Journal de Confinement 1 : 16 – 22 mars

Lundi 16/03 : avant le weekend, j’étais encore chaude, mais là, ça s’est refroidi au fil du weekend et aujourd’hui, je me dis qu’hier était ma dernière visite à mes parents jusqu’à… ? Au travail, il manque deux personnes qui ont des symptômes. Pas spécialement du Covid 19, mais peu importe, les consignes sont claires. Au moindre éternuement…

Réunion interminable pour savoir comment on va s’organiser. Permanences, travail à domicile, … Heureusement la météo est clémente, je milite pour qu’on poursuive la réunion dehors puisque nous avons la chance d’avoir un jardin. Ca me rappelle le temps du collège lorsqu’on implorait «M’sieur, on peut faire cours dehors ? », lors des premiers rayons de soleil. Faut-il préciser que la réponse a toujours été négative. Mes collègues sont plus collaborants que les professeurs.

Je rentre chez moi. Je réalise que je ne verrai plus ma filleule qui va sans doute fêter son troisième anniversaire en confinement. Si mes amis et parents vont me manquer, c’est facilement supportable avec le téléphone, les mails, messageries… Avec les tout petits, c’est plus difficile…A quand le prochain câlin ? Mon cœur se serre…

Je regarde les news et me sens un peu oppressée. Pourquoi pas faire une petite séance de yoga ?  Je m’y mets face à une vidéo, mais zut je n’ai pas de tapis idoine et sur le parquet ça fait mal aux genoux. Je dois m’en procurer un avant que tout ferme. Ah il y en a au boulot je pense, j’en emprunterai un demain avant de ne plus pouvoir y aller…

Après un épisode d’Outlander, je me couche et règle mon réveil car même si je ne vais pas bosser, je dois pouvoir répondre au téléphone si ma collègue de permanence appelle.

Or with a few people I am really close to..and of course, my cats

Mardi 17/03 : C’est la Saint Patrick, pas de fête pour les Irlandais je suppose. A 6h du matin, je vois que j’ai reçu un message d’une amie qui est au Canada. C’est étrange comme un destin commun nous pousse à nous rassembler. Quelque part ça fait chaud au cœur. C’est le même topo là bas.

Il fait à nouveau plein soleil. Je ne suis pas du matin, mais peut-être serait-il bon que je sorte faire mon jogging ou juste marcher tant que cela nous est autorisé… Je compte bien mettre à profit ce temps qui nous est donné et la fermeture de ma salle de sport pour ne pas me laisser aller et bosser mon cardio.

Je devais aller à la poste, je n’irai pas. C’est non essentiel et j’anticipe la future interdiction de déplacements non essentiels.

Ah si j’avais un jardin…

Je vais à l’épicerie à côté de chez moi. Il me faut du coca zéro…oui lynchez moi, il m’en faut…un peu… La vendeuse a peur de grossir suite à la fermeture de la salle de sport. Je propose de lui prêter mon vélo…

Gestion des urgences, reports et passation d’informations au travail. Tout est si calme dehors. Les gens sont plein de bon sens et même gentils, un Monsieur me propose de mettre un fauteuil pour moi dans son jardin si je viens avec un masque. Emergence des premiers bénéfices du coronavirus ? La bienveillance ? La solidarité ? La simplicité ? La conscience collective ? La sagesse ? Soyons fous.

Au retour, séance de sport en vidéo, ça va beaucoup mieux avec les tapis ramenés du boulot.

J’espère que tous ceux qui avaient besoin de papier toilette ont désormais un stock suffisant car il faudrait vraiment que je fasse des courses demain…

19h37 Devant le JT, en attente de l’annonce du confinement… Je me suis sentie comme effervescente aujourd’hui. A la fois stressée, de bonne humeur, prête à en découdre et oserais-je le dire un peu exaltée de vivre un moment qui sera retranscrit dans les livres d’histoire et qui mobilise l’Humanité contre un ennemi commun. Serait-ce ce qu’il lui fallait ?

Les gens vous mettent constamment la pression pour être plus sociable.

