Journal de confinement 5: du 13 au 19 avril

Lundi 13 avril

Dix à 15 degrés de moins et ça va tout de suite mieux. On se demandait si le beau temps allait chasser le Covid, mais non, c’est le froid qu’il nous faut. Les gens sont à nouveau terrés chez eux et à part les vrais sportifs et les gens qui vivent en appart, pas de rassemblements en vue. C’est triste de craindre le beau temps.

Déplacement professionnel indispensable.

Dépôt d’une jolie carte coloriée, d’une lettre et de photos à la maison de repos de ma marraine. Il n’y a toujours aucun cas là bas. Les résidents ne sont pas confinés en chambre et j’espère que prendre ses repas en collectivité l’aide à tenir.

Nouvelle activité créative, je m’en prends au « rendez-vous d’Essendilène » de Frison-Roche. Je l’embellis plus que je ne le saccage finalement… Cela pourrait devenir le support de mes prochains petits mots à des amis…

IMG_0036

Je fais la connaissance avec l’adorable bébé cocker de mon amie S. lors de ma promenade quotidienne. Cette adorable boule de poils n’a que faire de la distanciation sociale et se permet  même de me faire pipi dessus. Mon indulgence naturelle envers les animaux est décuplée car c’est ma première marque d’affection physique depuis un mois.

Lecture dans un bon bain, je fais connaissance avec Edgar Allan Poe en ce moment. Etonnant et terrifiant.

Enfin, je craque et commande un livre de dessins de Johanna Basford. Je n’arrive pas à savoir si c’est bien de soutenir les artistes et certaines enseignes (bon ici c’est la Fnac, pas top, mais pas amazon non plus) ou si c’est un manque de respect envers les services postaux. En même temps, les livraisons se font sans contact et cela permet à certains de ne pas perdre leur emploi…

Mardi 14 avril

Je n’ai pas eu l’envie de sortir aujourd’hui et je ne me suis pas forcée. Je pense que c’est le premier jour où je ne mets pas le nez dehors. J’ai accepté cette pesanteur. J’ai travaillé et vaqué à mes petites routines quotidiennes.

J’ai mis un nom sur ces insectes que je vois partout se reproduire en se moment. Ce sont des gendarmes. J’ai l’impression que ça se calme, mais ils grouillaient par paires sur les sentiers de campagnes et au bord de l’eau. Je remarque beaucoup plus de détails qu’avant, je pense aussi que le comportement des animaux change. Les oies pondent en bord de Meuse et du coup elles deviennent agressives. Je vais devoir me méfier, mais je me réjouis d’observer les oisons et canetons.

Tee hee. Because they can! : funny
Les avez-vous croisés vous aussi?

Mercredi 15 avril

« Grosse journée ». Travail, balade au bord de l’eau, réunion théâtre en vidéoconférence. Je prends des nouvelles de mes proches et tout va bien.

Le conseil national de sécurité annonce la réouverture des jardineries, la prolongation du confinement jusqu’au 3 mai et, plus surprenant, l’organisation de visites sur rendez-vous dans les maisons de repos. Pour une personne attitrée par sénior. Ce sera donc mon père qui pourra aller voir ma marraine (sa maman). Je ne sais pas comment cette nouvelle  va être reçue dans les maisons de repos où le personnel est déjà sous pression et fait tout son possible pour ne pas contaminer les résidents. C’est à double tranchant, mais il est vrai que mourir de solitude, ça arrive aussi…chez les personnes âgées, on appelle cela le « syndrome de glissement »…

Jeudi 16 avril

Cela devient dur de travailler. La charge physique et les heures prestées sont moindres, mais beaucoup moins d’opportunités de débriefer avec mes collègues et la charge mentale est bien là. Cet énervement me poursuit même durant mon jogging qui n’est pas fameux à nouveau.

