Roadtrip au Danemark 4: Copenhague

Notre périple nous emmène enfin à la capitale, Copenhague. Nous y passerons 3 nuits. Notre logement devient plus spartiate. Nous avons réservé dans un hôtel Cabinn. C’est une chaine d’hôtels, vous en trouverez plusieurs à Copenhague. C’est plus où moins le même prix qu’un bed and breakfast ailleurs, mais ça reste abordable scandinavement parlant. C’est petit, mais on ne peut pas les accuser de faire de la publicité mensongère en choisissant un nom pareil. Par contre c’est propre et les espaces sont optimisés. Cet hôtel nous a bien convenu et nous n’avons vraiment fait qu’y dormir. Nous avons payé le supplément pour laisser la voiture au parking et avons continué à vivre sur nos réserves pour ne pas payer le petit déjeuner.

Cet article sera vraiment trop long si je vous détaille les journées par le menu. Je vais donc vous faire un aperçu et insister sur les choses qui m’ont vraiment plu. Si je dois donner une impression générale, eh bien c’est simple, j’ai adoré Copenhague. C’est beau, calme, le vélo et les piétons sont vraiment rois ici. Il y a de nombreux parcs et comme il faisait beau nous avons énormément marché, plus de 20 km par jour, car oui c’est grand. Plus que ce à quoi je m’attendais. Lorsqu’on arrive à Copenhague, on traverse un pont. Je pensais que c’était un fleuve en dessous, mais non, c’est un énorme bassin d’eau douce qui ceinture le centre ville. Sur les berges piétonnes, à toute heure, on trouve des joggers, des gens qui vont bosser à vélo, promènent leurs chiens, des nounous qui trimballent des chapelets de blondinets dans de petits carrosses spécialement prévus et bien sûr des touristes. C’est absolument charmant.

Culturellement parlant, il y a énormément de choses à faire et si j’y retournais, j’aurais encore des choses à visiter. Je ne l’ai pas fait cette fois ci par manque de temps et par souci de ne pas exploser le budget. Je regrette un peu de ne pas avoir pris le pass pour toutes les attractions à Tivoli cependant. Voici une liste non exhaustive des jolies choses que nous avons découvertes :

  • Le Paludan Bogcafe : on commence par la « gastronomie ». Alerte bon plan ! C’est bon, copieux, pas cher et dans un cadre qui ravira les amateurs de livres et de hygge. Ce restaurant est situé dans une librairie de livres neufs et anciens. On fait la file pour commander au bar puis on s’installe et un serveur nous apporte notre commande. Nous y sommes allées deux fois, j’ai mangé un hamburger végétarien la première fois et une salade la seconde. A ne pas manquer, eau plate disponible gratuitement, un sans faute. Visitez leur site : www.paludan-cafe.dk

p1060584

  • Le château de Rosenborg : la résidence d’été de la famille royale, somptueuse et rehaussée par les magnifiques roseraies adjacentes. Nous n’avons pas fait la visite, mais l’extérieur valait déjà le coup.

img_3060

  • La relève de la garde à Amalienborg : la résidence de tous les jours de la royauté. Pour les amateurs, la garde est relevée tous les jours vers midi. Lorsque nous y étions, un gentil policier du cordon de sécurité se faisait un plaisir de répondre aux questions des touristes sur la vie des gardes, vraiment sympa !
  • La (longue, ce n’est pas du tout dans le centre) balade le long de l’eau jusqu’à la petite sirène et surtout le retour via le parc du Kastelet,. J’ai été étonnée par la taille de la statue. J’avais tellement entendu qu’elle était petite que je l’ai trouvée grande. Soyons clair, elle ne l’est pas vraiment. Elle a la taille d’une jeune fille de 14ans je dirais. A voir si vous voulez vous désespérer devant des groupes de touristes au minimum quadragénaires se comportant comme des adolescents en quête du selfie parfait au mépris de leur dignité, ah le tourisme de masse… Au retour, nous nous avons flâné (et reposé nos semelles fatiguées) dans le parc qui entoure le Kastelet, un ancien fort ceint de remparts en forme d’étoile à l’entrée duquel il y a une jolie église anglicane et une impressionnante fontaine.
  • Nyhavn : LA carte postale de Copenhague, ravissant… Nous avons dîné à proximité, un fish & chips sur un bateau/poissonnerie.