Mercredi 18/03 : Réveillée avant 9h et incapable de rester au lit, ce qui est anormal pour moi. Heureusement grand soleil. J’ai un peu les larmes aux yeux, un peu peur que cela dure longtemps pour moi qui vis en appartement. La Première Ministre autorise toujours le sport en extérieur et on peut même le faire avec un(e) ami(e) si on ne vit pas en famille. Je l’aime bien Sophie Wilmès. Maintenant il faut que je motive S à me retrouver en bord de Meuse pour marcher/courir à deux mètres l’une de l’autre. Ou bien faut-il éviter tant que l’on peut et que l’on supporte la solitude?…

Je pense que je vais faire une cure de sébum. Cela fait des années que j’en entends parler me demandant quand je pourrais bien assumer de rester des semaines sans me laver les cheveux. Bon, il me faudrait un chapeau un peu cool et je crois que je n’ai que des bonnets. Let’s see.

Je vais me préparer et voir s’il y a moyen d’aller chercher des livres à la bibliothèque avant le confinement annoncé à midi. Ensuite, je verrai si je passe au travail ou pas…il va bien falloir y aller à tour de rôle tout n’est pas possible à distance et nous devons pouvoir répondre à des personnes en crise.

La bibliothèque était fermée. Je ferai avec ce que j’ai, ça devrait aller, j’ai tout de même « une brève histoire de l’humanité » qui m’attend et c’est énorme.

Je me sens nerveuse et dispersée, je vais au boulot organiser les choses. Moi qui fais un travail constant pour scinder ma vie privée de mon boulot, voilà que cette épidémie réduit tout à néant. Il faudra que je me fasse un planning strict et que je ne bosse plus après une certaine heure…

Malgré tout je me suis sentie utile. Je rentre, j’enfile ma tenue de sport. Je vais faire une surprise à Mamy. Si j’ai bien compris, outre les déplacements essentiels, on peut être dehors pour faire du sport. Je vais donc chez elle à vélo. Mes pneus sont dégonflés, la flemme et je suis maladroite avec la pompe, tant pis, c’est mou mais j’y vais. Je me poste dans son jardin à 5 mètres de sa fenêtre et je l’appelle. Je lui dis de regarder par la fenêtre. Grand sourire, elle ne s’y attendait pas, elle va bien, elle a le moral, sacrée mamy. Je repars après avoir papoté 15-20 minutes et m’être tenue à une distance au-delà du double de ce qui est recommandé et de plus à l’extérieur.

Enormément de monde fait « de l’exercice », par contre je trouve aussi qu’il y a beaucoup de voitures en circulation, je soupçonne certains de ne pas faire que les déplacements « essentiels ».

C’est étrange ces regards échangés, j’ai la sensation de pouvoir lire dans les pensées des gens, je fais les mêmes sourires de connivence qu’eux, les mêmes moues « désolée je m’écarte un max, vous savez bien »… Un peu comme le matin après une victoire dans un match de coupe du monde, quand tout le monde est crevé et content, mais décuplé, car ici personne ne s’en fout (j’espère) et tout le monde est dans la même équipe.

Retour, douche, séance de yoga…je ne suis pas douée et cette séance va trop vite. Après avoir senti mes jambes qui ne me portaient plus et mon centre de gravité se faire la malle, je décide que c’est bon pour aujourd’hui…évitons de nous faire une commotion et de devoir faire appel aux services d’urgence.

Mes cheveux sont dégoûtants, jusque quand vais-je tenir cette cure de sébum ? Il faut que je fasse des courses, je mettrai un bonnet. Je sens que mes cheveux ne seront pas la chose la plus effrayante durant cette « virée shopping », je redoute un peu j’avoue…

Souper léger…j’ai mangé n’importe comment aujourd’hui. Ca y est, y a plus d’horaires, je retourne à l’état sauvage (ou je ne me respecte plus, tout dépend du point de vue). Ca me rappelle un peu mes périodes d’examens. Toujours à culpabiliser, ne pas pouvoir sortir et faire un max de trucs improductifs à la maison. Bon, je vais me faire une to do list professionnelle et une autre maison, je ferai le bilan…

Un peu de lecture et d’écriture, un bon thé (je vais enfin avancer dans l’écoulement de mon stock) et puis netflix and sleep ! Sereine ce soir.