Vendredi 17 avril

C’est le jour des coooooouuuuuuurses. Voilà où on en est, heureux de faire ce qui est habituellement la corvée hebdomadaire. Il me faut de la salade et des fruits. Je sens que mon énergie est en baisse. Je ne prends probablement pas assez l’air (team pas de jardin/balcon/terrasse) et ma masse musculaire doit avoir fondu étant donné que je fais essentiellement du cardio et plus de renfo.

Je passe à la pharmacie : vitamine D et complexe énergisant. J’avais peur de me faire gourmander car ce n’est pas essentiel, mais l’employée est charmante et prend le temps de me conseiller.

De retour encore un peu de travail, de l’avancement dans mon jeu Hogwarts Mistery (je me fais un peu de peine) et à 18h, je décide de me brancher sur le live de 18h sur la chaine de Sissy et Mua. Je suis motivée, ça se passe bien puis…youtube plante…enfin je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais en tout cas le live a buggé pour tout le monde. Apparemment il a repris ensuite mais j’étais déjà sous la douche. Dommage, à refaire ! Demain peut-être…

Koh Lanta…les vrais savent…TF1 se moque de nous…

Samedi 18 avril

Je m’éveille avec une raideur à la nuque…super… je vois que mon meilleur ami (qui vit en Allemagne et que je vois extrêmement rarement) m’a appelée…mais je dormais encore.

On sonne à la porte, le facteur dépose un colis…bizarre je n’ai rien commandé…ah mais demain c’est mon anniversaire. Ca vient de chez Sebio…quelqu’un a pensé à moi…savon d’alep, gel douche, hydrolat à la rose…j’ai quelques idées en tête, mais je ne suis pas sûre. Finalement les anniversaires en confinement c’est pas si mal ! Je ne m’y attendais absolument pas  et la personne doit bien me connaitre…

IMG_0057

Je rappelle mon ami et nous discutons durant 15 minutes. Il sait que mon anniversaire est demain mais y pense déjà aujourd’hui et craint d’oublier demain.

Le temps est orageux aujourd’hui…à 16h il fait déjà sombre…je mets Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé, ça va bien avec le temps.

18h c’est reparti pour une séance de sport en vidéo !

J’étais à côté de la plaque quant au cadeau…les « coupables » bienfaitrices se sont « dénoncées » car elles avaient eu le message disant que le colis avait été livré…elles pensaient qu’il y aurait un mot, mais rien…

Dimanche 19 avril

C’est mon anniversaire. Petits et grands plaisirs du jour :

  • Les messages de mes amis au fil de la journée, même ceux qui sont loin et que je n’ai parfois pas vu depuis des mois ou des années… et je ne suis pas sur facebook donc pas de rappel, je suis vraiment chanceuse
  • Me laver les cheveux et me maquiller un peu, mettre un joli haut.
  • Mon amie S qui est venue en bas de chez moi avec sa chienne (elle vit à 1km) et m’a acheté le fameux Merveilleux que je m’étais promise de déguster.

IMG_0070

  • Dégustation devant Love Wedding Repeat sur netflix, j’étais curieuse de découvrir Jack Farthing et Eleanor Tomlinson hors de Poldark et c’était assez amusant.

IMG_0073

  • Changer mes draps et savourer d’avance le plaisir que j’aurai à m’y glisser ce soir.
  • La libraire de ma rue qui me livre en personne un roman de la part de mes amies
  • Une balade alors que le soleil se décide à sortir, vers 18h. Les glycines prennent lentement le relais des cerisiers du japon pour nous émerveiller. Les ancolies fleurissent au bord du ravel et forment un liseré violet sur les berges du fleuve. Les oies couvent dans les fourrés. Un couple de cygnes également…maman couve au fond d’une allée et papa monte la garde. La police a même mis une barrière pour empêcher les badauds d’aller les déranger.