p1060667

  • La round tower : nous nous sommes laissées tenter par une ascension sans marches, sur un plan incliné en briques et en colimaçon, vue à couper le souffle sur les innombrables clochers de la ville, le pont de l’Oresund (le détroit entre la Suède et le Danemark qui est emprunté quotidiennement par des milliers de navetteurs) et les majestueuses éoliennes.

p1060702.jpg

p1060690
Le fameux pont, au fond, et la Church of our Savior à droite
  • Tivoli : Le coup de cœur de mon séjour n’est pas une église, pas une merveille naturelle, pas un musée, mais un parc d’attraction. Je ne suis pourtant pas une adepte, je ne les ai jamais fréquentés, mais celui là m’a touchée au cœur. Il a 175 ans, est au cœur de la ville (ce qui n’était pas le cas lors de sa construction) et présente une délicieuse esthétique rétro et colorée. Les manèges d’antan côtoient les attractions à sensation fortes, les décors sont somptueux, tantôt asiatiques, tantôt arabisants. Rien n’est vulgaire. Il y a des concerts, un spectacle son/lumières/laser sur le plan d’eau tous les soirs d’été, une scène où on peut voit des pantomimes avec des personnages inspirés de la commedia dell’arte et, lorsque le soir tombe, la féérie n’a plus de limites puisque ce sont des milliers de lampions qui transforment le décor en rêve éveillé. J’ai été émue par un couple de californiens octogénaires qui nous ont raconté qu’ils étaient venus pour réaliser un rêve d’enfant du monsieur qui avait lu un article sur le parc lorsqu’il était à l’école primaire. Ils nous ont demandé de faire les attractions pour eux qui ne pouvaient plus et ne feraient que regarder. Un moment hors réalité pour moi, comme lorsque j’étais enfant et que je pouvais croire que le monde était comme dans mes rêves. A faire pour vous et refaire absolument pour moi. Cela a un coût, assez élevé, mais ça vaut la peine, je me demande comment cela n’est pas plus connu, je n’en avais jamais entendu parler avant de planifier mon voyage.

p1060714

p1060742

p1060770

p1060791

p1060811

p1060755

  • La libre ville de Christiania : encore un endroit surprenant, je vous invite à aller lire l’histoire de ce quartier autonome de Copenhague. Une ancienne caserne militaire occupée puis finalement rachetée par une communauté hippie/anarchiste/post soixante huitarde après une lutte contre des investisseurs qui voulaient y implanter une zone résidentielle. Les habitants vivent ici selon leurs propres règles, vendent de la drogue dans la rue et ne se considèrent pas comme des citoyens de l’union européenne. Ca fait un peu trash et c’est vrai que je n’avais jamais vu de la drogue en vente ainsi comme au marché, mais c’est aussi coloré, je ne me suis pas sentie en insécurité et j’ai trouvé l’histoire de ces résistants passionnante. Ils étaient assoiffés de liberté et ont gagné contre Goliath. Aujourd’hui, les toxicomanes y cohabitent avec les bobos écolos et les vieux de la veille. A voir. Attention cependant, les photos sont interdites dans les rues où on « vend » et il est aussi interdit de courir. A bon entendeur…

