Une belle journée

Le bonheur est fugace. Et nous peinons souvent à le reconnaitre comme tel. Il y a quelques jours, je me suis dit que j’étais heureuse. Pas aux anges, pas comblée, mais heureuse. Pourtant je n’ai pas ce que l’on entend par « tout ce qu’il faut » pour être heureuse. Mais que faut il finalement et après qui ou quoi courrons nous ? Je ne saurais le dire exactement, mais je me suis sentie ce jour là le cœur léger, ayant renoué avec une forme d’insouciance et d’avidité pour la vie qu’il m’a souvent été difficile de ressentir ces dernières années. J’ai encore beaucoup de choses à régler dans ma vie, des démons à chasser, des peurs à dépasser, etc… Mais je me lève le cœur léger (même si je hais les matins) et je me couche généralement fatigué et trop tard mais sans craindre que la nuit tombe. Je reçois et donne de l’amour à des gens avec qui je vis des relations constructives. Mon job n’est pas le job de mes rêves, mais il a du sens pour moi et correspond à mes valeurs à défaut de me passionner. Je suis en bonne santé. Je suis raisonnable et pas trop matérialiste, ce qui me permet de dire que l’argent n’est pas un problème. Enfin, j’ai la chance et le temps d’être impliquée dans des projets qui me passionnent et me font me sentir vivante. Je me suis dit qu’il fallait que je fixe ce sentiment, pour m’en souvenir les mauvais jours, mais aussi parce que l’écrire c’est l’ancrer, encrer pour ancrer même si c’est de l’encre numérique…

df2cca8b1ca23a8b86643fa0db7503e0

Et cette journée était particulièrement jolie, ce 14 octobre. De façon à m’en souvenir et à faire une expérience lue dans beaucoup de livres de développement personnel et de blogs, je liste en conclusion les bonheurs du jour :

  • me retrouver dans les bois baignés de lumière, encore tamisée par les feuillages mais où le sol commence à vraiment crépiter sous nos pas
  • refaire le monde au soleil avec des amies, échanger sur nos vies, nos projets
  • porter une blouse pour laquelle j’ai eu un coup de cœur, que je me suis autorisée à acheter car elle est d’une couleur que je ne porte jamais (en accord avec ma politique d’achat plus raisonnée concernant les fringues) et me sentir belle dedans
  • bosser sur mon projet au jardin, sous un soleil de fin d’après midi
  • ne pas me dépêcher, m’autoriser à reporter une tâche à un autre jour afin de profiter au mieux de celui qui est là
  • programmer une balade à vélo avec mon père
  • écrire cet article devant la télé, en pyjama, à la lumière des bougies et d’une guirlande lumineuse offerte par maman
  • savourer un carré de chocolat

J’imagine que c’est plus difficile à faire lors des jours maussades et c’est dans ces cas là qu’il faut avoir le courage de le faire pour un effet à long terme, s’entrainer à toujours chercher au moins une petite chose. Mais bon, je vais m’arrêter là et juste être satisfaite, sans toujours penser que je pourrais m’astreindre à plus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s