Jeudi 19/03

J’ai dormi un peu plus tard aujourd’hui, j’ai surtout trouvé une position qui ne me fait pas mal au dos. Mon rendez-vous ostéo du 6 avril sera-t-il maintenu ? Mystère.

Beau soleil à nouveau. C’est beaucoup plus calme en bas de chez moi. Les gens doivent avoir fait leurs provisions car c’est le premier jour depuis le we qu’il n’y a pas de file (avec distanciation sociale) à la boulangerie et à la crèmerie.

Je me mets au travail, c’est très bizarre de parler avec mes usagers depuis mon salon. Je les appelle en numéro privé. C’est insolite…la distance n’est plus la même non plus, on échange de personne à personne sur la façon dont nous vivons cela. Je pense que les gens n’ont jamais autant communiqué depuis longtemps, depuis avant les nouvelles technologies peut-être. Technologies qui se révèlent bien utiles.

Je me risque dehors pour aller faire des courses. A mon arrivée, le magasin bio est désert. C’est le temps de midi. Ca se remplit peu à peu et je suis contente de passer à la caisse. Personne ne m’approche. Désespoir, même au magasin bio où tout est cher, il n’y a plus de papier toilette. J’envoie un sms à ma collègue pour lui dire que je vais devoir aller cueillir des feuilles…mais il n’y a pas encore beaucoup de feuilles.

Re travail. J’ai quand-même réussi à faire avancer des choses par téléphone et par mail, notamment sur un dossier épineux qui aurait sans doute requis de se parler en personne. Je soigne plus que jamais ma communication écrite. Ouf, ça devrait se calmer.

Je voulais courir avec S. mais elle a déjà couru ce matin. Je vais donc aller marcher avec elle. Je ferai une video de fitness pour compléter en rentrant et je courrai demain. Le ciel est gris maintenant, nous croiserons sans doute moins de facteurs de risques (les autres êtres humais) qu’hier.

Nous allons marcher, je lui ai demandé de me prêter un sécateur pour pouvoir couper quelques branches et me faire un arbre de Pâques. Il fait gris et il y a moins de monde qu’hier.

Vidéo avec ma filleule, sa grande sœur et leur maman, ma chère amie. Cela me réchauffe le cœur, elles sont créatives en matière de bisous volants et ma toute petite, qui va bientôt fêter ses 3 ans en confinement, embrasse même le téléphone de sa maman pour me faire un câlin. Elles me manquent déjà.

Séance de sport car j’ai besoin de fatigue physique et la marche ne m’a pas suffi. Je termine vers 20h…je ne vois personne aux fenêtres mais j’applaudis tout de même seule dans mon salon avant une douche bien méritée.

Vendredi 20/03 : Ce sont les 40 ans d’une amie, elle s’en souviendra toute sa vie. Finie la pression sociale à faire une fête. Il fait gris aujourd’hui. Je bosse un peu, je m’informe et la situation en Italie me fait énormément de peine.

En France, ça commence à chauffer aussi et l’intervention d’un médecin en colère sommant les gens de rester chez eux me fait culpabiliser car je voudrais aller courir, seule bien sûr, sans mettre personne en danger… Si on me dit d’arrêter je le ferai, mais c’est encore autorisé. Au moins aujourd’hui, comme il fait moche, je vais croiser peu de monde, moins que d’habitude.

Je me suis réinscrite sur Babbel pour faire du néérlandais, c’est sur ma « to do list confinement ». Je regarde un épisode de Grace & Frankie et cela me fait rire mais cela commence aussi à me faire bizarre de lire et regarder des programmes où les gens évoluent selon leur bon gré, comme si l’idée d’une nouvelle normalité était vraiment en train de s’implanter dans mon esprit.

10km en 1h12, lentement mais surement ? Il fait très gris, il y a beaucoup moins de monde. Je suis satisfaire car cela fait des semaines que je ne courais plus, notamment à cause des tempêtes qui se sont succédées tous les weekends de février. J’ai perdu en vitesse mais pas en endurance.

Retour, petit bain, coma d’1h30…vidée je suis finalement.

Je fais mon arbre de Pâques et je me rends compte que j’ai peut-être fait une erreur de casting niveau branches.  Il fait un peu la gueule, il me fait même un peu peur, n’a-t-il pas l’air de m’en vouloir ?