img_3112.jpg

p1060834.jpg

img_3125.jpg

  • Church of our savior : à proximité de Christiania se trouve cette église au clocher reconnaissable puisqu’on peut l’escalader et que l’ascension se termine par un escalier qui tourne à l’extérieur du clocher. Je n’avais jamais vu ça. Comme nous avions déjà été dans la round tower, nous avons fait l’impasse. Par contre, nous avons admiré l’intérieur et notamment un des plus impressionnants orgues, en bois finement travaillé, que j’aie pu voir.
  • Malmö : Oui, nous sommes allées jusqu’en Suède, pour le fun, en prenant le train qui passe sur le pont de l’Oresund. Cela prend 36 minutes et c’est une expérience assez dépaysante. On se sent d’un coup très loin de chez soi, comme si on avait mis des centaines de kilomètres en plus entre soi et la maison. La ville en soi n’a pas un intérêt de fou, elle est mignonne. Depuis la construction du pont, les Danois plaisantent en disant que Malmö est devenu un nouveau quartier de Copenhague. Il y a un grand parc, un immeuble résidentiel construit par Calatrava (petit souvenir de Valence). Nous en avons profité pour manger un roulé à la cannelle, qui m’a rappelé mon séjour à Stockholm il y a 7 ans. Comme nous étions en fin d’après-midi et qu’elle ne voit pas tous les jours des gens qui viennent d’aussi loin (on s’était un peu perdue en zone résidentielle), la jeune fille du café nous a gentiment offert un invendu d’une autre variété pour qu’on goûte, à la cardamome si ma mémoire est bonne. Adorable de sa part et succulent !

img_3128.jpg

  • Le Jardin Botanique : pendant que S. visitait l’impressionnant musée de la ville de Copenhague, j’en ai profité pour faire un tour au jardin botanique. Je les adore, je ne peux résister à me promener dans les rocailles, lire les noms latins, admirer le travail minutieux des jardiniers. Il y a tellement de jolies images à emmagasiner. Je n’ai pas été déçue et bien sûr, le soleil était toujours radieux, quelle chance. Je n’ai pas visité l’intérieur, comme vous l’avez compris, mon programme est prêt pour un second séjour danois.
  • Cimetière Assistens Kirkegaard : c’est le grand cimetière monumental de Copenhague et j’y suis aussi allée seule, après le jardin botanique. Vous allez peut-être me trouver bizarre, mais enfant déjà, j’aimais visiter les cimetières, je jouais à me faire peur je suppose. Puis je me souviens avoir visité 3 cimetières, dont celui du père Lachaise, lors de mon premier séjour à Paris, comme une chasse au trésor à la recherche de mes auteurs favoris. En Scandinavie, ça m’a un peu repris. Les cimetières sont si différents d’ici, si apaisants, verdoyants et vivants. Les tombes sont décorées d’objets qui rappellent la personne, parfois les gens y posent un petit banc, des bricolages. Hans Christian Andersen et le philosophe Soren Kierkegaard (homophone du mot cimetière en danois vous constaterez) y sont enterrés. J’y ai rencontré et un peu coursé un écureuil roux (vivant). A l’entrée, les panneaux invitent les gens à profiter du cimetière comme d’un espace vert, avec respect et c’est ce qu’ils font. J’ai vu des gens qui y prenaient un bain de soleil, pique niquaient, y faisaient marcher leurs bambins pieds nu, jouaient de la guitare… Je me dis que le rapport à la mort doit sans doute être plus serein lorsqu’on importe la vie dans les cimetières…sujet d’étude intéressant.

C’est bizarre de conclure ainsi mon récit, mais c’est dans l’ordre chronologique le dernier endroit que j’ai visité à Copenhague. Ce fut ensuite la course effrénée pour revenir à l’hôtel et récupérer la voiture avant l’expiration de notre ticket de parking. Encore aujourd’hui, je peux dire que cette ville m’a marquée, je l’ai adorée. J’ai vécu un rêve éveillé de quelques heures à Tivoli, je suis rentrée chez moi en rêvant que rouler à vélo dans ma ville soit un jour possible comme à Copenhague. La quantité et la qualité des espaces verts (parcs, jardin botanique, cimetière) m’a impressionnée et pour ma part, cela compte beaucoup quand vient le moment de dire si j’ai aimé un peu, beaucoup ou à la folie une ville. Je vous laisse pour aujourd’hui, je pense avoir déjà été assez longue. Ce ne sera pas le cas avant longtemps, mais c’était difficile de se limiter. J’espère que cela ne vous a pas ennuyé et que vous aurez le courage de revenir par ici…

2 réflexions au sujet de « Roadtrip au Danemark 4: Copenhague »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s