer dans les hôpitaux français. C’est terrifiant et impensable de se dire que l’on pourrait arriver à une situation où indépendamment de la place et du matériel disponible, on ne pourrait plus sédater les patients qui doivent être intubés, endormis ou tout simplement qui sont en souffrance en fin de vie.

Soirée Koh Lanta, un de mes seuls repères dans la semaine 🙂

Koh-Lanta: tempête chez les ex-Rouges
C’est là qu’on est content d’être à la maison

Samedi 4 avril

Les jours et les semaines commencent à se ressembler, aujourd’hui c’est grasse matinée et ménage en musique.  Le tri de ma garde robe commence également. L’occasion de me séparer également de certaines pièces que je n’ai pas du tout portées cet hiver et/où que je ne porterai pas cet été. Je fais du repérage sur Vinted où je pré sélectionne des vêtements avec soin, des choses que je dois remplacer et/ou qui vont bien s’agencer avec ce que j’ai déjà.

Il fait magnifique et c’est un jour de course. Je fais un peu plus court même si ça roule bien, j’essaie de ménager ma cheville.

Je regarde un film avant de m’enfiler mon épisode quotidien de The Last Kingdom. Il s’agit de « réparer les vivants » et me voilà forcément en larmes jusque pendant le générique « five years » de David Bowie. Ai-je déjà mentionné à quel point j’aime David Bowie ? L’occasion de pleurer un peu pour lui aussi.

David Bowie: Five Years (2013) - IMDb
Love, love, love…

Dimanche 5 avril

Le plus beau jour de cette semaine, météorologiquement parlant. Tout le monde va sans doute faire des barbecues et profiter de son jardin. Cette nuit, j’ai rêvé qu’on annonçait 40 degrés pour la semaine prochaine, ce qui serait un cauchemar dans mon appartement. Sans doute parce que je me dis que ça va durer longtemps et s’il commence à faire chaud, il faudra que je trouve une solution car ce ne sera pas vivable ici 24h/24.

Aujourd’hui sera un jour de randonnée. Je retourne dans le bois dont je vous ai parlé précédemment. Pas grand monde ouf, je souffle, j’écoute, j’inspire, j’admire, je marche consciente de chacun de mes pas, j’apprécie le sol meuble, les rayons du soleil qui zèbrent le sol, découpés par la canopée. Je suis dans ma bulle. Je m’arrête au bord d’un étang, personne ne s’approche, je m’assois. Bientôt je vois sur la rive en face une voiture de police. Elle est tolérante et fait demi-tour. Bien qu’immobile, il n’y a quasi personne dans les parages. Ca ne rigole pas (ceci dit ils ont raison, je suis sûre que des barbecues entre amis ont eu lieu ce jour), je suis reconnaissante de vivre en démocratie.  Je fais de petits détours, découvre des chemins, des rues, des vues, je rêve d’une tiny house sur une parcelle en lisière de bois. Je croise des gens que je connais, on se salue, on papote deux minutes séparés par la chaussée, toujours prudents. Je me sens reliée aux gens bizarrement. Nous sommes seuls, mais les contacts fortuits et brefs ont une intensité différente. Un sentiment de communauté exotique et inconnu. De retour, je m’offre ce à quoi j’ai pensé durant mes 3 heures de promenade : une glace. Le comptoir du glacier de ma rue est ouvert et je rentre savourer la première glace de 2020. Je suis assoiffée, je fais la part belle aux sorbets : citron et passion…accompagnés d’une stracciatella gourmande.

J’applaudis les soignants et le solo de trompette que nous offre chaque soir une jeune voisine. D’autres rues s’animent, je les entends, sans savoir bien distinguer l’origine des vivas.

Les nouvelles. L’Italie semble avoir franchi le pic de l’épidémie.  Je croise les doigts. Je me réchauffe le cœur en regardant un reportage sur la solidarité à la fin du JT de France 2. Prêt d’appartements près des hôpitaux pour le personnel soignant. Un épicier en montagne qui aide les anciens à se procurer tout ce dont ils ont besoin. Demain, le gâteau que j’ai acheté pour soutenir mon café chouchou Tea Late sera livré dans un hôpital liégeois. Génial un mec organise dans sa rue un quizz chaque soir « question sur un balcon ». Thomas Dutronc chante en direct maintenant, je l’aime bien lui « on ne sait plus s’ennuyer ».

La semaine s’achève, le printemps est là, je trouve que ça passe vite finalement. Quand on est créatif et intéressé par beaucoup de choses, on ne s’ennuie jamais. J’ai la chance d’avoir un mental disposé à la rêverie et j’ai toujours des nouvelles idées…pour le moment.

 

2 réflexions au sujet de « Journal de Confinement 3: 30/3 au 5/4 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.