DSCN0724

DSCN0714

DSCN0717

  • Le message vidéo de C., l’amie de toute une vie
  • Le rituel petit concert de 20h
  • La découverte d’un montage photo qui me fait beaucoup rire dans ma boite aux lettres, accompagné d’une carte et de petites attentions. J’ai les meilleurs amis du monde.
  • La lecture sur le canapé, ça y est, je me replonge dans « Sapiens »…je reprends dès le début en fait.
  • Une bougie parfumée et un épisode de Barnaby dans une ambiance austenienne pendant que je termine la rédaction et l’illustration de cet article…

Une semaine qui se termine bien, même s’il n’y a pas eu que du plaisir et que je pense beaucoup à qui n’a pas ma chance. Je me questionne également sur tous les drames qui se déroulaient dans le monde avant l’apparition du Covid, qui ont tué et tueront plus que le covid et qui sont désormais éclipsés dans les médias…

Et vous, comment s’est passée votre semaine ? Pouvez-vous toujours sortir ? Quels sont vos petits plaisirs ?

Avril…

J’ai eu du mal à me poser pour écrire ces dernières semaines, du mal à trouver un sommeil réparateur, la procrastination m’a rendu visite. Aujourd’hui, je savoure cette pause du premier mai et j’en profite pour me refaire un peu le film du mois écoulé. Avril…

Avril, le mois du renouveau, le mois des magnolias, le mois des agneaux dans les prairies, le mois des premières salades en terrasse, un de mes mois préférés…

En avril, j’ai travaillé pas mal même si j’ai eu des jours off. J’ai senti que le dernier break était loin, j’ai eu envie de m’arrêter, mais sans vraiment pouvoir freiner. J’ai rêvé de travailler moins, de vivre encore plus simplement. De quitter le bruit de la ville, d’une tiny house avec un carré de verdure, d’assister aux éclosions printanières depuis ma fenêtre, de thés en pyjama, assise le matin au soleil sur un seuil qui serait à moi. De quitter un peu plus la frénésie du monde, de m’extraire des drames qui résonnent dans mes oreilles. Patience, un jour, bientôt peut-être…

design styles that are popular in modern homes. In reality, practitioners blend different elements from several decorating styles . #roomdesigntiles

En avril, j’ai fêté mon anniversaire, comme chaque année, avec mes amis et avec ma famille. J’ai pris congé ce jour là, il faisait beau, je portais ma nouvelle robe achetée à Lille, je me suis trouvée belle. J’étais bien, j’ai accueilli sereinement ce nouveau chiffre. L’âge est une telle question d’état d’esprit. Et de santé bien sûr, mais la santé j’ai la chance de l’avoir. Se sentir en équilibre, ici et maintenant, ne pas se mettre d’échéances et de pression chiffrée. Avant tel âge avoir fait ceci, à tel âge ne plus pouvoir se permettre cela. Bullshit les amis. On n’a qu’une vie ! Un midi en terrasse à siroter la première Amstel Radler citron de l’année, une soirée pizza entre amis à l’appartement, un restaurant avec mes parents, en bonne santé eux aussi, que demander de mieux ?

En avril, je suis montée sur scène. J’ai joué, j’ai crié, je me suis révoltée et j’ai mangé. J’ai porté avec des femmes magnifiques un texte féministe qui prône l’acceptation de soi et l’amour de son corps, notre seul et unique vaisseau sur cette terre. J’ai débattu, j’ai souri, je me suis passionnée. J’ai ressenti une immense fatigue, mais de celles qu’on apprécie car elles sont le reliquat de moments où l’on est pleinement mobilisés en faveur de ce en quoi nous croyons.

Image about quotes in My uploads by Yoni on We Heart It

Bonne fête du travail à tous. Je vous souhaite d’en faire un qui vous plait. D’y donner le meilleur de vous même  et de ne pas compter vos heures si c’est par passion. De ne pas travailler du tout si c’est votre choix. Ou d’avoir la force et la possibilité de vous ménager une vie qui vous ressemble à côté si vous êtes obligés d’en subir un qui ne vous plait pas. On a toujours un peu le choix…