IMG_5715
J’ai un peu pitié même…

Soirée devant Koh Lanta, comme quoi, même au grand air, les gens sont prêts à s’entretuer.

Samedi 21/03 : Le printemps est arrivé…  Je suis sereine en imaginant la planète qui respire, mais alarmée par ce qu’il se passe en Italie.  Les chiffres grimpent ici aussi.

Mon père passe au magasin en bas de chez moi et je le reçois sur le seuil, à deux mètres de distance.

J’expédie quelques corvées et je sens déjà que je vais procrastiner sur toute une série de tâches qui figurent sur ma liste. Bon si ça dure encore beaucoup de semaines, je finirai bien par être à cour de distractions et par me réjouir de vider et dépoussiérer mes placards.

Le soleil sort un peu et moi aussi. En route pour une marche dans la campagne. Je frappe à la fenêtre de mes amis pour leur dire bonjour, je découvre des alternatives à mes chemins habituels et des points de vue que je ne connaissais point. Je vois aussi des gens qui trichent, des ados principalement. Il y a aussi les paranos, le nez dans leur écharpe qui même à trois mètres ne détournent pas le regard, en mode « on ne sait jamais si ça se transmettait en se regardant ».

IMG_5718

Soirée lecture et Outlander…everything is so quiet…

Dimanche 22/03 : Super, des rediffs de Friends…les épisodes du mariage de Ross et Emily quand Monica et Chandler tentent de cacher leur relation et que Chandler est tout le temps obligé d’embrasser Rachel et Phoebe. Qu’est-ce que c’était bon quand même cette série…

Appel de M. confinée chez ses parents. Si proches et pourtant si loin…

Quelques tâches domestiques et quelques vidéos youtube. Je décide de me cultiver et me lance dans le « Secrets d’Histoire » consacré à Elizabeth 1. Je le regarde par petits bouts tout au long de la journée.

Je sors courir 6 km, je voulais faire plus, mais je n’ai pas les jambes d’il y a deux jours. Frustration. Je vois des gens qui ne respectent pas les mesures de confinement. Des ados (ça je peux leur pardonner), des groupes d’enfants dans les ruelles des villages (alors que les maisons ont des jardins et une taille appréciable, je précise), un con qui ne freine pas alors que je traverse un passage pour piéton, des motards dans les chemins où je cours. Regain de misanthropie. Comme j’ai encore de l’énergie à évacuer, je me fais une petite séance de hiit en vidéo.

Je continue à me cultiver avec Stéphane Bern et je renoue avec le coloriage de mandalas. Je vais sans doute finir le livre que ma maman m’avait offert lors d’un arrêt maladie de près de trois mois en 2016. Je me sens extrêmement calme et tout stress m’a quittée.

IMG_5720
Tellement relaxant, et ça change des écrans…

Conversation vidéo avec mon amie C. Ca fait du bien de « voir » les gens. Ce confinement va peut-être me convertir aux échanges médiatisés.

Re coloriage et it’s blog and Barnaby Time.

Bonne nuit, bonne semaine et, de grâce, respectez l’effort collectif, ceux qui prennent des risques pour le bien de tous et les consignes en vigueur dans votre pays.

5 réflexions au sujet de « Journal de Confinement 1 : 16 – 22 mars »

  1. J’adore,quelle bonne idée d’écrire .Pour ton arbre de Pâque je crois que c’est le vase qui est trop petit 👍👍👍👍😘😘😘

    J'aime

  2. Ce « premier » journal, même s’il ne devait pas être complété, restera un témoignage.
    Je n’écris pas, mais je constate également que je ne m’ennuie pas. La vie se construit différemment, avec un brin d’euphorie. Seules les voix me manquent, j’irai acheter du pain et du lait pour sourire et entendre au moins une voix.
    Pour le bouquet : les miens avaient toujours autant mauvaise mine jusqu’à ce que je découvre la technique des fleuristes. Il faut toujours attacher les tiges sur une hauteur de 3 cm ; si le col du vase est large, on croise à angle droit deux petits bâtons que l’on pose sur le rebord du vase.
    Bon dimanche.

    Aimé par 1 personne

Répondre à iotop Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.